Fil info
20:09RT : Région : Manifestation réussie pour les cheminots néo-aquitains -> https://t.co/CXtbufFplR
20:08RT : . A Eymoutiers, une éleveuse et son syndicat la coordination rurale sont persuadés que c'est un loup qui attaq… https://t.co/2XLzIzwPhV
20:08RT : Tulle : L'âne Grelot fait tinter la nature en ville -> https://t.co/13I4WFVbAv
18:27RT : Ces vérités rétablies, il est temps que le gouvernement renonce aux manœuvres politiciennes et assume enfin ses responsabilités.
18:27RT : Quand je lis que « assume d’avoir fait traîner la situation pour charger  » alors même… https://t.co/LxwSM3Rp0x
18:24 Rejoint par le train ? 😂
18:24. A Eymoutiers, une éleveuse et son syndicat la coordination rurale sont persuadés que c'est un loup qui attaq… https://t.co/2XLzIzwPhV
18:19Région : Manifestation réussie pour les cheminots néo-aquitains -> https://t.co/CXtbufFplR
18:13. Les cheminots de toute la région Nouvelle-Aquitaine ont manifesté aujourd'hui à Bordeaux https://t.co/6V8VzNAuS1
17:49Tulle : L'âne Grelot fait tinter la nature en ville -> https://t.co/13I4WFVbAv
17:48Argenton-sur-Creuse : « La chemise hawaïenne sous toutes ses coutures » au musée -> https://t.co/EjWwLJqezz
17:47Mérigny : Les petits de maternelle ont inauguré les haies de janvier -> https://t.co/En1dOli403
16:56Sarlat-la-Canéda : Une manifestation qui en appelle d’autres -> https://t.co/pfmMrORjcm
16:23Les cheminots creusois ont rejoint leurs collègues de toute la grande région pour une manifestation à Bordeaux ce j… https://t.co/EV5PiECRWf
15:55Boulazac : Conseil municipal : la voie verte n’avance pas -> https://t.co/aFlcIQbHLC
13:29RT : Il y a 5 ans, je passais mon bac. J'avais 10 de moyenne en Terminale. Avec le système actuel, je n'aurais pas été a… https://t.co/keoZpVf5Fw
12:33RT : Mobilisation des salariés de France fermetures à Boussac depuis ce jeudi matin.
11:49Ségur-le-Château : 300 enfants sur le P'tit Tour USEP -> https://t.co/xCphey1Iz5
11:34Mobilisation des salariés de France fermetures à Boussac depuis ce jeudi matin.

La FSU ne masque pas ses inquiétudes et prépare la riposte

La rentrée s’est globalement bien passée en Dordogne dans le premier et le second degré, mais la FSU pointe du doigt un certain nombre de dysfonctionnements dont dont elle craint qu’ils s’accentuent.
Gel du point d’indice dans la fonction publique, suppression des emplois aidés, manque de professeurs devant les élèves dans le second degré, dégradation des conditions de travail avec l’augmentation de l’autonomie des établissements... La rentrée scolaire est loin d’être rose à écouter la FSU qui dresse un tableau sombre des dysfonctionnements dans l’Education nationale. Elle a d’ores et déjà programmé deux journées d’action. La première début octobre pour la défense de la fonction publique et la seconde le 8 novembre relative au personnel non titulaire. Sans oublier bien sûr la journée de mardi prochain contre la nouvelle loi travail. « Nous allons continuer à lutter, mais aussi à proposer », résume Teddy Guitton, le secrétaire départemental de la FSU.
Sur la fonction publique dans sa globalité, la FSU s’inquiète du nouveau gel du point d’indice et de la création d’une différenciation de ce point entre les différentes fonction publique, de même que de la hausse de la CSG. Bref, autant de mesures « qui entraînent un déficit d’image pour nos métiers ». La FSU a prévu de rencontrer les quatre députés En marche du département pour les alerter sur ce sujet. L’autre gros point noir de la rentrée est celui de la suppression des emplois aidés. « Ce sont des emplois vie scolaire ou d’aide à la direction dans le premier degré », note Alain Chabrillangeas pour le SNUipp, mais également des emplois d’accompagnement des élèves en difficulté dans le second degré, qui font défaut.
Il ne s’agit pas là du seul problème de ressources humaines dans l’Education puisque dans le second degré, il manque des enseignants devant des élèves dans plusieurs établissements, comme par exemple des professeurs de science, d’espagnol à Ribérac, de physique chimie, de français, de technologie. Et ce, malgré le recours aux professeurs remplaçants (en sport, sur les onze disponibles, dix sont déjà sur un poste fixe) mais surtout aux vacataires, précaires par excellence, dont le recrutement est à parfois à un niveau de diplôme inférieur (licence au lieu de master). « Nous nous inquiétons également de la volonté de poursuivre l’autonomie des établissements », indique Jérémy Destenave, au nom du SNES. « Cela provoque des dérives managériales dans certains établissements ». « Voire une infantilisation», dénonce Karine Rivalland, pour le SNEP, le syndicat des professeurs d’EPS.
La mise en place du dispositif devoirs faits inquiète, tout comme la réforme du bac à l’horizon 2018-2019 sur laquelle la FSU promet d’être vigilante. Vigilance également promise sur le maintien des services publics en milieu rural, à commencer par l’école. « En cinq ans, nous sommes passés de 455 écoles à 400, pour cause de fermeture sèche ou de fusion. Verteillac est par exemple la dernière école de ce canton. Cela ne tient pas compte du caractère rural du département », tance Teddy Guitton, pour qui il n’est pas pensable de laisser des élèves effectuer de longs parcours en bus pour pouvoir aller à l’école. Mais ce n’est là qu’une toute petite partie des griefs adressés qui commencent d’abord par une question de philosophie. « Le président de la République parle de mérite pour les élèves mais pour nous, l’école doit être celle de l’égalité entre les élèves avec un projet éducatif ambitieux ».

E.C.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.