Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

Des jeux en signe de solidarité et d’humanité envers les enfants

Un goûter ludique pour soutenir les familles de réfugiés Abdulhusain et Ndjolu-Eyoko, c’est ce que proposait samedi le collectif de parents d’élèves de Clos-Chassaing à Périgueux.

Les enfants des familles Abdulhusain et Ndjolu-Eyoko coulent des jours heureux et une scolarité épanouie à l’école Clos-Chassaing à Périgueux, au sein de laquelle ils ont noué de solides amitiés. Mais, il ne faut évidemment pas se fier aux apparences car leurs vies n’ont rien d’un conte de fée. Elles ont au contraire faites de souffrances et d’incertitudes. La famille Abdulhusain, qui compte désormais trois enfants depuis la naissance du petit dernier le 10 janvier dernier, est originaire d’Irak, un pays qu’elle a dû fuir sans quoi le père aurait été assassiné au simple prétexte qu’il vendait de la musique dans un magasin. Au terme d’une longue errance à travers l’Europe, la famille a trouvé refuge en Norvège qui a cherché à l’expulser à deux reprises, puis en France, un Etat qui ne veut pas plus d’elle. La famille est en effet sous le coup d’une expulsion potentielle.
Jolie Ndjolu-Eyoko a quant à elle dû fuir la République démocratique du Congo, laissant derrière elle un mari classé comme opposant et dont elle n’a plus de nouvelles et trois enfants. Violée, menacée de mort, elle a également rejoint la France fin 2016 avec ses deux plus jeunes filles dans l’espoir de trouver enfin l’asile et un peu de quiétude. Mais hélas, cet espoir a été vite douché puisque, même malade, elle s’est vue déboutée de sa demande de droit d’asile par les autorités. Trève hivernale ou pas, elle aurait dû quitter le logement mis à sa disposition par l’ASD le 14 janvier dernier pour rejoindre la précarité d’un hôtel de banlieue. Sans ressources, elle a fait le choix de rester dans ce logement pour que ses filles puissent être le plus près possible de leur lieu de scolarité. Mais cette situation ne saurait être éternelle. Car la préfecture a engagé une procédure auprès du tribunal administratif de Bordeaux en vue de l’expulser du logement. « Une personne dans un hôtel est moins enclin à lutter », constate Philippe, l’une des personnes engagée au sein du collectif des parents d’élèves de Clos-Chassaing. Un collectif qui organisait samedi après-midi une opération goûter ludique avec jeux pour les enfants, prétexte à récolter des fonds pour ces deux familles en difficulté. « Il ne doit pas y avoir de frontières pour l’humanité », justifie Philippe.