Toujours besoin de plus de solidarité

Social

Mercredi se tenait au Centre départemental de la communication, le congrès du Secours Populaire de Dordogne au cours duquel ont été évoqués plusieurs thèmes dont celui de l’aide aux bénéficiaires qui ne fait que croître alors que dans le même temps l’aide Européenne a baissée de 30 %.

Il n’y a qu’à se rendre au libre service alimentaire qui se déroule une fois par mois chemin de Halage pour prendre la mesure de la pauvreté dans le
département. En effet pour cette seule journée, 280 familles étaient inscrites au libre service alimentaire qui permet à ces bénéficiaires, contre une modeste participation, de trouver des produits leur permettant de tenir quasiment pour le mois et de pouvoir régler des factures ou des dettes. Et parfois certaines familles venaient même du Terrassonnais. « Contrairement à ce que rapportent certains sondages, la pauvreté ne diminue pas, nous constatons plutôt une augmentation de la demande alors que la dotation du fonds européen d’aide aux plus démunis baisse », explique Christine Bernard, présidente du Secours Populaire de Dordogne qui soutient au niveau du département 8 500 personnes avec l’aide de 780 bénévoles. L’association apporte une aide alimentaire mais aussi matérielle, d’accès au droits, d’alphabétisation, et d’accès aux loisirs, au sport, à la culture et aux vacances entre autres. Des bénéficiaires qui sont souvent des familles mono-parentales mais aussi de plus en plus de petits retraités comme le constatent au quotidien les bénévoles.
Et il y a quelques années, le Secours Populaire a bien failli perdre la dotation du fonds européen pour les plus démunis, « nous nous sommes donc battus pour le conserver grâce aux cahiers « Le dire pour agir » et cette dotation a été prolongée jusqu’en 2020. C’est le même fonds que pour la Banque alimentaire et la Croix rouge, mais  cette année entre 2017 et 2018, je reçois 30 % de produits en moins de leur part », explique-t-elle. Cette dotation se fait sous forme de denrées alimentaires distribuées gratuitement par ces différentes associations, mais qui sont complétées  par des denrées, produits frais, biscuits, produits d’hygiène et d’entretien que le Secours Populaire achète. « Suite à cette baisse, nous sommes obligés de restreindre le nombre de produits que les gens peuvent prendre avec leur carte lorsqu’ils viennent au libre service alimentaire », poursuit Christine Bernard. « Il nous faut donc compenser cette baisse avec les actions des bénévoles, avec davantage de collectes, davantage de dons de la part des magasins et des supermarchés. Nous allons donc bientôt lancer notre campagne Don Action qui est la seule campagne que nous organisons dans l’année et qui permet de financer le fonctionnement de l’association. Puis ce sera l’opération des Pères Noëls verts ».
Lors de ce congrès, d’autres questions ont été abordées comme le développement de la recherche de ressources, « par le mécénat, le partenariat et les dons qu’ils soient alimentaires ou financiers. L’un ne va pas sans l’autre puisque nous devons compenser la baisse de l’aide européenne ».
L’association recherche également des bénévoles pour prêter main-forte notamment pour l’opération « paquets cadeaux » lors de laquelle les bénévoles font des paquets cadeaux dans les commerces (Jouet Club, Maisons du monde, Maxi Toys entre autres), le client donnant ce qu’il veut en échange.
A l’ordre du jour également, le développement du club Copains du Monde. « A cette occasion nous avons eu la présence des jeunes du centre de loisirs d’Atur avec leur animatrice. Celle-ci revenait d’Afrique où elle a mené des actions. Elle nous a donc présenté ce qu’elle avait fait sur place. Nous avons aussi une jeune fille, Opale, qui adhère à Copains du monde et qui a été élue dans nos instances. Elle viendra donc avec nous au congrès national qui a lieu du
24 au 26 novembre. Elle défendra la solidarité des jeunes envers les jeunes pour apprendre à s’aimer plutôt qu’à se battre selon les mots de notre président. Elle participera donc à toutes les activités du congrès et partira peut-être sur un de nos projets à l’étranger ».
En effet, le Secours Populaire mène des actions à Haïti, au Salvador et dans les Balkans. « Nous avons participé avec le Secours Populaire de la Haute-Vienne à la construction d’une école à Haïti suite à un tremblement de terre. Mais deux ans plus tard, un second séisme a endommagé l’école. Nous avons donc aidé à sa réparation et nous soutenons également l’école de musique Jacmel à qui nous avons envoyé des flûtes. Nous payons aussi la mensualité des élèves orphelins depuis le séisme afin qu’ils puissent continuer à assister aux cours de musique », explique Christine Bernard.
Au Salvador, c’est un projet de développement agricole que soutien le Secours Populaire. Après avoir envoyé sur place des plants et des graines pour diversifier les plantations, il a financé la formation de femmes et de jeunes sur la culture, la permaculture et la gestion de l’eau. « Suite à cela, ils ont créé une sorte d’Amap et ont vendu leurs paniers dans un lycée agricole local ce qui leur permet d’être rémunérés convenablement. Cela permet également de payer le bus pour aller à l’école et d’éviter aux enfants quatre heures de marche dans les bois pour s’y rendre ».
Dans les Balkans enfin, le Secours Populaire mène plusieurs projets. C’est ainsi qu’il organise l’opération des Oubliés des vacances pour œuvrer à la réconciliation après la guerre en permettant à des jeunes Serbes et Bosniaques de partir ensemble en vacances. Le Secours Populaire soutient également sur place une maison de retraite. « Il s’agit de gens qui avaient dû quitter leur pays dont ils étaient rejetés pendant la guerre et qui y sont retournés par la suite. Mais comme ils n’ont pas cotisés pendant ces années là dans ce pays, ils sont un peu laissés pour compte. Nous sommes la seule association à être restée à leurs côtés ».
Le thème du congrès était « Les solidarités en Europe », « nous avons donc essayé de travailler là- dessus, sur les échanges que nous avons avec les autres pays. Mais nous avons aussi parlé des réfugiés et des migrants avec des gens qui travaillent aux Cadas de France Terre d’Asile et de l’Asd ou encore de l’Udasti. Des réfugiés sont également venus témoigner de leur vie, de la façon dont ils étaient arrivés ici et de leur façon de vivre au quotidien. C’était donc très enrichissant pour les uns et les autres ».
Le Secours Populaire cherche des bénévoles, notamment pour la période de fin d’année mais aussi des locaux de stockage. « Nous n’avons plus d’espace de stockage et pourtant, nous avons de plus en plus de demandes pour l’aide alimentaire ou matérielle, c’est donc un besoin urgent ».

Les prochains rendez-vous du Secours Populaire sont le libre service jouets pour Noël 16 novembre avec une séance de rattrapage le 7 décembre, et le libre service festif qui aura lieu le jeudi 14 décembre de 9 h 30 à 12 h et de 14 h 30 à 15 h 30. (Inscription au 05 53 09 57 84. Enfin une grande vente de Noël est organisée le 17 (de 12 h 30 à 17 h) et le 18 novembre (de 10 h à 16 h). Vous y trouverez, vêtements, livres, jouets, brocante etc...

Philippe Jolivet

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.