Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

La FSU ne masque pas ses inquiétudes et prépare la riposte

La rentrée s’est globalement bien passée en Dordogne dans le premier et le second degré, mais la FSU pointe du doigt un certain nombre de dysfonctionnements dont dont elle craint qu’ils s’accentuent.
Gel du point d’indice dans la fonction publique, suppression des emplois aidés, manque de professeurs devant les élèves dans le second degré, dégradation des conditions de travail avec l’augmentation de l’autonomie des établissements... La rentrée scolaire est loin d’être rose à écouter la FSU qui dresse un tableau sombre des dysfonctionnements dans l’Education nationale. Elle a d’ores et déjà programmé deux journées d’action. La première début octobre pour la défense de la fonction publique et la seconde le 8 novembre relative au personnel non titulaire. Sans oublier bien sûr la journée de mardi prochain contre la nouvelle loi travail. « Nous allons continuer à lutter, mais aussi à proposer », résume Teddy Guitton, le secrétaire départemental de la FSU.
Sur la fonction publique dans sa globalité, la FSU s’inquiète du nouveau gel du point d’indice et de la création d’une différenciation de ce point entre les différentes fonction publique, de même que de la hausse de la CSG. Bref, autant de mesures « qui entraînent un déficit d’image pour nos métiers ». La FSU a prévu de rencontrer les quatre députés En marche du département pour les alerter sur ce sujet. L’autre gros point noir de la rentrée est celui de la suppression des emplois aidés. « Ce sont des emplois vie scolaire ou d’aide à la direction dans le premier degré », note Alain Chabrillangeas pour le SNUipp, mais également des emplois d’accompagnement des élèves en difficulté dans le second degré, qui font défaut.
Il ne s’agit pas là du seul problème de ressources humaines dans l’Education puisque dans le second degré, il manque des enseignants devant des élèves dans plusieurs établissements, comme par exemple des professeurs de science, d’espagnol à Ribérac, de physique chimie, de français, de technologie. Et ce, malgré le recours aux professeurs remplaçants (en sport, sur les onze disponibles, dix sont déjà sur un poste fixe) mais surtout aux vacataires, précaires par excellence, dont le recrutement est à parfois à un niveau de diplôme inférieur (licence au lieu de master). « Nous nous inquiétons également de la volonté de poursuivre l’autonomie des établissements », indique Jérémy Destenave, au nom du SNES. « Cela provoque des dérives managériales dans certains établissements ». « Voire une infantilisation», dénonce Karine Rivalland, pour le SNEP, le syndicat des professeurs d’EPS.
La mise en place du dispositif devoirs faits inquiète, tout comme la réforme du bac à l’horizon 2018-2019 sur laquelle la FSU promet d’être vigilante. Vigilance également promise sur le maintien des services publics en milieu rural, à commencer par l’école. « En cinq ans, nous sommes passés de 455 écoles à 400, pour cause de fermeture sèche ou de fusion. Verteillac est par exemple la dernière école de ce canton. Cela ne tient pas compte du caractère rural du département », tance Teddy Guitton, pour qui il n’est pas pensable de laisser des élèves effectuer de longs parcours en bus pour pouvoir aller à l’école. Mais ce n’est là qu’une toute petite partie des griefs adressés qui commencent d’abord par une question de philosophie. « Le président de la République parle de mérite pour les élèves mais pour nous, l’école doit être celle de l’égalité entre les élèves avec un projet éducatif ambitieux ».

E.C.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.