Fil info
21:08RT : ça pousse bien à Saint-Laurent-sur-Gorre, dans le bois, comme dans le jardin. Mais les gendarmes ont interpellé les… https://t.co/tO6LhezHJL
18:43Région : 17 octobre 1961 : massacre à Paris -> https://t.co/BOsHaQssov
18:35ça pousse bien à Saint-Laurent-sur-Gorre, dans le bois, comme dans le jardin. Mais les gendarmes ont interpellé les… https://t.co/tO6LhezHJL
18:12Indre : Alerte sur les retraites, les syndicats appellent à manifester -> https://t.co/G374biUkHI
18:11Dordogne : Un an de prison ferme pour maltraitance sur un très jeune garçon -> https://t.co/Q4zPDNK0ki
18:10Indre : Lisztomanias : cap sur l’Orient -> https://t.co/lK3PQkghtf
18:03A nos lecteurs : Une coupure de courant intervenue lundi à Presstalis a entraîné la non présence de L’Echo chez le… https://t.co/DxxR2Au9Is
17:51Beynac-et-Cazenac : Beynac : une visite de la déviation perturbée par les opposants -> https://t.co/QWc0gGpC2z
17:36# # - -Vienne : «Love» ou «ma vie est un film» -> https://t.co/Fk1a4rY0WJ
17:33Dordogne : Sinfonia se décline en saison -> https://t.co/LHi62MOGx5
17:32# # - -Vienne : Quand des élèves nettoient la planète -> https://t.co/iXaw9oAL9n
17:26Réforme des lycées : grandes inquiétudes à Valadon à Limoges. Lire communiqué https://t.co/MxEsb5BBTn
17:15Sarlat-la-Canéda : Les Sea Girls : la Revue, un pur divertissement -> https://t.co/tiGCEkXrth
17:13Ribérac : Deux ans d’arts pour la jeunesse -> https://t.co/ejwOXdDNKK
16:46# # - -Vienne : Un cross solidaire pour les enfants du Tchad -> https://t.co/NUVVCUb6HG
15:49Bassillac : Le 9e art a rendez-vous à Bassillac -> https://t.co/IwBPhnMUXD
15:27La Châtre : L'harmonie animera l'inauguration de l'état-major du S.D.I.S. -> https://t.co/wzPCQW4gPZ
15:25Issoudun : Elle n'est pas passé de mode, la « mob' » -> https://t.co/7mSkrHfA7x
14:09Le Bourdeix : Les retraités CGT du Bergeracois défileront jeudi à Périgueux -> https://t.co/zqC4cjxQUo
13:42Dordogne : Une nouvelle expérience télévisuelle -> https://t.co/vEPEvarv54
13:41Dordogne : L’université pour se former à l’entreprise artisanale -> https://t.co/apkOd5t90H
12:43RT : Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
12:27Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
11:50Haute-Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau | L'Echo https://t.co/F9iC0ipg4m via
11:23RT : ⚠️Accident poids lourd impliqué sur dans le sens ▶️ entre les sorties n°53 (Nespouls) et n°54… https://t.co/PIRsQLIjpi
10:26Bergerac : Code du Travail : le Campanile sur le grill des Prud’hommes -> https://t.co/c7o4oXC2g0
10:10Ussel : Une campagne participative pour maintenir le bar d'ânes -> https://t.co/9M3egHciGr
09:57RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe

Les cheminots enfoncent le clou

A la troisième séquence de leur grève perlée entamée le 3 avril, les cheminots ont décidé samedi d’aller à la rencontre de la population pour les sensibiliser sur les conséquences néfastes de la réforme du ferroviaire. Un message particulièrement bien reçu en Dordogne où la plupart des petites lignes sont menacées.

Alors que l’exécutif, Macron en tête, ne semble pas vouloir bouger d’un iota sur la question de la suppression du statut et du passage de la SNCF en société anonyme, les cheminots ont préféré emprunter la voix de la pédagogie auprès des Périgordins.
Et si demain disparaissaient tour à tour les lignes ferroviaires Périgueux-Agen et Périgueux-Brive ? Il ne s’agit pas là d’un chiffon rouge agité pour faire peur, mais bien d’un cruel scénario qui pourrait devenir réalité. Car, à l’image de la ligne Périgueux-Coutras-Bordeaux, elles souffrent d’un sous-investissement chronique qui pourrait bien sonner leur glas. Mais, pour moderniser le réseau, encore faut-il le vouloir et le pouvoir, ce à quoi la réforme Macron du ferroviaire semble incapable de répondre.
Bulldozer, Macron et consort n’en démordent pas : il faut réformer la SNCF, supprimer le statut de cheminot et transformer l’entreprise en société anonyme à capitaux publics dans la perspective de l’ouverture à la concurrence. Une fois n’est pas coutume, les cheminots tirent le signal d’alarme. Car pour eux, cela ne va en rien régler les dysfonctionnements que rencontre la SNCF. Au contraire, cela va les accentuer. A commencer par la dette. « Elle doit être reprise en totalité. Ce n’est pas un choix, mais une obligation », affirme Sylvie Etourneau, déléguée Unsa ferroviaire. Et encore « sa reprise ne signifie en rien que l’équilibre financier du système ferroviaire soit maintenu ». Et pour cause, « la volonté de passage en société anonyme provoque l’obligation d’emprunter à des taux supérieurs à ceux actuellement garantis par l’Etat, ce qui creusera d’autant la dette ». CQFD.
C’est une partie du message que les cheminots, qui multiplient les modes d’action, ont pu délivrer aux Périgordins qu’ils ont rencontrés samedi matin sur le marché de Périgueux. Ils ont également rédigé une motion de soutien à leur mouvement qu’ils ont envoyé à l’ensemble des mairies du département. A ce jour, les communes de Marsac, Agonac et Grand-Brassac l’ont déjà votée. « Les attaques contre les services publics comme la Poste ou France Télécom ont eu des répercussions dans les départementaux ruraux comme le nôtre », constate Jérôme Jean, le délégué CGT cheminots. « Et, ici, c’est bien le modèle social français qui est attaqué ».
Les cheminots ont reçu samedi matin le soutien des lycéens et étudiants périgordins qui se battent notamment contre le bac 2021
« qui creuse les inégalités ». De son côté, le Parti communiste s’engage aux côtés des cheminots pour lesquels il vient de lancer une souscription, visant à les soutenir financièrement pour les jours de grève qui sont autant de jours de salaire perdus. Autre initiative programmée, celle d’un débat public sur le thème « Ensemble pour vaincre Macron », organisé le 17 mai à 19 h 30 à Périgueux avec Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. En attendant, le mouvement de grève perlée reprend mercredi matin.

Convergence des luttes jeudi
Une nouvelle journée interprofessionnelle de lutte est organisée jeudi à l’initiative de la CGT. Elle vise notamment à faire converger les luttes comme celle des cheminots, des étudiants, des Ehpad... et porte sur des questions de pouvoir d’achat, de développement de l’emploi, de réduction du temps de travail à 32 h ou encore d’une développement d’une industrie et de services publics qui répondent aux besoins des populations. En Dordogne, deux rassemblements sont programmés : à 11 h 30 devant la gare de Périgueux et à 17 h devant le palais de justice de Bergerac.