Fil info
16:42RT : Il ne faut pas tout mélanger. On a essayé de nous entraîner sur la question de la grève et de la mobilisation. Ce n… https://t.co/BU5mLjKS99
16:37RT : La nouvelle saison du Hot Club commence par un retour aux sources du jazz avec l'orchestre "Mem’Ory" lundi… https://t.co/o6OUOkUN3N
16:35RT : Évidemment il est plus simple de dénoncer la galère des usagers que d'expliquer le pourquoi de l'application du dro… https://t.co/wytPkLcHTd
16:31RT : La réaction du de à démontre un durcissement de la réaction au mouvement… https://t.co/kMVzfWwLgQ
16:30RT : Édouard Philippe qui demande des “suites judiciaires” contre les grévistes de la SCNF.. quelle horreur ce gouvernem… https://t.co/uFgpB3LRET
16:29RT : . annonce des suites judiciaires contre les cheminots. La répression comme seul arme face à des chemino… https://t.co/H9jNtWeV9X
16:29 Qu'auraient-ils fait à la place du conducteur du train dans les Ardennes? Ils auraient trouvé la situa… https://t.co/jH2MqZrl5j
16:26RT : Ce gouvernement ne veut jamais rien négocier. Rien. Il enfume systématiquement sur « l’écoute », la « concertation … https://t.co/fte4awOJOw
15:40Périgueux : FO Dordogne durcit le ton : une grève pourrait se déclarer bientôt -> https://t.co/KZcQydTMex
10:52 si vs lisez l’histoire de Laurent, fauché par 1 chauffard à 12 ans... tjrs au à 39 an… https://t.co/mUr0Y0ztjS
10:41Périgueux : « Travailler dans une bibliothèque, ce serait le rêve » -> https://t.co/Om386ffkdU
08:48Marsac-sur-l'Isle : Dixième salon animalier du Périgord : coup d'envoi au parc des expo' ! -> https://t.co/p6CLIkLE08
07:47France : Nouvelle exposition au musée de la Résistance, regard sur les brigades internationales -> https://t.co/caNMHLqoaD
07:44# # - -Vienne : Les Petits Ventres, un succès sans cesse renouvelé! -> https://t.co/TTzFlA4Xuk
07:41Région : A la découverte de l’architecture contemporaine -> https://t.co/OSBGQvtF79
07:37Région : A Limoges, la voie du «faire pour apprendre» -> https://t.co/SqNTZduZAH
04:00La Douze : Un motard gravement blessé au sud de Périgueux -> https://t.co/MsiSO6cCfK
21:47 Un fait'div ! Vous ne vous sentez plus à Limoges...
20:36Périgueux : Juste "une pension digne du travail effectué" -> https://t.co/WJfjd1lZNU
20:29Le Blanc : Concert exceptionnel du chœur Mikrokosmos à Saint-Génitour -> https://t.co/NGRUEp7bS2
20:26La Châtre : La gauche se positionne et élabore dix propositions -> https://t.co/QVKtmmPuHT
20:22Châteauroux : Le nouveau quartier sur le site des 100 000 Chemises prend forme -> https://t.co/3YLUgPgWbG
20:19France : La question des enjeux alimentaires fait son cinéma -> https://t.co/FNy0X1qgvB
19:24Boulazac : Face à face poids-lourd-voiture : un mort et un blessé grave près de Périgueux -> https://t.co/JbGEj2ICby
19:19Périgueux : Pour l’égalité des parents devant la loi -> https://t.co/HrDXS6XflH

L’histoire oubliée de Clairvivre

Edition

Christophe Woehrle, docteur en histoire à l’université d’Amberg en Allemagne et Alsacien de souche vient de faire paraître aux éditions Secret de Pays « La cité silencieuse, Strasbourg-Clairvivre (1939-1945) », un livre qu’il a récemment dédicacé en Dordogne.
Christophe Woehrle est déjà auteur de plusieurs ouvrages sur la région Alsace-Lorraine. « L’an dernier j’ai tourné un documentaire pour France 2 avec Franck Dubosc appelé « Retour aux sources » et dans ce cadre j’ai rencontré, au musée des Invalides, Serge Barcellini, président du Souvenir Français, qui revenait de Clairvivre et qui m’a dit qu’il y avait en Dordogne quelque chose de formidable et complètement hors du temps, un cimetière Alsacien sur lequel personne ne savait rien et il m’a dit qu’il fallait écrire son histoire », explique Christophe Woehrle. « En octobre 2017 j’avais besoin de souffler un peu et nous avons passé avec ma famille quelques jours en Périgord. Nous en avons profité pour aller voir le cimetière des Alsaciens. Et là ça a été le choc car il est vraiment figé dans le temps ».
Le cimetière a été créé par les Hospices civils de Strasbourg évacués à Clairvivre. « La première inhumation a eu lieu le 22 septembre 1939. Et le cimetière est resté en service jausqu’au 31 janvier 1949. Ensuite il a été totalement abandonné car il n’avait aucune légitimité puisque créé en temps de guerre dans la cohue », explique Christophe Woehrle. « Il y a eu en tout 682 inhumations et il y demeure encore 486 corps de cinq religions et 19 nationalités. Des gens complètement oubliés de l’histoire dont 52 morts pour la France ».
En écrivant ce livre Christophe Woehrle a voulu faire « un livre d’or du cimetière. Toutes les tombes ont été identifiées et en l’écrivant je suis tombé sur un monsieur totalement inconnu après la fin de la guerre, Marc Lucius, qui était en fait l’administrateur des Hospices civils de Strasbourg et qui est le créateur de l’hôpital des réfugiés de Clairvivre. C’est lui qui a créé le cimetière et en faisant des recherches, je me suis rendu compte qu’il avait caché des juifs et avait organisé l’hôpital du maquis, soustrait des jeunes au STO,  et caché des enfants handicapés qui devaient être éliminés dans
le cadre du programme T 4. Il a géré cet hôpital pendant toute la guerre », explique Christophe Woehrle qui précise que la Cité sanitaire de Clairvivre avait été créé dans les années 30 (inauguré en 1933) par Albert Delsuc pour la FNBPC (Fédération nationale des blessés du poumon combattants) pour accueillir les gazés de la première guerre mondiale et les tuberculeux. En 1939, l’Alsace est évacuée, des Strasbourgeois sont accueillis à Périgueux et en Dordogne et les Hospices civils ont été accueillis à Clairvivre. « En juin 1940, les Allemands demandent à ce que les Hospices civils reviennent à Strasbourg et Marc Lucius, comme beaucoup de médecins, refusa d’y retourner considérant qu’il fallait continuer à offrir un hôpital où l’on parle alsacien aux Alsaciens restés sur place. Et avec Lucien Marie Pautrier, ils décident de créer l’hôpital des réfugiés. Ils font donc fonctionner cet hôpital jusqu’à la Libération et il va devenir une référence car tous les grands médecins alsaciens s’y trouvent et les grands hopitaux comme Bordeaux ou Limoges sont désormais en zone occupée il devient donc impossible de s’y faire soigner. Et derrière l’existence officielle de cet hôpital s’organisent un grand nombre d’opérations clandestines visant à sauver des vies, ce qui reste le but d’un hôpital. Mais il va aller bien au-delà de ses prérogatives. Fonctionnaire modèle, il va vraiment déroger aux règles. Et une fois la guerre terminée il rentre en Alsace, retourne à ses fonctions premières à la CCI et sera complètement oublié de l’histoire ».
Après avoir fait une serie de dédicaces fin août et avoir participé au festival Lire en Bastides, Christophe Woehrle reviendra au mois d’octobre pour de nouvelles dédicaces lors des commémorations de Clairvivre lors desquelles une rue Marc Lucius sera dévoilée.
Philippe Jolivet
« La cité silencieuse, Strasbourg-Clairvivre (1939-1945) » par Christophe Woehrle aux éditions Secrets de Pays, 256 pages, 20 euros.