Fil info
22:14 La Corrèze s'incline devant son groupe préféré https://t.co/SHfLEErjCG
20:51 Trop de places assises vendues ce soir pour le concert aux Trois Provinces. Les organis… https://t.co/KMqLYwzL2K
20:46 . Trop de places assises vendues... Les organisateurs demandent à ce que les plus… https://t.co/tvs7v12Ers
20:01 Salle comble ce samedi soir à salle des Trois Provinces. 4000 personnes venues de toute… https://t.co/b2kedDQSTH
17:55Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/Bjy7a3Guk5 via
13:00Région : Le chocolat, un produit courant et pourtant si méconnu | L'Echo https://t.co/yBddTy4LcE via

Des élèves de la Peyrouse en Hongrie

Agriculture

Récemment sept élèves de bac pro conduite et gestion d’une exploitation agricole (CGEA) et bac pro sciences et technologie de l’agriculture et du vivant se sont rendus 15 jours en Hongrie.
Une initiative qui a été réalisée en partenariat avec le lycée agricole de Vác au nord de Budapest. « Nous travaillons avec eux depuis quatre ans et recevons des élèves de chez eux chaque année et cette année, ce sont nos élèves qui sont partis », explique Virginie Méchaussie, professeur d’agronomie au lycée La Peyrouse de Coulounieix-Chamiers. Un voyage de quinze jours durant les dernières vacances scolaires rendu possible grâce à une participation aux frais du programme de mobilité Erasmus qui a dépaysé ces jeunes Périgourdins qui se sont levés tous les matins à cinq heures pour participer à la traite des 400 vaches laitières de l’exploitation de 3 000 hectares dans laquelle ils étaient accueillis. Les après-midi étaient réservés à des visites d’exploitations agricoles mais aussi culturelles et ludiques. Une expérience qu’Arthur Varaillon en terminale bac pro CGEA dont la famille est installée à Mareuil-en-Périgord, n’est pas près d’oublier. « La taille des exploitations était gigantesque, c’est quelque chose à voir au moins une fois dans sa vie. Nous en avons vu une avec 4 500 animaux qui avait sa propre compagnie aérienne et des bateaux leur appartenant. 1 200 bêtes à traire avec des manèges de 60 places pour la traite et qui produit 12 à 13 millions de litres par an. Chez moi c’est l’inverse, mes parents ont une petite exploitation laitière en bio. Mais c’est à voir pour connaître ce qui se fait ailleurs et ce qui existe. Les gens ont été très accueillants et la langue n’a pas été une difficulté, on se comprend par les gestes. Et quand on est issu du milieu agricole, on arrive à s’adapter et à se comprendre ». Une belle aventure que ces jeunes ne sont pas près d’oublier.
Philippe Jolivet