Fil info
16:46Saint-Mesmin : Un territoire à découvrir sur un site exceptionnel -> https://t.co/Bj0InKeTBO
16:41Trélissac : 63 disciplines et plus de 89 000 licenciés -> https://t.co/pdNXWNrPJM
15:53Coulounieix-Chamiers : Un banquet citoyen réussi -> https://t.co/H8Wk1Rj8Uf
15:23Plus fort que la aujourd'hui dans interview de David Gozlan secrétaire général de… https://t.co/79nrzhpJum
14:52 Pourquoi pas une interpellation avec mise en garde à vue, c'est grave ce que fait cette élue?
14:50Canicule: jeux d'eau à La Bastide (au square Manet aujourd'hui 14h-17h (jeunes ados), à l’accueil de loisirs pour l… https://t.co/n6Eko3M4qw
14:45Canicule : les déchèteries et la collecte changent d'horaires. Jusqu'au 30 juin, elles seront ouvertes de 7h à 14h.… https://t.co/giEMqLJmbl
14:30RT : En pleine canicule, refuse d’ouvrir un centre d’accueil pour les sans-abri. Le préfet a saisi en r… https://t.co/yrCYRMvS7g
14:26RT : L’urgentiste estime que les moyens restent insuffisants : "En 20 ans, plus de 100… https://t.co/ErsKo6qQmp
14:23 Beurk
14:22RT : Les urgences de Brive, en grève illimitée, chantent leur colère ! https://t.co/9zNXO14YiK
14:21RT : Excellente nouvelle ! Le tribunal a prononcé la relaxe. Les décrocheurs de portraits de ne sont pas… https://t.co/sEHlwK2cSK
14:19 Beurk
14:18RT : Flash : Il fait chaud.
14:17RT : Canicule: le brevet reporté de quelques jours https://t.co/5NUdHuOQm1
09:02# # - : On ouvre en diversités -> https://t.co/vuYZKk1dHp
08:58# # - -la-Poste : Un voyage de trois jours sur la côte Vermeille pour les anciens élèves -> https://t.co/jQZd1DZErQ
08:56# # - : Pétanque : les jeunes parfois déconcertants -> https://t.co/5VuWEkgK3m
08:54# # - : Ecole de jeunes pompiers : magnifique ! -> https://t.co/QY9XWoQdG8
08:50# # - -Yrieix-la-Perche : Retour ce jeudi des marchés festifs -> https://t.co/GCgPY0k4BE
08:49# # - -Yrieix-la-Perche : Initiation au foot à Jules-Ferry -> https://t.co/JhH7nar4IA
08:46# # - -Junien : EDF prodigue quelques petits conseils pour faire baisser sa facture d’énergie -> https://t.co/Mn30pLIBix
08:44# # - -Junien : La nouvelle zone de Boisse prête à accueillir les entreprises -> https://t.co/gp4dwsWjdA
08:26Bergerac : La Résistance et la déportation racontées aux écoliers -> https://t.co/mxAk0IA3lN
07:56# # - : Ici, on se prépare pour la 1re du festival du blues -> https://t.co/Cgwg7mmDl9
07:53# # - : La rivière n’est pas une poubelle -> https://t.co/MVI0dPxXtZ
07:50# # - -Vienne : Des œufs bio 24h/24 grâce au distributeur automatique -> https://t.co/LL3A9SoSWI
07:46# # - : Une saison estivale bien remplie : à vos agendas -> https://t.co/5O8my2IwnK
07:44# # - -Vienne : Faire rayonner la langue française aujourd’hui et demain -> https://t.co/0h94Hwa8dz
07:39# # - -Vienne : Isabelle Lescure élue à la tête de la fédération départementale du BTP -> https://t.co/Eqh1yQvCoh
07:37# # - -Vienne : Les agents de la CAF, CPAM et CARSAT dénoncent «la classification de la rigueur» -> https://t.co/R8HvsebLOh
07:35Région : Quatorze nouveaux contrats de territoire au conseil régional -> https://t.co/mQtMKNDCbN
07:32Région : Les CFA seront-ils sacrifiés ? -> https://t.co/U5CNiCD5ul
19:06Tulle : La suppression de huit tournées ne passe pas comme une lettre à La Poste ! -> https://t.co/9mnBLUUSwj
18:57Brive-la-Gaillarde : Coup de chaud sur les services publics -> https://t.co/mEVNF5xdun
18:56RT : - et sont dans cette semaine pour présenter https://t.co/9yuLDETB0Q
18:54RT : Inauguration dans le 14e d'une place Louise-Losserand. Femme, résistante, communiste, encore une dont https://t.co/XlALdNKBGP
18:48Dordogne : Les syndicats dénoncent la disparition des dernières trésoreries -> https://t.co/xrlssPGkvK
18:43Dordogne : Le département vote son premier budget participatif -> https://t.co/4VpkWydT1m
18:26Indre : Argenton accueille la première édition du Défi inter-associations -> https://t.co/mn4yMiwFQc
18:25Indre : Argenton accueille la première édition du Défi inter-associations -> https://t.co/VmcjC0GJVe
16:57Rosiers-d'Égletons : Incendie du chantier des futures serres à tomates : des réactions en chaîne -> https://t.co/5riBMj2s0O

Le coup de blues des maires

Méprisés par le président de la République depuis 18 mois, les maires, qui demandent le respect, n’ont plus la foi. A l’heure où va s’ouvrir le grand débat national, ils refusent de servir de caution à l’Etat en s’associant à son organisation. C’est le message qui a été martelé mercredi à l’assemblée générale de l’Union des maires.

Mandat le plus plébiscité et vécu comme ayant le plus de valeur, le mandat de maire n’a plus autant la cote. Près d’un maire sur deux a déjà annoncé son intention de ne pas se représenter en 2020, contre un tiers pour les scrutins précédents. Il faut dire que l’accumulation de mesures combinée au contexte actuel n’incite guère à poursuivre l’engagement. Pourtant, certains continuent à vouloir se battre pour défendre la fonction.
C’est le cas par exemple d’André Laignel, premier vice-président de l’Association des maires de France (AMF) et président du Comité des finances locales, qui était l’invité mercredi de l’assemblée générale de l’Union des maires de la Dordogne. « Les communes sont de plus en plus la variable d’ajustement de l’Etat, que ce soit financièrement ou lorsqu’il y a un problème comme en ce moment avec les gilets jaunes où il tente de refiler la patate chaude aux maires. Mais nous ne sommes pas les sous-traitants de l’Etat », clame celui qui a derrière lui une longue expérience politique et qui craint que la crise sociale actuelle ne se transforme en crise démocratique, voire en crise de la République. « Cela fait déjà 18 mois qu’Emmanuel Macron est au pouvoir. 18 mois de promesses non tenues aux collectivités et 18 mois de mépris à notre égard », glisse André Laignel, qui ne digère pas la stigmatisation des élus locaux de la part du président, de son Premier ministre ou du gouvernement. « On nous a traités de trop dépensiers, d’inefficaces, d’incompétents, de clientélistes, et je passe l’épisode balance ton maire. Le tout en baissant les moyens des territoires et en procédant à une phase de recentralisation financière ». Bref, entre les maires et la présidence de la République, il y a plus que de la friture sur la ligne.
Dernier exemple en date, le grand débat national, voulu et annoncé par Emmanuel Macron pour répondre à la crise des gilets jaunes, mais dont les thèmes sont déjà annoncés par l’Etat. « Nous n’avons aucune raison de nous associer ou de coorganiser ce débat », souligne André Laignel pour qui il s’agit avant tout d’un « enfumage de l’Etat », qui cherche à gagner du temps dans une mauvaise période, en se défaussant sur les maires.
« On essaye de reporter sur les communes le lieu du débat et des désaccords. Si personne n’est d’accord sur les conclusions du débat, cela va retomber sur les maires. Ce débat n’est pas le nôtre car les revendications ne sont pas de notre ressort », résume André Laignel. Pouvoir d’achat, CSG ou encore RIC ne relèvent en effet pas des compétences d’un maire, mais bien de l’Etat. « L’habileté du gouvernement est de faire croire que la réponse est locale, mais ce n’est pas le cas ». Pire encore, alors que les maires sont unanimes pour ne pas devenir les boucs émissaires du grand débat national, selon André Aignel, faute de pouvoir apporter des réponses, l’Etat « se dépêche de poser toutes les questions », tout en précisant qu’il ne sera touché à rien de ce qui a été fait depuis 18 mois et que le cap ne changerait pas.
« Le grand débat national doit être un débat entre l’Etat et les citoyens», insiste André Aignel, qui fustige au passage le dédain et l’absence de vécu du président de la République, qui méprise l’ensemble des corps intermédiaires.
« Tout est dans la gesticulation et l’improvisation ». Seul espoir : « il est là pour cinq ans et les maires sont peut être ce qui reste encore de vivant sur le territoire républicain. Au regard des faits actuels, l’expérience va reprendre de la valeur ».

Une motion pour la séchesse de 2016
L’Union des maires a voté à l’unanimité une motion relative aux modalités de reconnaissance par l’Etat, de l’état de catastrophe naturelle au titre des mouvements de terrain. Dans sa ligne de mire, la sécheresse de l’été 2016, qui avait eu lieu après un mois de janvier particulièrement pluvieux. Près de 160 communes de Dordogne avaient reçu une fin de non-recevoir à leur demande de classement en état de ca-tastrophe naturelle, eu égard à des critères de Météo France. Pour l’Union des maires, l’Etat doit fixer clairement les critères de reconnaissance, qu’ils tiennent compte du réchauffement climatique et que l’Etat étudie précisément chaque demande de classement et non plus une zone géographique.

Air Max 95 Flyknit