Fil info
11:51 Dupuytren 2 et ils fermeront bientôt St-Junien et St-Yrieix !!! Complètement à côté de la plaque !!!
11:43Pour ne prendre aucun risque sur la neige aujourd’hui, l’atelier “comprendre comment mon enfant se sent aimé” animé… https://t.co/tyIN7407KI
11:11Bergerac : Six mois de travaux et un accueil de la mairie entièrement repensé -> https://t.co/UCNI92L8W5
09:14Sport : Lucas Pouille en 1/2 finale de l'open d'Australie -> https://t.co/EiKadoldBD
08:32 il faut améliorer le cheminement des visiteurs et malades qui viennent à la journée c'est h… https://t.co/1BzdlWBdiu
08:30 # - -Vienne : Les Steva ne sont guère enthousiastes -> https://t.co/1QerQipBbz
08:28RT : Région : Le CHU Dupuytren 2 ouvre en mars -> https://t.co/047eEyCcvO
08:23Région : Le CHU Dupuytren 2 ouvre en mars -> https://t.co/047eEyCcvO
21:36Assises de la Creuse. Une amitié d’enfance qui se brise. Un réfectoire qui renvoie à sa propre solitude... Debout a… https://t.co/B0mZ92DWiN
21:34Région : Des témoignages d’amitiés aux paroles d’experts... -> https://t.co/rqUUQrw0rW
18:42Périgueux : La mémoire des médaillés militaires honorée -> https://t.co/sdEZGlkk39
18:41Châteauroux : Nuit de la lecture à l’école Jean-Racine -> https://t.co/vQMVyK1rFH
18:39Indre : De la bonne pratique des outils numériques -> https://t.co/m2KUH8wNRl
17:58Notre-Dame-de-Sanilhac : Un poste en moins auprès des résidents -> https://t.co/SGcrkRH5Sb
17:06Sarlat-la-Canéda : Visite de Lou Cocal -> https://t.co/ejaC3nyFAk
17:01Terrasson-Lavilledieu : Participation citoyenne à La Feuillade -> https://t.co/faSMkdO1GB
15:59RT : En raison des conditions météorologiques et des chutes de neige en cours en , la réunion de mi-mandat des c… https://t.co/FsejXxlOzX
15:58RT : Poste - : La Poste, l'art de faire pourrir les relations -> https://t.co/kT4QcLTdKw
15:57RT : Bergerac : Prud’hommes : les inquiétudes de la nouvelle présidente -> https://t.co/VGwQsVNJjw
15:57RT : Tulle : Donner la voix au chapitre social -> https://t.co/9nmloBpPqm
15:45Coulounieix-Chamiers : Le début d’une métamorphose -> https://t.co/fW6nMrJGVR
15:43Argenton-sur-Creuse : Un partenariat inédit entre le lycée Châteauneuf et le SDEI -> https://t.co/eNOx1bHUri
15:43Coulounieix-Chamiers : Ces incivilités qui pourrissent la vie -> https://t.co/MYMQSvKJmx
15:42La Châtre : Au lycée, le civisme approvisionne les « Restos du cœur » -> https://t.co/A3fpfsv4Zm
15:40Périgueux : Se structurer pour mettre toutes les communes en valeur -> https://t.co/RmkGjQeK9E
15:35Super ! Et comment font les élèves pour rentrer chez eux ? https://t.co/TFZoswm65m
15:34RT : Suite à la disparition inquiétante de Martin Pennica, sa famille et les enquêteurs comptent sur vos RT. Merci à vou… https://t.co/Jhcm6mY9VF

Les cheminots enfoncent le clou

A la troisième séquence de leur grève perlée entamée le 3 avril, les cheminots ont décidé samedi d’aller à la rencontre de la population pour les sensibiliser sur les conséquences néfastes de la réforme du ferroviaire. Un message particulièrement bien reçu en Dordogne où la plupart des petites lignes sont menacées.

Alors que l’exécutif, Macron en tête, ne semble pas vouloir bouger d’un iota sur la question de la suppression du statut et du passage de la SNCF en société anonyme, les cheminots ont préféré emprunter la voix de la pédagogie auprès des Périgordins.
Et si demain disparaissaient tour à tour les lignes ferroviaires Périgueux-Agen et Périgueux-Brive ? Il ne s’agit pas là d’un chiffon rouge agité pour faire peur, mais bien d’un cruel scénario qui pourrait devenir réalité. Car, à l’image de la ligne Périgueux-Coutras-Bordeaux, elles souffrent d’un sous-investissement chronique qui pourrait bien sonner leur glas. Mais, pour moderniser le réseau, encore faut-il le vouloir et le pouvoir, ce à quoi la réforme Macron du ferroviaire semble incapable de répondre.
Bulldozer, Macron et consort n’en démordent pas : il faut réformer la SNCF, supprimer le statut de cheminot et transformer l’entreprise en société anonyme à capitaux publics dans la perspective de l’ouverture à la concurrence. Une fois n’est pas coutume, les cheminots tirent le signal d’alarme. Car pour eux, cela ne va en rien régler les dysfonctionnements que rencontre la SNCF. Au contraire, cela va les accentuer. A commencer par la dette. « Elle doit être reprise en totalité. Ce n’est pas un choix, mais une obligation », affirme Sylvie Etourneau, déléguée Unsa ferroviaire. Et encore « sa reprise ne signifie en rien que l’équilibre financier du système ferroviaire soit maintenu ». Et pour cause, « la volonté de passage en société anonyme provoque l’obligation d’emprunter à des taux supérieurs à ceux actuellement garantis par l’Etat, ce qui creusera d’autant la dette ». CQFD.
C’est une partie du message que les cheminots, qui multiplient les modes d’action, ont pu délivrer aux Périgordins qu’ils ont rencontrés samedi matin sur le marché de Périgueux. Ils ont également rédigé une motion de soutien à leur mouvement qu’ils ont envoyé à l’ensemble des mairies du département. A ce jour, les communes de Marsac, Agonac et Grand-Brassac l’ont déjà votée. « Les attaques contre les services publics comme la Poste ou France Télécom ont eu des répercussions dans les départementaux ruraux comme le nôtre », constate Jérôme Jean, le délégué CGT cheminots. « Et, ici, c’est bien le modèle social français qui est attaqué ».
Les cheminots ont reçu samedi matin le soutien des lycéens et étudiants périgordins qui se battent notamment contre le bac 2021
« qui creuse les inégalités ». De son côté, le Parti communiste s’engage aux côtés des cheminots pour lesquels il vient de lancer une souscription, visant à les soutenir financièrement pour les jours de grève qui sont autant de jours de salaire perdus. Autre initiative programmée, celle d’un débat public sur le thème « Ensemble pour vaincre Macron », organisé le 17 mai à 19 h 30 à Périgueux avec Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. En attendant, le mouvement de grève perlée reprend mercredi matin.

Convergence des luttes jeudi
Une nouvelle journée interprofessionnelle de lutte est organisée jeudi à l’initiative de la CGT. Elle vise notamment à faire converger les luttes comme celle des cheminots, des étudiants, des Ehpad... et porte sur des questions de pouvoir d’achat, de développement de l’emploi, de réduction du temps de travail à 32 h ou encore d’une développement d’une industrie et de services publics qui répondent aux besoins des populations. En Dordogne, deux rassemblements sont programmés : à 11 h 30 devant la gare de Périgueux et à 17 h devant le palais de justice de Bergerac.