Fil info
11:02 hélas ne pourra pas lui rendre hommage

Un scrutin au goût amer

Politique

Au lendemain des élections européennes qui ont vu la victoire avec six points d’avance de la liste du rassemblement national sur celle de la liste de LREM, les réactions à gauche sont nombreuses pour dénoncer la progression de l’extrême droite et l’instrumentalisation de cette élection par Emmanuel Macron.     
La Dordogne n’a pas fait exception lors de ce scrutin en plaçant le Rassemblement national en tête. Un lendemain d’élection qui a laissé un goût amer dans la classe politique. Le département s’est abstenu à hauteur de 41,23 %. Un taux en baisse par rapport à 2014 où il était de 49,37 %. En revanche l’extrême droite progresse aussi dans le département puisqu’elle passe de 23,54 % en 2014 à 25,27 % lors de ce scrutin soit une progression de près de plus de 7 500 voix puisqu’ils avaient été 35 447 à avoir voté Front national en 2014  et 42 984 dimanche. Résultat auquel il faut ajouter les 1 271 voix de la liste de Florian Philippot. L’extrême droite se hisse donc en Dordogne aussi à la première place exactement 6 points au dessus de la liste de la majorité présidentielle qui avait fait de ce scrutin un duel entre Macron et Lepen. Une stratégie d’ailleurs dénoncée à gauche. En Dordogne Ian Brossat réalise 3,69 % soit 6 268 voix.  Pour Julien Chout secrétaire départemental du PCF, « au-delà du résultat du PCF et de notre liste conduite par Ian Brossat, qui n’est pas à la hauteur de nos espérances, alors que partout on sentait qu’il se passait quelque chose. Le vote utile, instrumentalisé depuis le début de la campagne aura fait son chemin, mais au-delà, c’est toutes les forces de gauche qui doivent se poser les bonnes questions, et nous avec. Avec une nouvelle fois un recul historique dans notre pays et une gauche en lambeaux. Le score plus que préoccupant du Rassemblement national, la preuve que le libéralisme, et Macron en tête ne sont plus en capacité d’endiguer la montée des populismes et des nationalismes, doivent nous amener à réagir… Après 6 mois d’enfermement de l’électorat, par la sphère médiatique, dans un duel Macron/Le pen inéluctable : nous avons eu les résultats, et ils font peur. Incontestablement, les médias mais aussi les forces de gauche n’ont pas su voir la colère des français, et cette colère s’est cristallisée, bien au-delà de ce que nous craignions sur le vote Rassemblement National pour sanctionner ce gouvernement. Même dans un département comme le notre, terre de résistance, les digues ont fini par céder. Je voulais rendre un grand hommage à tous nos candidats, à Ian Brossat, à tous nos camarades qui sur le terrain ont tout donné et ont mené une campagne qui fait honneur à nos couleurs. Je voudrais rendre un hommage à Nathalie Fabre qui a fait une campagne magnifique dans notre département. Nous l’avions dit avant ces élections, et après le congrès, le moment pour nous est à semer les graines. Et dans cette campagne nous avons renoué avec nos pratiques militantes, au contact des gens, des plus démunis et des salariés. Tout cela est un acquis considérable pour les batailles à venir. Notre résultat ne doit pas nous faire occulter tout cela. Et nous sommes aujourd’hui toutes et tous amenés à amplifier nos efforts. Ian et sa liste ont fait une belle campagne qui n’insulte pas l’avenir de la gauche. Il nous faudra, dans les semaines qui suivent, faire fi des attaques et des coups portés. Nous avons été dignes durant la campagne, nous le serons dans l’avenir. Parce qu’il nous faudra, incontestablement, réinventer le chemin du rassemblement, loin de ce que nous avons connu par le passé et qui ont tant déçus, sur des projets concrets, pour déjouer le piège : capitalisme/libéralisme contre populisme/nationalisme. C’est une autre voie que nous devons construire et ouvrir, si nous ne voulons pas que nos enfants connaissent le pire. Parce qu’on aura besoin d’un PCF fort, nous sommes disponibles pour recréer ces repères à gauche qui aujourd’hui font tant défaut. L’avenir passe par l’humilité, le travail collectif, le respect mutuel, le refus de la tentation hégémonique. Ecoutons-nous, respectons-nous, travaillons ensemble. Cette gauche que nous devons reconstruire, que nous allons reconstruire, doit placer au cœur de son projet la justice sociale et l’urgence écologique. Et soyons clairs : cette reconquête des cœurs et des esprits ne sera possible que dans la rupture avec le libéralisme. Reconstruire une gauche digne de ce nom en France, c’est à cet objectif que le Parti Communiste doit consacrer tous ses efforts, dans les semaines et dans les mois à venir. Dans cette période politique trouble, n’oublions jamais que nous n’avons aucun ennemi à gauche. Conservons la bienveillance qui fut la nôtre, conservons cette envie sincère de tendre la main, de réussir le rassemblement demain ».
Jean-Michel Cherbéro pour la France insoumise a également dénoncé un « marché de dupes ». « Le groupe France Insoumise Périgueux tient à remercier les électrices et les électeurs qui lui ont fait confiance par leur vote. Il tient à partager avec elles et eux la grosse inquiétude qui naît face au score du Rassemblement national, en Dordogne, en France et en Europe. Le marché de dupes, progressisme contre nationalisme, installé par Macron a fonctionné à plein, relayé sans interruption par la machine médiatico-politique. En réalité l’un se nourrit de l’autre. En permettant la première place à l’extrême droite, Macron ne rencontrera pas beaucoup d’opposition à sa politique destructrice d’une république sociale et solidaire. Et les politiques austéritaires de l’Union européenne renforceront cette destruction par la présence accrue des députés d’extrême droite. Pas sûr que les peuples y trouvent leur bonheur. Car ce n’est pas la victoire du peuple, comme le clame le Rassemblement national, qui est le grand gagnant de ces élections, c’est au contraire son asservissement par les forces réactionnaires. Les député.e.s France insoumise sauront dénoncer par leur intégrité et leur détermination, à Strasbourg, comme elles et ils le font à Paris, les politiques menées par les plus riches pour les plus riches. Les insoumis.e.s les accompagneront dans ce combat ».
Au PS aussi enfin, c’est un peu la gueule de bois, « en  attendant  de  connaître  le  visage  du  nouveau  parlement  européen,  les résultats des élections européennes fournissent dès à présent un éclairage limpide sur la situation politique française. A  l’échelle  nationale,  cette  élection  marque  une  progression  forte  de l’extrême-droite, représentée par quatre listes qui totalisent près de 29 % des voix. Cette menace croissante constitue la première source d’inquiétude pour l’avenir de notre pays et de l’Europe. Socialistes, nous poursuivrons avec force notre combat contre  les  thèses  populistes,  simplistes  et  xénophobes  propagées  par  le Rassemblement National et ses alliés. Le second enseignement réside dans le recul subi par LREM, le Modem et le Président de la République par rapport aux Présidentielles de mai 2017 (-2%) et son isolement dans le paysage politique français. Le parti présidentiel, en siphonnant les voix  de  la  droite  (qui  connaît  un  effondrement  historique),  se  place  désormais clairement dans le camp des libéraux.  Quant  à  la  gauche,  sa  désunion  masque  aujourd’hui  une  réalité arithmétique : elle  rassemble  aujourd’hui  près  d’un électeur  sur trois.  Elle  est  en mesure de bâtir la seule véritable alternative à la politique de régression écologique et sociale mise en œuvre par le gouvernement. Face  aux  deux  impasses  que  représentent  l’extrême-droite  et  le macronisme, la gauche porte donc une lourde responsabilité, celle de se réunir dans les  mois  et  années  à  venir.  Ce  devoir  d’intelligence  collective,  les  socialistes entendent s’y impliquer pleinement, sur le plan national comme sur le plan local, comme  ils  ont  commencé  à  le  faire  avec  Place  Publique,  Nouvelle  Donne  et  les radicaux de Gauche. En Dordogne, la gauche rassemble 34 % des suffrages, soit près du double des voix obtenues par LREM (dont le score est très inférieur au score national). Les scores inédits réalisés par le RN dans notre département y rendent le travail d’union de la gauche plus que jamais indispensable en vue des prochaines échéances. Les socialistes périgourdins ne se déroberont pas face à cet impératif réclamé par nos concitoyens ».

Philippe Jolivet

Online UA Air Max 97 Undefeated Black Grey Green Red Sneakers Sale, Discount UA BASKETBALL Online