Fil info
11:01 merci !
10:51Terrasson-Lavilledieu : L'incendie anéantit la moitié de sa récolte de noix -> https://t.co/6IyG2x8IXu
09:24Tulle : Le Sporting joue contre le cancer -> https://t.co/nKYRX7vLU5
09:09 L'hôpital local de va contracter 1 emprunt d'une dizaine de M€ pour sa reconstruction que… https://t.co/mmglrGVNe6
08:58Saint-Astier : Thierry Boissinot mènera un chantier à 11,6 M€ -> https://t.co/GAH95YtOUD
07:34# # - -Vienne : Municipales, «Limoges au cœur» officiellement lancée autour de Emile Roger Lombertie -> https://t.co/Ryiwnh60P7
07:31# # - -Vienne : Le préfet dans nos murs -> https://t.co/4yRgdW0rBk
07:28# # - -Vienne : Le quotidien d’un club sportif de banlieue -> https://t.co/H9J0PZ7PSE
07:25Région : FuturoWeen, l’Halloween familial du Futuroscope -> https://t.co/V32Bftjlt8
07:23Région : La grogne paysanne en suspens -> https://t.co/up6smLfsiQ
00:39le mouvement de la paix 19 soutient ; participez à la souscription https://t.co/DN1ipfEcB3
23:30 Le sociologue de la de à jeudi 24 oct à l'invitation du et de… https://t.co/6ADygJ1kE6
23:23Périgueux : Le sociologue de la famille François de Singly en réunion publique -> https://t.co/cTxdajcmVp
20:42Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? | L'Echo https://t.co/LEiCcanePU via
19:45Périgueux : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux | L'Echo https://t.co/rkUd8QXRlI via
19:34RT : La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
19:19Pommiers : Le Team Bethenet affiche sa belle santé -> https://t.co/NnoZb2hckN
19:17Gargilesse-Dampierre : Les généreux projets de l’asso « Pour Kungur » -> https://t.co/HLgr8WLOAf
19:16France : Des vestiges gallo-romains presque partout dans le secteur -> https://t.co/lB4icSu42A
19:15Châteauroux : La coopération plus que jamais -> https://t.co/blgUq2bqnV
19:13Indre : Le triporteur de Télématin sur la piste des produits berrichons -> https://t.co/0ZSBglvjfE
18:44Sainte-Croix-de-Mareuil : Omya : licenciements et débrayage -> https://t.co/LNPKGwkeYW
18:39Domme : Objectif à minima pour service de santé à bout de souffle -> https://t.co/FzyafHsisf
18:32Marsac-sur-l'Isle : Samedi, on se jette sur les savons pour aider à contrer les accidents de la vie -> https://t.co/fH1N7BoEDD
18:27Périgueux : Un meurtrier pouvant se contrer -> https://t.co/rwnW7nkbnZ
17:53RT : [senat] les pétitions de principe, les condamnations verbales ne suffiront pas à arrêter le pouvoir de qui… https://t.co/SSlHe9a36F
17:46RT : Si votre politique est si "bonne" monsieur le Premier ministre, pourquoi la France exprime t'elle autant de souffra… https://t.co/mst2HyiRBQ
16:52Terrasson-Lavilledieu : Réunion suivie sur l’intérim -> https://t.co/JuDW5G0x7H
13:38 1 colloque à pour défendre le purin d’ortie, le petit lait, Les décoctions… https://t.co/7y4icDzemg
13:21Quinsac : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux -> https://t.co/tNHZRQdq2C
13:01La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
12:35Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? -> https://t.co/OCVzdyUVmL

Disparition mystérieuse dans le Périgord vert

Edition

Bernard Bouyssou vient de faire paraître chez P.L.B. éditeur « Une dame pas si blanche, une aventure po-licière de Benjamen Brantôme ». Son premier polar qui ne devrait certainement pas être le dernier. Natif de Thiviers Bernard Bouyssou est revenu récemment au pays après avoir passé trente ans en Normandie dans la fonction publique. C’est là qu’il a commencé à écrire plusieurs histoires qu’il a voulu faire imprimer. « Puis j’ai voulu approfondir les choses donc j’ai beaucoup lu, pris des notes, pour construire mon histoire, coupé ce qui était inutile ou naïf, amélioré les descriptions et retravaillé les textes. J’ai supprimé beaucoup de choses, mais au bout du compte, lorsque j’ai été satisfait du résultat, ça faisait le double de mots. Puis, conseillé par un libraire de Thiviers, j’ai proposé mon texte à P.L.B. éditeur qui est basé au Bugue et qui a accepté de me publier à compté d’éditeur », explique Bernard Bouyssou qui précise, « à l’école j’étais plus matheux, c’est avec l’âge que je m’y suis mis, c’est donc une histoire récente pour moi ».
L’histoire est un polar dans lequel Benjamen Brantôme mène l’enquête. « Une jeune femme russe vient le voir car son mari, qu’elle a rencontré par le biais d’une agence matrimoniale franco-russe, a disparu. Elle avait auparavant fait appel à un détective normand, Jean Lemesnil, qui pensait que sa maison était hantée car se situant à côté d’une église désaffectée où apparaît une Dame blanche, mais n’était pas satisfaite de cette hypothèse. Conseillée par un capitaine de la gendarmerie de Périgueux elle a donc fait appel à Benjamen Brantôme », explique Bernard Bouyssou. Benjamen Brantôme est un natif de Périgueux. à 39 ans, c’est un rugbyman de 1,92 m taillé en V qui a du mal à accepter d’arriver à la quarantaine et de bientôt devoir jouer en vétéran. C’est par le biais de ce sport qu’il connaît le capitaine de gendarmerie. Homme ayant un certain caractère, il a fait des études de psychologie et de comportement et a un certain talent pour interpréter les gestes et les réactions de ses interlocuteurs qu’il ne manque jamais de tester en les déstabilisant pour mieux les cerner. Jean Lemesnil est quant à lui un détective pas très malin mais qui a souvent de la chance.
Benjamen Brantôme va donc enquêter sur sa cliente d’une beauté éblouissante, son jardinier (le couple a acheté un domaine dans le Périgord vert), la directrice de l’agence matrimoniale, le conseiller fiscal de sa cliente, la femme du jardinier etc... Tout ce beau monde est plus ou moins suspect et la cliente elle même paraît avoir un passé trouble d’où le  « pas si blanche » du titre. Accompagné de Lemesnil, Benjamen Brantôme va se rendre dans l’église désaffectée et se rendre compte qu’il s’y passe des choses pas très catholiques. Bien entendu le coupable n’est pas celui que l’on croit.
L’auteur s’amuse à faire un certain nombre de clins d’œils, au monde du rugby, mais aussi à la littérature et à lui-même puisque son héros habite 22 b rue Wilson, ce qui fait à la fois référence au 221 b  baker street (résidence de Sherlock Holmes) à sa propre date de naissance, un 22 et les deux « b » de ses initiales comme celles de Benjamen Brantôme. Des personnages que l’on devrait retrouver dans d’autres livres à venir puisque Bernard Bouyssou foisonne d’idées. « Dans les six premiers tomes, j’installe des personnages qui seront récurrents. Le prochain se déroulera en Normandie et on retrouvera Jean Lemesnil, amateur de bière qui fera découvrir notamment à Benjamen Brantôme le calva fait maison, genre 70 ° comme j’ai pu le découvrir à mon arrivée en Normandie. J’ai donc pu raconter les sensations que ça procure », plaisante l’auteur.
Bernard Bouyssou sera présent  en dédicace le 22 juin, de 14 h à 18 h chez Leclerc à Trélissac, au Salon Noir Vézère du Bugue le 20 juillet prochain et le 16 août à Ribérac, à la librairie « L’arbre à palabres ».
Philippe Jolivet
« Une dame pas si blanche, une aventure de Benjamen Brantôme », par Bernard Bouyssou, chez P.L.B. éditions,, 177 pages, 15 euros.
Facebook : Bernard Bouyssou Auteur et Bernard Bouyssou Livres.

air max 90 essential china