Fil info
18:07Indre : Maternité : la commission d'appui n'a pas eu lieu ! -> https://t.co/4hXbbbn92f
17:30Tulle : Sécheresse : Les restrictions maintenues -> https://t.co/Ozp4tkH15P
16:11Région : La transition énergétique divise -> https://t.co/NB8561KJHK
16:09# # - -Vienne : L’implication par le dessin -> https://t.co/3h3TQkKXse
15:51Marcillac-Saint-Quentin : Une rue en la mémoire de l’ancienne institutrice -> https://t.co/f3RjRnSEC7
15:47Carsac-Aillac : Les moulins entrent en scène -> https://t.co/Ukmp4T7eMS
15:43Mussidan : La déviation est en bonne voie -> https://t.co/Nwe5gD0Ymm
15:42Dordogne : Une journée pour s’informer sur le mal de dos le 25 septembre -> https://t.co/89CeYCmTrr
15:40Dordogne : Le Périgord s’exporte jusqu’en Australie -> https://t.co/W81TRX9Kj4
15:36Dordogne : La « petite histoire » n’en finit pas de grandir -> https://t.co/sp5jjVhcys
15:33Périgueux : Deux jours pour prendre véritablement soin de soi -> https://t.co/gMUzMdwADs
14:54Saint-Benoît-du-Sault : 130 minots ont repris le chemin du stade -> https://t.co/gGe8tWRHE9
14:52Le Blanc : à quand le retour des coquelicots dans les campagnes ? -> https://t.co/AhSI0EREpq
14:52Pouligny-Saint-Pierre : La commune s'enrichit d'une nouvelle association -> https://t.co/0itB3FKHi6
14:44 😍😍
14:44 Yess
14:43 c'est Martin ? 😱
14:07Périgueux : Des locaux sécurisés et adaptés -> https://t.co/lFf1ComIiO
12:39RT : le bel article de l' pour la Journée Internationale de la Paix https://t.co/Qgnd5U9f7k
12:37RT : Pour le coup, Céline a sans doute la meilleure formule pour parler de : « La merde a de l'avenir, vous ver… https://t.co/TAornnQb8U
12:33RT : Contrairement à ce que je lis et j'entends, non, le ne propose pas d'agir dans le cadre des traités européens… https://t.co/yVJtV5QwsL
20:27Desserte ferroviaire : la défense du Paris-Orléans-Limoges-Toulouse est et reste une priorité absolue pour notre te… https://t.co/oWhA0mDTWf
19:28Tulle : L’urbain et la santé sur la table -> https://t.co/PTXzDFeRB7
19:26Indre : Attaque virulente contre la directrice de l’Agence régionale de santé -> https://t.co/A1hnN9nWvX
19:21Châteauroux : Une journée pour changer de regard sur la maladie d’Alzheimer -> https://t.co/Y2Uyz4O541

Les enjeux du dynamisme et du renouveau

Thermes

Cadre rural, eaux à 60°, double affection rhumatologie/phlébologie et un complexe aux multiples enseignes. Rien de mieux pour passer un séjour agréable. Focus sur une saison qui s'annonce riche en évolutions.
Croyances populaires et médecine douce : désormais connu pour être un territoire de recherche et d'élaboration de nouveaux traitements spécifiques à certaines pathologies, la Creuse reste également attachée à ses racines : celles des médecines alternatives.
Ancrée dans les mœurs rurales, l'idée d'anticiper le soin proprement dit par une approche médicinale se voulant plus « douce », semble trouver de plus en plus d'adeptes. Du simple petit bobo aux rhumatismes incommodants, les patients sont à la recherche d'une prise en charge moins « clinique ».
Se faire panser, magnétiser, rebouter : autant de termes barbares qui nous permettent d'être soulagés de certaines douleurs. Sur les terres creusoises, le soin se fait aussi grâce et par l'eau.
Seule station thermale de l'ancienne région Limousine, la commune d'Evaux-les-Bains est réputée pour les bienfaits de ses eaux sur les pathologies telles que la phlébologie, la rhumatologie mais aussi la gynécologie.
Et pour continuer de satisfaire les habitués et séduire les nouveaux venus, la station thermale projette de redessiner ses lignes en proposant de nouveaux aménagements.
Du plaisir et de la détente
Capitale Thermale mais pas que ! Le complexe des sources d'Evaux est aussi synonyme d'innovation en matière de développement.
La ville bénéficie de la marque déposée « Evaux laboratoire », en France et à l’international, pour la fabrication de produits dermo-cosmétiques.
Commune aux allures de bourg provincial calme et paisible, c'est à la mi mars jusqu'à la mi novembre que le taux de fréquentation croît de manière spectaculaire.

Céline Alanord
« Nous espérons approcher le seuil de 4.000 curistes cette année » indique Bruno Papineau maire et président de la SEM en charge de l’exploitation des thermes. Chiffre non négligeable pour le dynamisme économique du Nord-Est Creusois.
Et ce qui va de pair avec l'économie et le tourisme c'est la gastronomie, la détente et « bon vivre ». En 2018, les évolutions seront axées sur ces trois terrains.
Le principe en est simple : ouvrir les portes au plus grand nombre et permettre de démystifier l'enseigne de cure thermale. Car oui, l'idée est bien là et les structures pouvant accueillir un public très large, aussi.
« Il est vrai que le complexe thermal semble ne former qu'un seul bloc, cependant il dispose de plusieurs enseignes aux buts bien distincts avec différentes formules et propositions pouvant convenir à chacun » assure Vanessa Pajot, directrice de l'Hôtel.
Car il faut avouer que les parts de l'hôtellerie et de la restauration sont des points majeurs lors de la réservation des clients. Pourtant, l'heure est au questionnement.
« Comment optimiser ces deux enseignes aux forts potentiels tout au long de l'année ? » s'interroge le maire Bruno Papineau. Problème sous-jacent souvent lié à la fréquentation accrue en saison mais qui reste faible lorsque les cures s'arrêtent.
Evahona, centre de bien-être et de détente, est une des portes de sorties, alternative palliant la fermeture de basse saison.
Permettant de s'offrir une parenthèse agréable en profitant d'un sauna, hammam, jacuzzi, le centre a su trouver sa clientèle. Mais concernant le reste ?
«La municipalité a pour projet de réaménager le vallon avec l'aide d'une paysagiste de la prestigieuse école de Versailles » confie le maire. Et les projets ne s'arrêtent pas là.
Car pour faire vivre la cité Thermale il faut en voir sous le coude et ne pas perdre trop de temps entre les saisons de cures.
« En 2017, l'exploitation de la partie hôtel a été confiée en sous-traitance à la société HOREX » avoue M. Papineau.
Le renouveau prend naissance dans cette confiance mutuelle entre la commune, Vanessa Pajot et Caroline Braud.
Les idées pour voir évoluer la structure prennent vite forme. La jeunesse et les motivations des deux jeunes femmes sont palpables.
« Depuis un an, nous avons installé des formules que nous avons fait évoluer en fonction de notre clientèle, clientèle de curiste principalement du 3e et 4e âge » ajoute Mme Braud. Relayée par sa directrice, Mme Pajot explique vouloir « mettre l'accent sur le côté restauration ».
L'idée des formules refait surface avec la proposition de buffet à volonté ouvert à tous, une carte de grillades avec la mise en avant de produits locaux. « Chaque dimanche midi nous proposons également un menu gastro ».
Ainsi, l'espace hôtellerie-restauration, souhaite démocratiser l'accès à ses structures, n'étant pas « exclusivement réservée aux curistes ».
Inclus dans les nouvelles demandes, la rénovation de ces parties sont à envisager, laissant entrevoir une modernisation des lieux, une réhabilitation de la piscine thermale, pouvant donner envie aux curieux d'investir le site. Site qui rappelons-le ne date pas d'hier.
Des eaux thermales aux pouvoirs multiples, enrichies par l'ensemble de plusieurs structures.
De quoi passer du bon temps à Evaux.
Des soins et des petits plaisirs, pour mettre un « therme » aux petits tracas du quotidien

Cité thermale : légende et histoire

Au travers des mots de Georges Sand dans son roman Jeanne, l'écrivain nous rapporte la légende du jaillissement des Sources Evahonniennes.
« Aux Pierres Jaumâtres, près de Toulx-Sainte-Croix, jaillissaient des sources d’eau chaude jalousement gardées par les Fades (les fées) qui guérissaient les maladies des gens du pays. Mais ceux-ci, un jour, les délaissèrent. Furieuse, la Grande Fade bondit sur la plus haute des pierres et d’un coup de pied, fit se tarir les sources. Puis, saisissant un lourd marteau, elle le lança au loin en s’écriant « où ce marteau tombera, la source jaillira ! ».
Le marteau tomba à Evaux-les-Bains et la source d’eau chaude jaillit. Initialement découvertes par les Romains, les sources thermales, n’ont eu de cesse d’être exploitées au fil des siècles.
Le thermalisme prendra véritablement son essor avec l’arrivée du chemin de fer à la fin du 19e siècle. La construction du Viaduc de la Tardes par Gustave Eiffel en 1885 permet de relier Paris au Mont Dore via Montluçon et Evaux-les-Bains. Au début du XXe siècle, le thermalisme se professionnalise avec la construction d’un complexe regroupant un centre de soins et un hôtel de style Art déco d’une capacité de 70 chambres.
Evaux-les-Bains devient la 1ère station thermale au sud de Paris.
Lors de la première guerre mondiale, Evaux-les-Bains accueillera près de 3.000 blessés. Grâce au pouvoir cicatrisant extraordinaire des eaux, les soldats pourront repartir très rapidement au front.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.