Fil info
16:40Dordogne : Cancer du sein : l’appel à la mobilisation est sonné -> https://t.co/0ZXXooPezc
16:27 invité itinéraires culturels du Conseil de l’Europe à Görlitz (Allemagne) pour parler stratég… https://t.co/ZUM51f9Mju
16:24Bonneuil : Le domaine du Riadoux mêlera cyclisme et handicap samedi -> https://t.co/GUOYTLcjMM
16:22Saint-Marcel : L’ASSAAM, véritable moteur du musée d’Argentomagus -> https://t.co/xwDGV2SGYb
15:44Atur : Atur : les investissements continuent -> https://t.co/DkPLh0JbWm
15:40Périgueux : Dénoncer les entreprises finançant l’armement nucléaire -> https://t.co/q8RYy1Y6rn
15:37Périgueux : Le droit à la vie quotidienne -> https://t.co/zM8tGmRIe2
12:23RT : Dernière minute. Barcelone annonce fermer ses ports au réfugié . Elle cherche une solution à l’échelle… https://t.co/6fDQfD5Tfu
12:22RT : Manuel Valls réfugié politique à Barcelone https://t.co/3jHpUAn7tt
12:21RT : Ce soir au , la droite a voté contre un projet de logements sociaux dans le 16e et contre l'installa… https://t.co/lbn3BitBTv
12:20RT : L’émission « L’Heure des Pros » n’a jamais aussi bien porté son nom. https://t.co/BTCsN5Y9Uv
12:20RT : Conférence de presse des salariés de GM&S à la salle de la mairie de La Souterraine https://t.co/vY2SDlyQ4x
12:19RT : . ce qu'on veut mette en évidence c'est la réalité de la vie. On n'acceptera pas les situations de dé… https://t.co/LsSZuYTSVO
12:19Ce soir à 19h, espace Simone-Veil, Limoges, conférence des Amis du musée des Beaux-Arts sur l'artiste Mary Cassatt,… https://t.co/G0RVuCLnji
11:48Avant de faire des travaux coûteux le long des quais il serait plus judicieux, utile et respectueux de faire un gou… https://t.co/rioDkdorBr
11:14Conférence de presse des salariés de GM&S à la salle de la mairie de La Souterraine https://t.co/vY2SDlyQ4x
18:50Indre : Changer le regard sur Alzheimer pour mieux comprendre -> https://t.co/beuifJVFP1
18:49Châteauroux : [intégral] Adam et Eve entrent en scène -> https://t.co/B5pzdszS5h
18:33Périgueux : La cérémonie des pauvres -> https://t.co/NUQzzRvMDQ
18:311er match du les en grève sont présents pour les soutenir ! https://t.co/gJJ48CCFrq
18:31Périgueux : La suppression du Tode sera-t-elle la fin des saisonniers ? -> https://t.co/zN4kWBFT0Q
18:28Périgueux : Une association, pas une entreprise -> https://t.co/y9lpcQ63nn
18:25Périgueux : La santé, les impôts, les énergies renouvelables -> https://t.co/hYpZRJJd69
17:48Conseil municipal de Guéret : la vidéosurveillance un premier débat avant d'autres https://t.co/wqZxsvgOnE https://t.co/wqZxsvgOnE

Une figure qui a le goût de l’aventure

Catherine Rebeyrotte vient de faire paraître aux éditions Secrets de Pays une biographie, « Jean-Bonnefon, un parcours pluriel et
singulier ». Enseignante à la retraite Catherine Rebeyrotte a toujours aimé écrire et faisait déjà avec ses élèves des portraits de personnalités. C’est donc tout naturellement qu’elle s’est tournée vers la biographie. C’est ainsi qu’elle a publié en 2016 chez Ifie Editions, une biographie consacrée à l’ancien maire du Bugue Gérard Fayolle. Et c’est en rédigeant cette première biographie que lui est venue l’idée de faire celle de Jean Bonnefon. « Je l’ai rencontré par rapport à Aqui TV pour laquelle Gérard Fayolle s’était beaucoup impliqué et je me suis dit que la vie de Jean Bonnefon méritait aussi d’être relatée », explique Catherine Rebeyrotte. « Il a dû assumer très tôt des responsabilités. Il a été contrôleur laitier, nettoyeur de chantier et animateur d’une petite radio à Sarlat. Puis France bleu a voulu recruter, il a postulé et ça a bien marché avec le directeur de l’époque car il était arrivé en avance. Il a été animateur pendant quelques années puis Patrick Salinié cherchait un directeur pour le centre culturel de Sarlat, il a postulé et il a été pris. Puis Georges Derocles a voulu créer à Proissans une télé locale dans un garage et Jean Bonnefon a travaillé sur ce projet tout en travaillant au centre culturel de Sarlat. Il a finalement démissionné de son poste de directeur pour se lancer dans l’aventure d’Aqui TV. Il y avait peu de moyens et tout était à apprendre car il n’avait jamais travaillé là-dedans. C’est tout Jean Bonnefon, lorsque les choses deviennent routinières, il faut qu’il se lance des défis et parte dans de nouvelles aventures. Il faut dire aussi qu’il est avec la même femme, Ginette, depuis le lycée et qu’elle l’épaule dans toutes ses aventures ». Mais l’aventure d’Aqui TV ne sera pas un long fleuve tranquille, « très tôt, des problèmes financiers apparaissent mais Bernard Bioulac et Gérard Fayolle se sont battus pour elle et finalement François Carrier rachète la télé et apporte des capitaux. Il est devenu le patron et le courant n’est pas passé avec Jean Bonnefon qui a décidé de partir. Il avait entendu dire qu’un poste allait être vacant à France bleu, il a postulé et a été pris. Il est revenu à la radio et est devenu directeur de France bleu Périgord. Il a ensuite postulé pour les ateliers de création qui dépendaient de France bleu pour proposer des reportages qui étaient diffusés sur toutes les radios locales de France. A 60 ans il a fait une rupture conventionnelle car il considérait qu’il n’avait plus rien à apporter de neuf. Pendant toute cette période il a chanté avec Peiraguda et l’Affaire Brassens toujours avec les mêmes compagnons dont Salignié avec qui il travaille depuis tout jeune. Il a aussi fait de nombreux spectacles avec Daniel Chavaroche le tout en travaillant. Ce qui m’a intriguée chez lui et qui me laisse admirative, c’est qu’une fois qu’il était bien installé dans un travail il s’en allait. Il n’a jamais choisi la facilité. Il a toujours eu le goût de l’aventure. C’est quelqu’un d’enthousiaste et de chaleureux et quand il aime un groupe, un chanteur ou un livre, il entraîne tout le monde autour de lui. C’est un personnage agréable à côtoyer tout comme son épouse d’ailleurs qui a eu un rôle indéniable dans ses choix, c’est un travail qui ne se voit pas ». Le livre est préfacé de son ami Francis Cabrel et agrémenté de nombreuses photos dont Jean Bonnefon a rédigé les légendes. « Je pense que c’est un livre utile ne serait-ce que pour les Périgourdins car beaucoup le connaissent sans savoir tout ce qu’il a fait. Écrire me permet de faire connaître des figures du Périgord et nous avons quelques pépites », conclut Catherine Rebeyrotte. Catherine Rebeyrotte sera présente au salon du livre « Lire en Bastides » à Lalinde les 25 et 26 août. Elle dédicacera également son autre ouvrage « Gérard Fayolle et l’identité du Périgord », chez Ifie Edition (20 euros) toujours disponible.
Philippe Jolivet
« Jean Bonnefon, un parcours pluriel et singulier» par Catherine Rebeyrotte aux éditions Secrets de Pays 201 pages 18 euros.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.