Fil info
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6
11:07Bergerac : Un nouveau souffle au sein de l’union locale CGT -> https://t.co/0EnwmjpZeC

300 Périgordins sur les rails

Près de 300 personnes ont participé jeudi à la grande marche du rail pour la défense du service public ferroviaire, organisée à l’initiative de l’intersyndicale des cheminots. Dans le cortège, étaient présents des partis politiques comme le PCF, le PS ou la France insoumise, mais également des usagers soucieux.

Presque 30 ans après la marche du rail de fin juin 1989 qui avait vu 200 personnes relier Villefranche-du-Périgord à Périgueux en trois jours à pied par la voie de chemin de fer pour la défense de la ligne Périgueux-Agen déjà fortement menacée, ce sont près de 300 personnes qui ont participé hier à une nouvelle marche du rail pour la défense du service public ferroviaire.
« Depuis des dizaines d’années, les élus n’ont de cesse de prendre des décisions dogmatiques à contre-pied total des réels besoins des usagers. Si on voulait ecœurer les gens de prendre le train, on ne s’y prendrait pas autrement. S’ils mettaient autant d’énergie à sauver l’entreprise et à faire en sorte que le service public fonctionne, comme ils sont en train d’en
mettre aujourd’hui pour le tuer, je peux vous garantir qu’aujourd’hui on aurait un service public ferroviaire digne du 21e siècle, voire du 22e siècle. Mais hélas, ils préfèrent  utiliser toute leur énergie pour casser le mouvement ». Au moment de donner le signal de départ de la grande marche du rail hier matin, les cheminots, qui entamaient leur septième séquence de grève perlée, étaient particulièrement remontés hier, mais surtout déterminés à ne rien lâcher.
La motivation était d’autant plus importante que nombreux étaient ceux qui avaient répondu à leur invitation à relier à pied les sept kilomètres séparant Périgueux du vieux bourg de Boulazac, en marchant sur la voie ferrée : près de 300. Parmi eux, des salariés du public et du privé, des usagers, une poignée d’élus et de militants socialistes, quelques membres de la France insoumise et de nombreux militants communistes et élus.
« Les cheminots ont besoin de notre soutien », justifie Julien Chouet, le secrétaire départemental du PCF au moment de remettre un chèque de 650 euros en soutien financier au mouvement. « Il faut défendre les cheminots dans leur combat, mais également le service public qui est en péril. Il ne faut pas se faire d’illusions, après l’attaque contre la SNCF, demain c’est le reste qui va être mis à mal comme la sécurité sociale. Il ne faut rien lâcher. Et, au contraire, il faut amplifier la lutte, gagner la bataille de l’opinion », insiste le leader communiste. Le cortège n’a pas manqué d’effectuer une halte à la gare de Saint-Georges, à côté de laquelle a été tendue une immense bâche noire sur laquelle on pouvait lire « Rousset m’a tuer. Usagers sacrifié(e)s ». Tout un symbole. Alors que cheminots et certains élus se battent depuis des années pour la mise en place d’une véritable navette ferroviaire entre Mussidan et Niversac, qui permettrait de résoudre une partie des problèmes de circulation en ville, la Région a décidé unilatéralement de supprimer au mois de décembre dernier cet arrêt TER. Pourtant, comme l’expliquent les cheminots, cela n’a pas changé grand chose pour eux puisqu’ils sont toujours contraints de ralentir fortement à l’approche de la gare. Une absurdité de plus dénoncée avec force par les cheminots pour qui la journée d’hier était historique à plus d’un titre. « Cette marche historique comptera », estime Jérôme Jean, le secrétaire de la CGT cheminots. « Peut-être que cette initiative fera des petits un peu partout ailleurs en France. En tous les cas nous nous sommes réapproprié notre outil. Le rail nous appartient ». Le message est passé.

Réunion publique unitaire
Le Parti communiste organise un débat public intitulé Ensemble pour vaincre Macron le jeudi 17 mai à 19 h à la Filature de l’Isle à Périgueux, en présence d’Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Participeront également à cette soirée des syndicalistes, et tous les partis de gauche souhaitant proposer une alternative à la politique ultra-libérale de Macron.

Grande marche du rail jeudi 3 mai 2018

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.