Fil info
13:33Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/36YQxxUAgf via
12:34 Ah trop bien ! Ils veulent toujours pas dire "autrice" par contre.
11:24 hummm...les pommes de terre sarladaises ma préféré, au marché du samedi!
10:44 😂😂😂
09:45RT : Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
09:27Ma très chère collègue Marion (alias ) en couv' de 😍 Rocks ! 😍 (tu auras le droit… https://t.co/XrfuRoU50U
07:49# # - -Vienne : Enseignant, un métier formidable, une loi fort minable -> https://t.co/T7yo5LIqDU
07:47# # - -Vienne : Une nouvelle moto pour initier les adolescents à la prévention -> https://t.co/COYZ9blKIN
07:45# # - : La fête des 50 ans pour les Portugais de Limoges -> https://t.co/jRxC1qdPet
07:42Région : Un trafic de cocaïne démantelé entre Limoges et Orléans -> https://t.co/MUO48zee2o
07:40France : «Que le préfet apporte des réponses, il y a des pistes» -> https://t.co/QryUXyW6ZS
21:09Sympa la mention en couv & l’article sur en p.2 de du jour 🧡 Merci 👍 https://t.co/4PzomCGlY1
19:14RT : [] 🌲🌿🔥 Pour sécuriser et faciliter le travail des qui luttent contre les de , p… https://t.co/zzvyL0i1gb
18:22🔴 Dernier coup de manivelles pour les machines au centre de tri de Limoges ! Demain 6H c’est Poitiers qui traitera… https://t.co/pKeBLdqtY1
18:00RT : Quand ça veut pas, ça veut pas. Un candidat de la liste conduite par Nathalie sous le coup d'une enquête f… https://t.co/f3ggkcRsUq
17:58La Châtre : Berry nature environnement s'apprête à nettoyer nos paysages -> https://t.co/kQVDS7PhiK
17:57Argenton-sur-Creuse : Mariana Ramos, l’héritière de Cesária Évora à l’Avant-Scène -> https://t.co/EcN4pQQrQo
17:55Indre : Une BD pour démocratiser la téléassistance -> https://t.co/7XMPikuprM
17:54Indre : La double vie de Gilles Paris -> https://t.co/BwIz1BlF2D
17:40RT : Nathalie Loiseau : "Ce que j’ai hérité de mon père, c’est la détestation de l’extrême droite." Ouais enfin sauf qua… https://t.co/ha3gSXFwQ0
17:40RT : Réponses de : 1/ « Votre document est un faux » - On l’a authentifié. 2/ « Je n’en ai aucun souve… https://t.co/7hPANIsJGv
17:38RT : Nathalie Loiseau affirme qu'elle ignorait que LaREM était un parti de droite https://t.co/oabcQq70mt
17:37RT : Les sur la Croisette ! Bravo à pour la sélection de son film à la à C… https://t.co/AwkyIh31PN
17:37RT : Soutien à et à Mediapart face aux declarations outrancières de Mme . Et vive la presse libre e… https://t.co/vA8EmwLgqE
17:36RT : C'est le moment de se rappeler que nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire du . Plus que jamais, on… https://t.co/tcuTjpFYkk

Des jeux en signe de solidarité et d’humanité envers les enfants

Un goûter ludique pour soutenir les familles de réfugiés Abdulhusain et Ndjolu-Eyoko, c’est ce que proposait samedi le collectif de parents d’élèves de Clos-Chassaing à Périgueux.

Les enfants des familles Abdulhusain et Ndjolu-Eyoko coulent des jours heureux et une scolarité épanouie à l’école Clos-Chassaing à Périgueux, au sein de laquelle ils ont noué de solides amitiés. Mais, il ne faut évidemment pas se fier aux apparences car leurs vies n’ont rien d’un conte de fée. Elles ont au contraire faites de souffrances et d’incertitudes. La famille Abdulhusain, qui compte désormais trois enfants depuis la naissance du petit dernier le 10 janvier dernier, est originaire d’Irak, un pays qu’elle a dû fuir sans quoi le père aurait été assassiné au simple prétexte qu’il vendait de la musique dans un magasin. Au terme d’une longue errance à travers l’Europe, la famille a trouvé refuge en Norvège qui a cherché à l’expulser à deux reprises, puis en France, un Etat qui ne veut pas plus d’elle. La famille est en effet sous le coup d’une expulsion potentielle.
Jolie Ndjolu-Eyoko a quant à elle dû fuir la République démocratique du Congo, laissant derrière elle un mari classé comme opposant et dont elle n’a plus de nouvelles et trois enfants. Violée, menacée de mort, elle a également rejoint la France fin 2016 avec ses deux plus jeunes filles dans l’espoir de trouver enfin l’asile et un peu de quiétude. Mais hélas, cet espoir a été vite douché puisque, même malade, elle s’est vue déboutée de sa demande de droit d’asile par les autorités. Trève hivernale ou pas, elle aurait dû quitter le logement mis à sa disposition par l’ASD le 14 janvier dernier pour rejoindre la précarité d’un hôtel de banlieue. Sans ressources, elle a fait le choix de rester dans ce logement pour que ses filles puissent être le plus près possible de leur lieu de scolarité. Mais cette situation ne saurait être éternelle. Car la préfecture a engagé une procédure auprès du tribunal administratif de Bordeaux en vue de l’expulser du logement. « Une personne dans un hôtel est moins enclin à lutter », constate Philippe, l’une des personnes engagée au sein du collectif des parents d’élèves de Clos-Chassaing. Un collectif qui organisait samedi après-midi une opération goûter ludique avec jeux pour les enfants, prétexte à récolter des fonds pour ces deux familles en difficulté. « Il ne doit pas y avoir de frontières pour l’humanité », justifie Philippe.