Rougié : le PCF dénonce les conséquences néfastes de la politique agricole

Julien Chouet, le secrétaire départemental du Parti communiste, estime que le plan social chez Rougié est l’illustration de la politique agricole menée depuis 25 ans.
« Encore une mauvaise nouvelle pour notre territoire et pour 95 salariés sacrifiés sur l’autel de la rentabilité », s’alarme Julien Chouet. Pour le secrétaire départemental du Parti communiste, ces 95 salariés dont le poste devrait être supprimé d’ici deux ans, « subissent de plein fouet une politique agricole, qui depuis 25 ans, dévaste tout sur son passage ». Ces 95 salariés subissent aussi « les choix à court terme d’une direction, qui elle ne sera pas inquiétée pour sa mauvaise gestion. Il est facile d’invoquer la crise aviaire comme l’une des principales causes, or cette crise que traverse le groupe remonte bien avant la grippe aviaire ».
Julien Chouet ne manque pas de rappeler qu’aujourd’hui Euralis réalise « pour la première fois depuis cinq ans un bénéfice de 1,7 million d’euros, et aurait donc pu se laisser le temps de réfléchir à comment relancer son activité notamment sur la filière gras. Malheureusement les choix sont faits», dénonce-t-il.
Il note également qu’il « est étonnant de voir que sur les 313 postes supprimés au niveau national, 157 autres vont être créés. De là à penser que la loi travail de Macron est passée par là, et on nous traiterait de complotiste… Pourtant cela ressemble à s’y méprendre à des licenciements de personnel en CDI, pour très certainement proposer des contrats précaires (CDD, intérims, etc.) L’avenir nous le dira ».
Reste que pour Julien Chouet, « au vu de ce qui se passe à Euralis, on ne peut que souhaiter ardemment, que les choix politiques en matière d’agriculture soient radicalement à l’opposé de ce qui se fait aujourd’hui. Agriculture paysanne, circuit court, etc. »