Fil info
17:00# # - -Vienne : Expulsions du territoire : René Bokoul doit rester en France ! -> https://t.co/8JvbCDawIu
16:18RT : On ne parle pas assez des bienfaits du calva 😃 https://t.co/19MoJ7qVeH
16:18RT : Petite balade à Montmartre sous la neige ce matin quand soudain magnifique rencontre avec ce chanteur... avec cette… https://t.co/bZ9DxrrmnF
16:04# # - -Vienne : Rocío Márquez : pur flamenco -> https://t.co/4KedhmzEy0
15:49Périgueux : 1 000 euros récoltés au profit des clowns hospitaliers -> https://t.co/QUffOt5vYY
11:51 Dupuytren 2 et ils fermeront bientôt St-Junien et St-Yrieix !!! Complètement à côté de la plaque !!!
11:43Pour ne prendre aucun risque sur la neige aujourd’hui, l’atelier “comprendre comment mon enfant se sent aimé” animé… https://t.co/tyIN7407KI
11:11Bergerac : Six mois de travaux et un accueil de la mairie entièrement repensé -> https://t.co/UCNI92L8W5
09:14Sport : Lucas Pouille en 1/2 finale de l'open d'Australie -> https://t.co/EiKadoldBD
08:32 il faut améliorer le cheminement des visiteurs et malades qui viennent à la journée c'est h… https://t.co/1BzdlWBdiu
08:30 # - -Vienne : Les Steva ne sont guère enthousiastes -> https://t.co/1QerQipBbz
08:28RT : Région : Le CHU Dupuytren 2 ouvre en mars -> https://t.co/047eEyCcvO
08:23Région : Le CHU Dupuytren 2 ouvre en mars -> https://t.co/047eEyCcvO
21:36Assises de la Creuse. Une amitié d’enfance qui se brise. Un réfectoire qui renvoie à sa propre solitude... Debout a… https://t.co/B0mZ92DWiN
21:34Région : Des témoignages d’amitiés aux paroles d’experts... -> https://t.co/rqUUQrw0rW
18:42Périgueux : La mémoire des médaillés militaires honorée -> https://t.co/sdEZGlkk39
18:41Châteauroux : Nuit de la lecture à l’école Jean-Racine -> https://t.co/vQMVyK1rFH
18:39Indre : De la bonne pratique des outils numériques -> https://t.co/m2KUH8wNRl
17:58Notre-Dame-de-Sanilhac : Un poste en moins auprès des résidents -> https://t.co/SGcrkRH5Sb

A la pointe de la recherche

Économie

Récemment Germinal Peiro visitait l’Institut du goût de Coulounieix-Chamiers qui est soutenu épisodiquement par le Conseil départementale. Une structure qui a  évolué avec le temps et a gagné une reconnaissance nationale.
Créé en 2006 l’Institut du goût était initialement situé sur le site de l’IUTde Périgueux, avant de s’installer à Cré@vallée. Aujourd’hui l’Institut du goût s’autofinance et travaille avec de grandes entreprises comme Auchan, Carrefour, Danone ou L’Oréal pour les cosmétiques. Le laboratoire accueille chaque semaine 700 testeurs qui goûtent et répondent à des questionnaires par vague de 35 personnes qui se succèdent en quatre vagues dans la jounée à 10 h, 12 h 30, 16 h  et 18 h. Le nombre de boxes entièrement informatisés est ainsi passé de 22 à 35 en 2016. Pour tester ces produits agroalimentaires mais aussi cosmétiques, l’Institut du goût dispose d’un panel de 11 000 personnes qui sont inscrites au Club consommateur. 7 500 se trouvent sur l’agglémoration Périgourdine et le reste du panel sur le reste du département. Les enfants et les adolescents eux aussi testent les produits qui sont destinés à leur tranche d’âge. Lorsque les testeurs entrent dans leur box, « ils vont goûter trois produits de la même famille pour dire s’ils aiment ou s’ils n’aiment pas, mais nous testons aussi le packaging, on peut aimer l’esprit et l’aspect mais pas le goût et inversement », explique Sabine Kieser directrice de l’Institut qui précise que « les testeurs ne savent jamais pour quelles entreprises ou marques ils testent et sont récompensés par des bons d’achat ». Chaque année ce sont plus de 60 000 euros de bons d’achats qui sont ainsi distribués. Leur coût est inclus dans le prix de l’étude et l’Institut en réalise plus de 900 par an pour environ 400 clients. Les tests peuvent également être réalisés à l’étranger  et le fait de travailler avec de  grands groupes a permis à l’Institut du goût de gagner une réputation nationale et internationale. Une réputation rassurante aussi pour les entreprises locales qui font appel aux services de l’Institut. Passé cette première salle se trouve un office de préaparation ou les IGP et les labels rouges sont testés (foies, truffes, marrons du Périgord). Voilà pour la partie agroalimentaire qui représente 75 % de l’activité de l’Institut du goût. La seconde partie de l’Institut est dédiée aux cosmétiques avec une salle à sniff contenant cinq box. Ils servent à tester des produits cosmétiques pour les humains mais aussi parfois des produits pour animaux comme des pulvérisateurs aux phéromones pour calmer les chiens qui sont testés pour voir si l’humain pouvait sentir les phéromones et être incommodées par elles. La dernière évolution de l’Intitut a été de constuire des salles de bains avec douches et lavabos équipés de caméras afin « de tester les nouvelles gestuelles ». L’Institut aide également les marques à développer de nouveaux produits, recettes et même label comme le jambon noir du Périgord, les billes de fromages Saint-Môret ou la création de la marque « Oh » oui pour Mademoiselle Dessert. « Nous avons une salle dédiés ou consommateurs, experts, et chefs cuisiniers se retrouvent pour essayer d’élaborer des produits de riptires n’existant pas avec le lycée agricole notamment. C’est important pour l’avenir de certaines familles alimentaires comme la charcuterie qu’il faut moderniser, rendre plus attractive et moins salée », conclut Sabine Kieser.
Philippe Jolivet