Fil info
22:51France : Incendie mortel au cœur de la très chic station de Courchevel 1850 -> https://t.co/sBRlGn7zCY
22:49France : Psychiatrie : les personnels réclament de l’« humain » -> https://t.co/ep9TC7WLTV
19:18Indre : La France insoumise mise sur le local pour les européennes -> https://t.co/boPSjSWLVr
19:17Châteauroux : Une nouvelle directrice à l’APF pour la nouvelle année -> https://t.co/Y2x7USruik
19:14Indre : Acte X : des bougies en hommage, le débat vu comme de l'enfumage -> https://t.co/iOaN9LyXXE
18:17Comme chaque samedi depuis le 17 novembre, les gilets jaunes du sud de la Creuse se réunissent au carrefour de La S… https://t.co/WE4SAyCyxH
18:13Dordogne : Grand débat national, élections, les ambitions des marcheurs -> https://t.co/KAyNcQGIfi
18:12Beynac-et-Cazenac : Les opposants à la déviation écrivent aux entrepreneurs -> https://t.co/XA5QWofgxk
18:04Saint-Léon-sur-l'Isle : Les communistes veulent relever les défis politiques de 2019 -> https://t.co/EgNM6OBsl2
18:01Périgueux : Une fête intimiste pour célébrer le diamant noir du Périgord -> https://t.co/BUw1rhrBLD
17:58Beauregard-de-Terrasson : Améliorer le quotidien -> https://t.co/dT6CtqKoYr
16:54Bergerac : Virage à gauche pour des vœux aux accents très politiques -> https://t.co/ABNDiVZAr3
14:20Nouveau succès pour la à la . Petits et grands lecteurs ont investi la bibliothèque jus… https://t.co/QzLAH8mNDd

La Confédération paysanne tacle sévèrement la gestion de la FNSEA

A peine débutée que déjà la campagne pour les élections à la chambre d’agriculture se muscle. La Confédération paysanne juge en effet que la gestion de la FNSEA est responsable d’une grande partie des maux de la profession.
La venue de la grande patronne de la FNSEA mardi en Dordogne à l’invitation de la FDSEA dans le cadre de la campagne pour la chambre d’agriculture (lire aussi page suivante), n’est pas vraiment passée inaperçue. La Coordination rurale y est allée de son action (lire l’Echo de mercredi), tandis que la Confédération paysanne n’hésite pas à parler d’un « affront pour les agriculteurs périgourdins ». Le syndicat arrivé en troisième position du dernier scrutin en 2013 rappelle en effet que « la FNSEA est largement responsable de la situation de crises de l’agriculture. Comment peut-on faire confiance à ses représentants locaux en entendant le double discours ? », interroge le syndicat qui défend une répartition des aides de la Politique agricole commune (PAC) quand Christiane Lambert et auparavant Xavier Beulin « se sont opposés à la surprime des 52 premiers hectares, dit paiement redistributif, mesure pour une répartition plus équitable des aides, favorable à l’emploi, à l’élevage et à plus de trois quarts des fermes françaises. Et cette position continue d’être défendue dans les négociations de la nouvelle réforme PAC 2020 ».
Autre argument avancé par la Confédération paysanne qui défend le renouvellement des générations, le fait que les représentants de la FNSEA majoritaires au sein du fonds de formation VIVEA « décident de supprimer le dispositif de formation à l’émergence de projets. La FDSEA 24 fait belle figure en votant favorablement une motion proposée par la Conf’ lors de la dernière session Chambre d’agriculture dénonçant cette décision ». Or, précise la Confédération paysanne, « ce dispositif permettait d’accompagner les porteurs de projet dits hors cadre familial vers des installations solides et pérennes. La position de la FNSEA est inadmissible car elle ignore ses voix locales et l’enjeu majeur de l’installation et de la transmission. En une dizaine d’années, le nombre de paysans en Dordogne a diminué de plus de 3500… Tous les moyens doivent être mis en place pour empêcher l’hémorragie de paysans ».
La Confédération paysanne met également en avant son travail de défense des producteurs fermiers, de plein air lors des crises sanitaires afin que les normes de biosécurité soient adaptées à leur type de production et permettent de continuer leur activité, quand selon elle, « la FNSEA ne les défend jamais. Face au rouleau compresseur des normes biosécurité qui sont pensées pour l’élevage en filière longue, elle préfère donner la priorité à l’export et donc à la conservation du statut indemne de la France quitte à sacrifier encore et encore des dizaines de paysans ». Autre point de différence, la défense d’une transition agricole pour répondre aux attentes et aux défis sociétaux sans sacrifier les agriculteurs, en les accompagnant et en les aidant par la Confédération paysanne, tandis que la FNSEA « applaudit à la suppression des aides au maintien à l’agriculture biologique et revendique auprès du ministère de
l’Agriculture une diminution des aides à la conversion à l’agriculture biologique de 5 à 3 ans… Et soi-disant elle s’offusque du retard de paiement de ces aides ». Bref, entre deux visions irréconciliables de l’agriculture, le torchon brûle. « L’agriculture et les agriculteurs ont trop de valeur pour les laisser encore et encore dans les mains de la FNSEA et de ses représentants locaux. L’urgence est à la défense à tous les échelons d’une agriculture paysanne et non de l’agrobusiness ! Arrêtons de scier la branche sur laquelle nous sommes assis », affirme la Confédération paysanne, en invitant les électeurs à ne pas se tromper de bulletin.