Fil info
21:08RT : ça pousse bien à Saint-Laurent-sur-Gorre, dans le bois, comme dans le jardin. Mais les gendarmes ont interpellé les… https://t.co/tO6LhezHJL
18:43Région : 17 octobre 1961 : massacre à Paris -> https://t.co/BOsHaQssov
18:35ça pousse bien à Saint-Laurent-sur-Gorre, dans le bois, comme dans le jardin. Mais les gendarmes ont interpellé les… https://t.co/tO6LhezHJL
18:12Indre : Alerte sur les retraites, les syndicats appellent à manifester -> https://t.co/G374biUkHI
18:11Dordogne : Un an de prison ferme pour maltraitance sur un très jeune garçon -> https://t.co/Q4zPDNK0ki
18:10Indre : Lisztomanias : cap sur l’Orient -> https://t.co/lK3PQkghtf
18:03A nos lecteurs : Une coupure de courant intervenue lundi à Presstalis a entraîné la non présence de L’Echo chez le… https://t.co/DxxR2Au9Is
17:51Beynac-et-Cazenac : Beynac : une visite de la déviation perturbée par les opposants -> https://t.co/QWc0gGpC2z
17:36# # - -Vienne : «Love» ou «ma vie est un film» -> https://t.co/Fk1a4rY0WJ
17:33Dordogne : Sinfonia se décline en saison -> https://t.co/LHi62MOGx5
17:32# # - -Vienne : Quand des élèves nettoient la planète -> https://t.co/iXaw9oAL9n
17:26Réforme des lycées : grandes inquiétudes à Valadon à Limoges. Lire communiqué https://t.co/MxEsb5BBTn
17:15Sarlat-la-Canéda : Les Sea Girls : la Revue, un pur divertissement -> https://t.co/tiGCEkXrth
17:13Ribérac : Deux ans d’arts pour la jeunesse -> https://t.co/ejwOXdDNKK
16:46# # - -Vienne : Un cross solidaire pour les enfants du Tchad -> https://t.co/NUVVCUb6HG
15:49Bassillac : Le 9e art a rendez-vous à Bassillac -> https://t.co/IwBPhnMUXD
15:27La Châtre : L'harmonie animera l'inauguration de l'état-major du S.D.I.S. -> https://t.co/wzPCQW4gPZ
15:25Issoudun : Elle n'est pas passé de mode, la « mob' » -> https://t.co/7mSkrHfA7x
14:09Le Bourdeix : Les retraités CGT du Bergeracois défileront jeudi à Périgueux -> https://t.co/zqC4cjxQUo
13:42Dordogne : Une nouvelle expérience télévisuelle -> https://t.co/vEPEvarv54
13:41Dordogne : L’université pour se former à l’entreprise artisanale -> https://t.co/apkOd5t90H
12:43RT : Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
12:27Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
11:50Haute-Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau | L'Echo https://t.co/F9iC0ipg4m via
11:23RT : ⚠️Accident poids lourd impliqué sur dans le sens ▶️ entre les sorties n°53 (Nespouls) et n°54… https://t.co/PIRsQLIjpi
10:26Bergerac : Code du Travail : le Campanile sur le grill des Prud’hommes -> https://t.co/c7o4oXC2g0
10:10Ussel : Une campagne participative pour maintenir le bar d'ânes -> https://t.co/9M3egHciGr
09:57RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe

A la pointe de la recherche

Économie

Récemment Germinal Peiro visitait l’Institut du goût de Coulounieix-Chamiers qui est soutenu épisodiquement par le Conseil départementale. Une structure qui a  évolué avec le temps et a gagné une reconnaissance nationale.
Créé en 2006 l’Institut du goût était initialement situé sur le site de l’IUTde Périgueux, avant de s’installer à Cré@vallée. Aujourd’hui l’Institut du goût s’autofinance et travaille avec de grandes entreprises comme Auchan, Carrefour, Danone ou L’Oréal pour les cosmétiques. Le laboratoire accueille chaque semaine 700 testeurs qui goûtent et répondent à des questionnaires par vague de 35 personnes qui se succèdent en quatre vagues dans la jounée à 10 h, 12 h 30, 16 h  et 18 h. Le nombre de boxes entièrement informatisés est ainsi passé de 22 à 35 en 2016. Pour tester ces produits agroalimentaires mais aussi cosmétiques, l’Institut du goût dispose d’un panel de 11 000 personnes qui sont inscrites au Club consommateur. 7 500 se trouvent sur l’agglémoration Périgourdine et le reste du panel sur le reste du département. Les enfants et les adolescents eux aussi testent les produits qui sont destinés à leur tranche d’âge. Lorsque les testeurs entrent dans leur box, « ils vont goûter trois produits de la même famille pour dire s’ils aiment ou s’ils n’aiment pas, mais nous testons aussi le packaging, on peut aimer l’esprit et l’aspect mais pas le goût et inversement », explique Sabine Kieser directrice de l’Institut qui précise que « les testeurs ne savent jamais pour quelles entreprises ou marques ils testent et sont récompensés par des bons d’achat ». Chaque année ce sont plus de 60 000 euros de bons d’achats qui sont ainsi distribués. Leur coût est inclus dans le prix de l’étude et l’Institut en réalise plus de 900 par an pour environ 400 clients. Les tests peuvent également être réalisés à l’étranger  et le fait de travailler avec de  grands groupes a permis à l’Institut du goût de gagner une réputation nationale et internationale. Une réputation rassurante aussi pour les entreprises locales qui font appel aux services de l’Institut. Passé cette première salle se trouve un office de préaparation ou les IGP et les labels rouges sont testés (foies, truffes, marrons du Périgord). Voilà pour la partie agroalimentaire qui représente 75 % de l’activité de l’Institut du goût. La seconde partie de l’Institut est dédiée aux cosmétiques avec une salle à sniff contenant cinq box. Ils servent à tester des produits cosmétiques pour les humains mais aussi parfois des produits pour animaux comme des pulvérisateurs aux phéromones pour calmer les chiens qui sont testés pour voir si l’humain pouvait sentir les phéromones et être incommodées par elles. La dernière évolution de l’Intitut a été de constuire des salles de bains avec douches et lavabos équipés de caméras afin « de tester les nouvelles gestuelles ». L’Institut aide également les marques à développer de nouveaux produits, recettes et même label comme le jambon noir du Périgord, les billes de fromages Saint-Môret ou la création de la marque « Oh » oui pour Mademoiselle Dessert. « Nous avons une salle dédiés ou consommateurs, experts, et chefs cuisiniers se retrouvent pour essayer d’élaborer des produits de riptires n’existant pas avec le lycée agricole notamment. C’est important pour l’avenir de certaines familles alimentaires comme la charcuterie qu’il faut moderniser, rendre plus attractive et moins salée », conclut Sabine Kieser.
Philippe Jolivet