Fil info
16:19 ça commence à bien faire de s'en prendre aux syndicats de travailleurs
16:09La secrétaire générale de l'Union départementale CGT de la Creuse Catherine Baly est convoquée au commissariat de... https://t.co/mEUkOlyFAu
13:02RT : Suite aux violences survenues à l’encontre des arbitres lors de rencontres départementales de ces de… https://t.co/ZDLyLsB1KT
20:40 Merci 😊
20:36 Elle est superbe 😊
20:35 J'veux pas dire mais ma photo est tout aussi belle 😉 https://t.co/uSiCecvEvW
20:33 Voici pardon 😉 https://t.co/HyzoOHrCVb
20:21 Manque une photo... https://t.co/8FObRER1vu
17:40RT : le parquet a su raison garder et la mobilisation a p… https://t.co/y7i3uWLLgZ
17:39RT : Le parquet de abandonne les poursuites à l'encontre du réalisateur , qui a suivi les… https://t.co/H5rqmXy29J

Le SDIS et l’Etat conventionnent avec Visov

Le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) et l’Etat ont signé hier une convention tripartite avec l’association Visov pour une meilleur efficience en cas de crise ou d’événement majeur.
Une veille continue des réseaux sociaux informatique et humaine visant à sauver des vies via des mots-clés voilà ce que propose l’association Visov (Volontaires internationaux en soutien opérationnel virtuel) depuis 2013. Forte d’une équipe de 150 bénévoles  répartis sur tout le territoire et grâce à une liste de mots-clés, Visov décèle les gens en détresse, fait remonter du terrain aux services de l’Etat certaines situation et relaye l’information officielle en cas de crise. Bref, Visov se veut être un outil au service de l’Etat pour l’aider à prendre les bonnes décisions en cas d’événement majeur comme une catastrophe naturelle, un accident, un feu de forêt ou pire, un attentat.
L’association, qui effectue également une partie de son tracail via l’application Qwidam, est née suite à la catastrophe ferroviaire de Brétigny en 2013. Depuis, elle a conventionné nationalement avec l’Etat. Cette convention a été déclinée dans près de 70 départements dont la Dordogne depuis hier, ainsi qu’avec le SDIS. « Cela doit permettre aux services de secours de recevoir de l’information, de la vérifier, de la trier, de la hiérarchiser et d’informer les habitants de la manière la plus directe possible », indique la préfète Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. Lorsque par exemple la même information provient de quinze personnes différentes mais du même endroit sur les réseaux sociaux, cela peut donner une idée de la réalité du terrain. « Cette convention permet d’activer le travail de l’association en cas d’événement particulier », note Jonathan Konckier, le représentant de l’association. « Cela nous permet de récupérer le meilleur des réseaux sociaux », affirme Serge Mérillou, le président du SDIS. « C’est un outil d’aide à la décision qui permet une appréciation complémentaire», complète le colonel Colomès, directeur du SDIS.
E.C.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.