Fil info
00:07France : En juin, les abeilles et pollinisateurs sont à l'honneur dans les villes -> https://t.co/QoDpdy2pzH
00:03France : « Toujours le même refus de contraindre les entreprises » -> https://t.co/rOhf5ALNPV
23:50France : Loi asile : rififi chez les marcheurs -> https://t.co/w2FwlhCmjC
21:53«On vit dans un monde où on ne peut plus faire confiance à son prochain », s’insurge Ibrahima dans le box des accus… https://t.co/SXckvLJc4Q
21:26Région : Le fret ou l’erreur d’aiguillage -> https://t.co/eza8X0WfD1
20:56Basket : Se méfier de l'euphorie -> https://t.co/W7XubA54vk
20:54Football : Surtout, ne pas faiblir! -> https://t.co/fcbABnA6Ro
19:58RT : Les de installent 12m de rail devant la filiale et transporteur routier Geodis. https://t.co/MwHEVq1Bfy
18:35Mauvières : Bientôt 27 500 œufs de poule dans la commune ! -> https://t.co/rhFGMKYfbW
18:34Châteauroux : Le conservatoire revisite l’opéra bouffe -> https://t.co/AEkQjgY4Ee
18:18La Souterraine : Ne rien lâcher... médailles comprises | L'Echo https://t.co/9Z5nEnK2NU via
18:03# # - : Le verre de terre: un «projet pour la planète» -> https://t.co/LA6X0hzySf
18:00# # - -Denis-des-Murs : Chez «Les Troubadours de la Combade» -> https://t.co/3pYneQbetH
17:57 - -Yrieix-la-Perche : Une mobilisation hautement sécurisée -> https://t.co/qw24FtyyjT
17:54# # - -Junien : Un entraînement de haut niveau pour 55 jeunes judokas motivés -> https://t.co/OCBzXu7EdN
17:52# # - : Questions pour un champion -> https://t.co/nAKNMMUjE6
17:08Terrasson-Lavilledieu : Un tourisme à visage humain -> https://t.co/cDyWP0MQzU
17:04Dordogne : Une rénovation arrosée -> https://t.co/QisHwWJoKv
17:02Sarlat-la-Canéda : Une rénovation arrosée -> https://t.co/CvEI8fZdEP
15:41Périgueux : Quatre nouvelles boîtes à livres installées dans la ville -> https://t.co/ERLAdYHQp6
15:18RT : Les de installent 12m de rail devant la filiale et transporteur routier Geodis. https://t.co/MwHEVq1Bfy
14:45Dordogne : Les cheminots ne faiblissent pas -> https://t.co/uNi0eqlcZg
13:03RT : Région : Photonis : «Prudence et diplomatie» de mise -> https://t.co/zNeBvgBKqJ
13:01Région : Photonis : «Prudence et diplomatie» de mise -> https://t.co/zNeBvgBKqJ
12:21RT : Les de installent 12m de rail devant la filiale et transporteur routier Geodis. https://t.co/MwHEVq1Bfy

Les cheminots enfoncent le clou

A la troisième séquence de leur grève perlée entamée le 3 avril, les cheminots ont décidé samedi d’aller à la rencontre de la population pour les sensibiliser sur les conséquences néfastes de la réforme du ferroviaire. Un message particulièrement bien reçu en Dordogne où la plupart des petites lignes sont menacées.

Alors que l’exécutif, Macron en tête, ne semble pas vouloir bouger d’un iota sur la question de la suppression du statut et du passage de la SNCF en société anonyme, les cheminots ont préféré emprunter la voix de la pédagogie auprès des Périgordins.
Et si demain disparaissaient tour à tour les lignes ferroviaires Périgueux-Agen et Périgueux-Brive ? Il ne s’agit pas là d’un chiffon rouge agité pour faire peur, mais bien d’un cruel scénario qui pourrait devenir réalité. Car, à l’image de la ligne Périgueux-Coutras-Bordeaux, elles souffrent d’un sous-investissement chronique qui pourrait bien sonner leur glas. Mais, pour moderniser le réseau, encore faut-il le vouloir et le pouvoir, ce à quoi la réforme Macron du ferroviaire semble incapable de répondre.
Bulldozer, Macron et consort n’en démordent pas : il faut réformer la SNCF, supprimer le statut de cheminot et transformer l’entreprise en société anonyme à capitaux publics dans la perspective de l’ouverture à la concurrence. Une fois n’est pas coutume, les cheminots tirent le signal d’alarme. Car pour eux, cela ne va en rien régler les dysfonctionnements que rencontre la SNCF. Au contraire, cela va les accentuer. A commencer par la dette. « Elle doit être reprise en totalité. Ce n’est pas un choix, mais une obligation », affirme Sylvie Etourneau, déléguée Unsa ferroviaire. Et encore « sa reprise ne signifie en rien que l’équilibre financier du système ferroviaire soit maintenu ». Et pour cause, « la volonté de passage en société anonyme provoque l’obligation d’emprunter à des taux supérieurs à ceux actuellement garantis par l’Etat, ce qui creusera d’autant la dette ». CQFD.
C’est une partie du message que les cheminots, qui multiplient les modes d’action, ont pu délivrer aux Périgordins qu’ils ont rencontrés samedi matin sur le marché de Périgueux. Ils ont également rédigé une motion de soutien à leur mouvement qu’ils ont envoyé à l’ensemble des mairies du département. A ce jour, les communes de Marsac, Agonac et Grand-Brassac l’ont déjà votée. « Les attaques contre les services publics comme la Poste ou France Télécom ont eu des répercussions dans les départementaux ruraux comme le nôtre », constate Jérôme Jean, le délégué CGT cheminots. « Et, ici, c’est bien le modèle social français qui est attaqué ».
Les cheminots ont reçu samedi matin le soutien des lycéens et étudiants périgordins qui se battent notamment contre le bac 2021
« qui creuse les inégalités ». De son côté, le parti communiste s’engage aux côtés des cheminots pour lesquels il vient de lancer une souscription, visant à les soutenir financièrement pour les jours de grève qui sont autant de jours de salaire perdus. Autre initiative programmée, celle d’un débat public sur le thème « Ensemble pour vaincre Macron », organisé le 17 mai à 19 h 30 à Périgueux avec Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. En attendant, le mouvement de grève perlée reprend mercredi matin.

Convergence des luttes jeudi
Une nouvelle journée interprofessionnelle de lutte est organisée jeudi à l’initiative de la CGT. Elle vise notamment à faire converger les luttes comme celle des cheminots, des étudiants, des Ehpad... et porte sur des questions de pouvoir d’achat, de développement de l’emploi, de réduction du temps de travail à 32 h ou encore d’une développement d’une industrie et de services publics qui répondent aux besoins des populations. En Dordogne, deux rassemblements sont programmés : à 11 h 30 devant la gare de Périgueux et à 17 h devant le palais de justice de Bergerac.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.