Fil info
15:23Plus fort que la aujourd'hui dans interview de David Gozlan secrétaire général de… https://t.co/79nrzhpJum
14:52 Pourquoi pas une interpellation avec mise en garde à vue, c'est grave ce que fait cette élue?
14:50Canicule: jeux d'eau à La Bastide (au square Manet aujourd'hui 14h-17h (jeunes ados), à l’accueil de loisirs pour l… https://t.co/n6Eko3M4qw
14:45Canicule : les déchèteries et la collecte changent d'horaires. Jusqu'au 30 juin, elles seront ouvertes de 7h à 14h.… https://t.co/giEMqLJmbl
14:30RT : En pleine canicule, refuse d’ouvrir un centre d’accueil pour les sans-abri. Le préfet a saisi en r… https://t.co/yrCYRMvS7g
14:26RT : L’urgentiste estime que les moyens restent insuffisants : "En 20 ans, plus de 100… https://t.co/ErsKo6qQmp
14:23 Beurk
14:22RT : Les urgences de Brive, en grève illimitée, chantent leur colère ! https://t.co/9zNXO14YiK
14:21RT : Excellente nouvelle ! Le tribunal a prononcé la relaxe. Les décrocheurs de portraits de ne sont pas… https://t.co/sEHlwK2cSK
14:19 Beurk
14:18RT : Flash : Il fait chaud.
14:17RT : Canicule: le brevet reporté de quelques jours https://t.co/5NUdHuOQm1
09:02# # - : On ouvre en diversités -> https://t.co/vuYZKk1dHp
08:58# # - -la-Poste : Un voyage de trois jours sur la côte Vermeille pour les anciens élèves -> https://t.co/jQZd1DZErQ
08:56# # - : Pétanque : les jeunes parfois déconcertants -> https://t.co/5VuWEkgK3m
08:54# # - : Ecole de jeunes pompiers : magnifique ! -> https://t.co/QY9XWoQdG8
08:50# # - -Yrieix-la-Perche : Retour ce jeudi des marchés festifs -> https://t.co/GCgPY0k4BE
08:49# # - -Yrieix-la-Perche : Initiation au foot à Jules-Ferry -> https://t.co/JhH7nar4IA
08:46# # - -Junien : EDF prodigue quelques petits conseils pour faire baisser sa facture d’énergie -> https://t.co/Mn30pLIBix
08:44# # - -Junien : La nouvelle zone de Boisse prête à accueillir les entreprises -> https://t.co/gp4dwsWjdA
08:26Bergerac : La Résistance et la déportation racontées aux écoliers -> https://t.co/mxAk0IA3lN
07:56# # - : Ici, on se prépare pour la 1re du festival du blues -> https://t.co/Cgwg7mmDl9
07:53# # - : La rivière n’est pas une poubelle -> https://t.co/MVI0dPxXtZ
07:50# # - -Vienne : Des œufs bio 24h/24 grâce au distributeur automatique -> https://t.co/LL3A9SoSWI
07:46# # - : Une saison estivale bien remplie : à vos agendas -> https://t.co/5O8my2IwnK
07:44# # - -Vienne : Faire rayonner la langue française aujourd’hui et demain -> https://t.co/0h94Hwa8dz
07:39# # - -Vienne : Isabelle Lescure élue à la tête de la fédération départementale du BTP -> https://t.co/Eqh1yQvCoh
07:37# # - -Vienne : Les agents de la CAF, CPAM et CARSAT dénoncent «la classification de la rigueur» -> https://t.co/R8HvsebLOh
07:35Région : Quatorze nouveaux contrats de territoire au conseil régional -> https://t.co/mQtMKNDCbN
07:32Région : Les CFA seront-ils sacrifiés ? -> https://t.co/U5CNiCD5ul
19:06Tulle : La suppression de huit tournées ne passe pas comme une lettre à La Poste ! -> https://t.co/9mnBLUUSwj
18:57Brive-la-Gaillarde : Coup de chaud sur les services publics -> https://t.co/mEVNF5xdun
18:56RT : - et sont dans cette semaine pour présenter https://t.co/9yuLDETB0Q
18:54RT : Inauguration dans le 14e d'une place Louise-Losserand. Femme, résistante, communiste, encore une dont https://t.co/XlALdNKBGP
18:48Dordogne : Les syndicats dénoncent la disparition des dernières trésoreries -> https://t.co/xrlssPGkvK
18:43Dordogne : Le département vote son premier budget participatif -> https://t.co/4VpkWydT1m
18:26Indre : Argenton accueille la première édition du Défi inter-associations -> https://t.co/mn4yMiwFQc
18:25Indre : Argenton accueille la première édition du Défi inter-associations -> https://t.co/VmcjC0GJVe
16:57Rosiers-d'Égletons : Incendie du chantier des futures serres à tomates : des réactions en chaîne -> https://t.co/5riBMj2s0O
16:35Sarlat-la-Canéda : Concours d’architecte au collège La Boétie -> https://t.co/shk4jyO5cU
16:07Indre : Une journée à Maillé, le village martyr -> https://t.co/gK4TaUVtqT

Une marée rouge et jaune

Social

Entre 1 000 (police) et 1 200 personnes (syndicats) ont défilé hier matin dans les rues de Périgueux pour réclamer davantage de justice sociale, soulignant au passage que la plupart des grands conquis sociaux ont été acquis dans la rue.
Un arc-en-ciel de couleurs revendicatives. Du rouge, bien sûr, couleur de la lutte et de la CGT, qui appelait à cette journée d’action. Le rouge aussi de celui d’une poignée de militants FO, des drapeaux des militants communistes ou de la France insoumise, mais également du jaune, celui des gilets, au nombre de 150, qui se sont mêlés au cortège, ou encore du blanc bardé de couleurs, porté de la FSU et d’autres pastels, par quelques militants de Génération.S. Des couleurs, mais surtout des colères, contre les injustices et les inégalités. « La démultiplication des mobilisations s’oppose à la profonde injustice sociale et exige une autre répartition des richesses », rappelle Corinne Rey, la secrétaire départementale de la CGT, qui ne manque pas de souligner que ce sont « les travailleurs qui en vendant leur force de travail permettent la création de richesse qui est acaparée par le Medef et son lot d’actionnaires ». S’il est encore sans doute trop tôt pour parler de convergence des luttes, c’est bien l’idée sous-jacence de la journée d’action d’hier. « Le mouvement des gilets jaunes et l’action de la CGT dans les entreprises ne s’opposent pas », insiste Corinne Rey qui lance un appel à l’unité. « C’est ensemble, sans nier les uns et les autres, mais en se rassemblant à chaque fois où c’est possible sur des revendications communes que nous serons les plus efficaces ». Beaucoup des revendications exprimées par les gilets jaunes depuis plusieurs semaines se confondent en effet avec celles portées depuis plusieurs années par la CGT. Comme par exemple une augmentation du Smic de 20 %
(1 800 euros brut), du point d’indice, de tous les salaires et pensions ainsi que des minimas sociaux, une réforme de la fiscalité par un impôt sur le revenu plus progressif et une TVA allégée sur les produits de première nécessité, le rétablissement de l’ISF et une imposition plus forte des hauts revenus et de la détention du capital, le développement des services publics, le respect des libertés publiques tels que le droit à manifester remis en cause par le gouvernement, le renforcement des droits et garanties collectives, des droits au chômage, de la sécurité sociale, notamment de la retraite, etc. Autant de revendications qui seront une nouvelle fois portée, à l’issue du grand débat national... Mais dans la rue. La CGT propose en effet d’organiser une nouvelle journée nationale d’action à la mi-mars au cours de laquelle pourront être remis les cahiers d’expression revendicative populaire dans lesquels la CGT invite à s’exprimer.

Les gilets jaunes de la partie
Une présence qui allait de soi pour Didier, « nous avons les mêmes demandes donc je trouve très bien que l’on puisse faire ça ensemble. C’est logique et ça ne sert à rien de faire les choses chacun dans son coin. Mais il faudrait que ça se transforme en mouvement de grève de longue durée à l’image de notre mouvement qui n’a jamais cessé depuis le 17 novembre. Nous y participerions si c’était le cas ». Si au départ il était question que les gilets jaunes manifestent en fin de cortège, beaucoup s’étaient mêlés aux autres manifestants. Il ne s’agissait pas cependant d’une mésentente pour Didier, « ça avait été prévu en accord avec les syndicats. Nous l’avions déjà fait du temps de Colère 24. Si un jour c’est une manifestation organisée par les gilets jaunes on renversera peut-être les rôles mais là c’était organisé par les syndicats, donc rien de plus normal ».

Le cortège se rend à la Sobeval
La manifestation s’est poursuivie, au-delà des boulevards, devant les grilles de la Sobeval à Boulazc. La CGT entendait ainsi rappeler au patron de l’entreprise, le droit des salariés à se syndiquer. Un représentant du personnel, syndiqué CGT depuis peu, fait en effet l’objet d’une procédure de licenciement pour faute grave. Une procédure qui a vu le jour peu de temps après la création d’une section syndicale CGT au sein de l’entreprise à la tête de laquelle se trouve cet employé qui n’avait jusqu’alors jamais eu de problème durant ses sept ans et demi de mandat de représentant du personnel sans étiquette. Selon la CGT, le patron de la Sobeval « sous ses airs de bon père de famille, est un patron du 19e siècle, qui ne veut pas de la CGT chez lui », note Corinne Rey, la secrétaire départementale.

Ewen Cousin

nike air max 90 kids

Manifestation interprofessionnelle à Périgueux le 5 février 2019