Fil info
10:35RT : Aux conférences de presse, l’ n’aime pas les questions qui fâchent. a demandé à plusieurs reprise… https://t.co/EmdPzLDPlE
10:34RT : Donc la suppression de l'ISF, c'est "pragmatique". Un cadeau de 33 euros par jour pour les 358 000 Français les pl… https://t.co/RJ9stHviQS
10:33RT : Une conférence de presse sans surprise https://t.co/YSvu6cPGJU
10:33RT : Vous avez tort de dire que est sourd. Il n'est pas sourd. Il entend. Le problème est qu'il n'entend que de… https://t.co/OuIXypL91c
10:33RT : C'est sympa de nous emprunter notre slogan, nous sommes communistes, donc partageurs. Je rêve mieux encore : que… https://t.co/lVjj5H4fY4
05:16 : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver https://t.co/sSWwZ0nll6 via
19:17Indre : La MSA Berry-Touraine à un an des élections internes -> https://t.co/EmRZJxR7Rd
19:02Région : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver -> https://t.co/XVqh7Gf2m7
18:55Châteauroux : Chœur et chants venus de Russie dimanche à Saint-André -> https://t.co/wPaBfPeVWw
18:45Indre : Le PCF veut convaincre les abstentionnistes -> https://t.co/QOI3EvQ73Z
18:27# # - -Vienne : Le développement de la fibre optique se poursuit sur le territoire de Limoges Métropole -> https://t.co/DdBYH6yIf5
18:26RT : devrait annoncer, dans ses conclusions du « grand débat », son intention de faire « travailler davantage »… https://t.co/NJS30ctbyU
18:24# # - -Vienne : Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui pour ne pas oublier hier -> https://t.co/DDQeqqZvu3
18:20RT : « Est-ce que depuis deux ans on a fait fausse route ? » s’interroge . Et là on a envie de dire : « b… https://t.co/EuBnR6N1z8
18:20RT : Pour le moment, il enfile tellement bien les perles qu'il y a de quoi remplir toutes les vitrines de la Place Vendôme...
18:20Samedi, c'est l'ouverture de la pêche du brochet. Hauts-viennois, voisins proches et même touristes en quête de sec… https://t.co/rZuogHCjcs
18:18France : Opéra de Limoges: on revisite la musique de Bach -> https://t.co/3ljG8uALHk
18:07Région : Encourager le tourisme vert -> https://t.co/JUcJWfN6kJ
17:00Le plan d’action, check ! La partenaire, check ! Ne reste que la préparation physique, en bonne voie, et qu’un peu… https://t.co/eMlRQgAwHJ
16:57RT : Le 26 mai, mettons un carton rouge à Macron. Mettons un bulletin rouge, celui de . https://t.co/zwKiMRzyOt
16:55Périgueux : La SNC au service de l’emploi -> https://t.co/7hMcQav05C
16:50Boulazac : Un nouveau timbre célébrant la grotte de Lascaux -> https://t.co/T0YRnEOFVF
16:45Pour ceux qui aiment, Chimène Badi sera à l'espace culturel E. Lelcerc, demain dès 16h. Le public est invité.
15:57Châtillon-sur-Indre : Une semaine magique à Poudlard avec l’accueil de loisirs -> https://t.co/lXc93O8AR3
15:56Argenton-sur-Creuse : Un auteur « préhistorique » à la Maison de la Presse -> https://t.co/f8PoYa5mVT
15:55La Châtre : Soixante exposants et Anaïs Delva attendus à la foire-exposition -> https://t.co/yNDpSn0VIJ
15:44Montignac : Le 8e art à l’honneur à Montignac -> https://t.co/309rQBfHRy
15:42Trélissac : L’engagement d’un homme de bien -> https://t.co/pN2XV7nlpj
12:33RT : De nouveau réunis L’au-delà n’aura jamais été aussi classieux truculent épicurien et stylé https://t.co/J2dERXsnYu
12:30RT : De nouveau réunis L’au-delà n’aura jamais été aussi classieux truculent épicurien et stylé https://t.co/J2dERXsnYu
12:30RT : Près de 1000 personnes, Bravo ! C'est tout simplement le plus grand meeting du à depuis 1… https://t.co/w9FZVYnR4u
12:29RT : Salut l’artiste ! Passe le bonjour à NOIRET et ROCHEFORT... Ils sont désormais ensemble nos Grands Ducs et on les p… https://t.co/yaKY3NndGV
12:26RT : “J’ai la patate” entame avec bonne humeur ce dernier mois de campagne. Via . https://t.co/MFR1ucQRKl
12:26RT : . avait crevé l'écran lors du débat de France 2, il veut aujourd'hui redonner de l'oxygène au PCF. ⬇️ B… https://t.co/UCmakxP009
12:26RT : Européennes. Ian Brossat est politiquement bon, il est jeune et il est unitaire. Pourquoi s’étonner que sa campagne… https://t.co/8JJLwvadoE
12:25RT : ❤❤❤ https://t.co/pPgsCX7fz5

Mobilisation pour les Ateliers SNCF

Près d’une centaine de cheminots ont fait grève et ont manifesté hier matin pour défendre l’avenir du Technicentre du Toulon et l’emploi,  alors que se tenait une réunion à ce sujet en préfecture au cours de laquelle ont été annoncée des charges de travail jusqu’en 2022, mais également un recours aux intérimaires.

Fermetures de lignes, fermetures de gares, fermetures de guichets, réductions des horaires, transfert, menaces sur les contrôleurs, sur les roulants, les mauvaises nouvelles pleuvent actuellement à la SNCF. Et dans ce contexte morose que prédisaient les mobilisations du printemps, la Dordogne n’est pas épargnée, d’où la crainte des cheminots pour l’avenir des Ateliers du Toulon.
Pour que le Technicentre industriel de maintenance de Périgueux continue à avoir des charges de travail nécessaires à la poursuite de son activité, il faut qu’il y ait toujours des trains à circuler. CQFD. Sauf que cette logique ne va pas forcément de pair à l’heure actuelle à la SNCF au regard des décisions prises par la direction. D’où l’appel à la grève lancé hier par l’intersyndicale CGT, Unsa, CFDT et Sud des Ateliers SNCF de Périgueux alors que se tenait en préfecture une réunion du comité de suivi pour l’avenir du Technicentre. « Il faut maintenir la pression sur les élus et la direction », indique Jérôme Jean, le secrétaire de la CGT cheminots. 50 % des Ateliers de Périgueux étaient en grève et 56 % concernant ceux de Chamiers. Pourtant invités sur le piquet de grève dès 7 h du matin, pas un élu n’avait fait le déplacement, à l’exception notable du communiste Vianney Le Vacon. Pour les cheminots pourtant, face à une avalanche de mauvais coups, il y a urgence et la balle est dans le camp des politiques pour que cesse la casse de la SNCF. « L’Etat se désengage et l’avenir des petites lignes n’est pas assuré ». En Nouvelle-Aquitaine, où certaines d’entre elles ont déjà fermé, elles représentent 65 % du réseau. En Dordogne, c’est 100 % et la ligne Périgueux-Agen a du plomb dans l’aile. La succession de fermetures de guichets est également un motif d’inquiétude. A Périgueux par exemple, à compter du 1er janvier, ils seront fermés les dimanches et jours fériés, sans compter la réduction des horaires qui ne correspondent plus aux besoins des usagers. Comme à Thiviers où ils sont fermés à 16 h. « Moins de lignes, moins de trains, moins de guichets, c’est moins de travail pour les Ateliers », résume Jérôme Jean. « A ce rythme là, des territoires comme la Dordogne vont se re-trouver totalement isolés. Or, ce n’est pas comme cela que l’on va résoudre la problématique de la transition écologique ». Car sans trains, les Périgordins n’ont d’autre choix que la voiture ou le car.
Pour les cheminots, il y a à la fois urgence climatique et urgence économique et une nécessité de faire des investissements massifs (1,3 milliard en Nouvelle-Aquitaine), sur les réseaux. « La route, dans sa globalité, coût neuf fois plus cher que le ferroviaire ». Alors que les cheminots étaient réunis en gare de Périgueux pour une prise de parole, Pascal Villard, le directeur industriel du matériel à la SNCF, qui venait assister au comité de suivi, a été interpellé à la sortie d’un train. Il a notamment indiqué que le Technicentre bénéficierait d’une charge de travail sur les boggies, les sanitaires, et principalement sur la climatisation.
« Nous recruterons soit des cheminots, soit des gens déjà formés sur ce secteur », a-t-il précisé. Les cheminots ont rappelé que le Technicentre, en sous-effectifs, tourne actuellement avec 480 salariés et une quarantaine d’intérimaires « qui sont jetés au bout de 18 mois » et dont ils demandent l’embauche.
Sur les boggies, « les charges vont augmenter en 2020. Nous allons équiper le site en 2019 pour assurer cette montée en charge », souligne Pascal Villard, qui n’a pas caché une certaine « incertitude sur la reprise des voitures. La charge de travail liée au matériel remorqué reste jusqu’au 2022 avec la rénovation des voitures de nuit. Après 2022, tout dépend de  la charge sur la rénovation de grande série des TER en mi-vie. Ce matériel, appartient aux Régions. C’est à elles de décider à qui elle en confie la maintenance. Charge à nous de les convaincre que ça se fasse dans nos Technicentres. Les effectifs vont rester stables jusqu’en 2020 », promet Pascal Villard alors que les cheminots veulent des engagements écrits, notamment sur l’embauche des intérimaires.
Peine perdue, la direction est restée ferme sur cette question. Pour elle, il y aura recours à l’intérim dès lors qu’il y aura trop de charges pour le personnel des Ateliers. Prochaine journée de mobilisation le 14 décembre à l’appel de la confédération CGT.

Manifestation des cheminots pour la défense du Technicentre de Périgueux