Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

Le campus poursuit sa mutation

Niché sur les hauteurs de Périgueux, le campus Périgord attire toujours autant d’étudiants, séduits par des conditions optimales d’études et un coût bien moindre par rapport à la capitale bordelaise. Et cela devrait se poursuivre, puisque cette année sera marquée par les travaux de restructuration et d’extension du campus.

Près de 1 400 étudiants poursuivent chaque année des études supérieures sur le campus Périgord à Périgueux, qui organisait sa traditionnelle opération portes ouvertes samedi. Ce campus, à taille humaine et pour lequel les projets ne manquent pas, s’apprête à vivre une petite révolution avec l’accueil de l’école d’infirmière.
6,5 millions d’euros TTC, c’est le montant global de l’opération d’extension et de réhabilitation du campus Périgord, qui va être lancée à la fin de cette année. Le calendrier, accuse un peu de retard, mais il est tenu. La validation de l’avant-projet définitif doit intervenir en mars. Une fois lancés, 16 mois de travaux seront nécessaires. Ils devraient s’achever au printemps 2021. Un laps de temps confortable pour permettre l’IFSI (Institut de formation en soins infirmiers) de préparer sa rentrée. Ses 350 étudiants rejoindront alors les 750 étudiants de l’IUT, les 450 de l’IDE (Institut de droit et d’économie) et les 200 de l’ESPE (Ecole supérieure du professorat et de l'éducation), ce qui portera le total à près de 1 700 étudiants, soit  à quelques marches de la barre symobolique que souhaite voir franchie Benoît Jamet, le directeur de l’IUT et responsable du campus Périgord.
Ces travaux, sous la maîtrise d’ouvrage du Département, vont s’articuler en deux endroits distincts. Avec d’abord, pour environ la moitié de l’enveloppe budgétaire, la réhabilitation d’une partie de l’actuel bâtiment de l’ESPE (ex-IUFM) qui va concerner la partie actuellement occupée par l’administration de l’IUT qui va déménager, une partie désafectée et la moitié de l’espace actuellement occupé par l’ESPE. Le nouvel ensemble d’environ 2 000 m2 accueillera l’IFSI.
L’autre partie des travaux consiste en la création de nouveaux bâtiments, dans la continuité de l’actuel amphithéâtre, avec une bibliothèque de près de 700 m2, un restaurant universitaire (200 m2) consacré au snacking, une grande salle de cours (200 places) mutualisée, et un espace de vie pour les étudiants, sans oublier des espaces de vie extérieurs. « Il y aura un bureau commun à toutes les associations étudiantes pour mieux coordonner les actions entre elles », précise Benoît Jamet. L’espace de santé doit être agrandi et l’épicerie social doit voir son espace dévolu être triplé. « Tout ceci va dans le sens de l’amélioration du service à l’étudiant sur le campus », se réjouit Benoît Jamet.
Cela, c’est pour la partie concrète et mise sur les rails, car le campus fourmille d’autres projets qui sont à un stade plus ou moins avancé. La question de la mise en place d’une première année de médecine comme à Pau, Dax et Agen (à la rentrée) est toujours dans les tuyaux, mais relève du politique. Pour ce qui est du pédagogique, réflexion est lancée sur la possibilité de créer une licence pro autour du numérique consacrée au Big data, en collaboration avec Bertran de Born. Autre piste poursuivie, celle de la création d’une formation en altenance dans l’agroalimentaire par l’antenne génie biologique de l’IUT, en relation avec l’IFRIA. La création d’un nouveau bâtiment est envisagée. Il serait destiné à accueillir une plateforme agro-alimentaire pour de la formation initiale, de la formation de salariés de l’agro-alimentaire, et de la recherche. Ce projet fait l’objet de réponses à appels à projets. Plus globalement, le campus vise à être plus écolo. Un potager collaboratif a déjà vu le jour. Il va être complété par un verger collaboratif d’ici peu sans oublier plusieurs études menées tant sur l’éolien que sur le photovoltaïque qui pourrait d’ailleurs devenir à terme une source d’énergie pour le campus.
Bref, ce ne sont pas les projets qui manquent à la Grenadière. Reste encore à leur faire prendre vie.

Les 50 ans de la FAC de droit
L’Institut de droit et d’économie (IDE) de Périgueux, longtemps connu sous l’appellation département d'études juridiques et économiques (DEJEP), célébre cette année ses 50 ans. Cette antenne de la fac de droit de Bordeaux, a en effet été créée en 1969. Cet anniversaire sera célébré à travers plusieurs événements au travers de l’année. Le premier est prévu le 29 avec la finale du premier concours de plaidoirie, coorganisé par l’IDE, une association étudiante, le TGI et le barreau de Périgueux. Le thème retenu : les réseaux sociaux, Snapchat contre Facebook. A la mi-avril est programmée la remise des prix aux meilleurs étudiants. Un troisième rendez-vous autour de l’histoire de l’institut avec des témoignages d’anciens élèves, est également prévu à la rentrée.