Fil info
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

La centrale photovoltaïque redonne dynamique au village

Services publics - Environnement

Active depuis bientôt un an et demi, la centrale photovoltaïque de Faux génére l’une des prinicipales ressources financières de la commune qui multiplie les projets pour ses habitants.

C’est un véritable océan de panneaux solaires qui couvrent désormais plus de seize hectares de terrains communaux. Au nombre de quarante mille, ils sont devenus la fierté du maire de la commune. Il faut dire qu’Alain Legal s’est particulièrement investi dans ce projet né au lendemain de l’abandon du circuit automobile qui faisait en son temps le renom de Faux, et d’un ancien terrain de ball-trap. Dans ce village rural s’est alors posée la question de la reconversion de cette friche totalement polluée, artificialisée et impropre à la culture agricole. L’idée de la centrale se fait jour, elle sera la première en Dordogne.
Cinquante tonnes de pneus, quarante de ferraille et quinze de plomb ont été dégagées du site par la municipalité afin d’installer les panneaux solaires que l’entreprise Urbasolar exploite depuis janvier 2018. « Le retour sur investissement pour la commune s’est fait sur la première année », indique le maire, « nous n’avons pris aucun risque grâce à un bail emphytéotique contracté avec Urbasolar ». Une formule plus que gagnante pour la commune de Faux qui demeure donc propriétaire des terrains et encaisse ainsi les loyers s’élevant à cent mille euros par an, soit un tiers du budget du village. Un gain qui a boulversé le quotidien des six cents habitants du village.

« On réinjecte cette manne dans les services publics », Alain Legal

« Nous n’avons pas à augmenter la fiscalité, et nous neutralisons même celles faites par la communauté de communes », indique Alain Legal qui s’attache à faire l’inventaire des récents investissements engagés par sa municipalité : « La création d’une agence postale communale, la construction d’un city stade, d’un parcours santé, et bientôt la réhabilitation de la bibliothèque qui emploiera un salarié ». La commune mise également sur la formation autour de l’activité photovoltaïque et rénove actuellement l’ancienne tour de contrôle du circuit automobile pour y accueillir les étudiants du territoire. « Nous avons tous les services de proximité pour la population », se félicite le maire, « c’est une nouvelle dynamique pour le village qui en un an enregistre neuf demandes de permis de contruire de jeunes familles qui souhaitent s’installer ». Dans un contexte général de restrictions budgétaires et de désertification des zones rurales, Faux démontre là que les services publics sont des gages d’attractivité. Dans ce paysage solaire, le village fait donc figure d’Ovni. Impatient de présenter la vingtaine de moutons qui depuis tout juste quinze jours pâturent les sols de la centrale, Alain Legal a réussi son pari : concilier technologie et environnement, budget et avancées sociales concrètes. « C’est une reconversion de ce site en tout point positive qui nous encourage à poursuivre dans de nouveaux projets pour la biodiversité et les énergies renouvelables ».

La politique énergétique dans la campagne européenne

C’est cette centrale photovoltaïque de Faux que le candidat sur la liste EELV pour les Européennes Jean-Yves Grandidier a choisi de visiter ce jeudi soir. Accompagné de l’ancienne députée du Bergeracois Brigitte Allain, ce dernier a pu constater les intérêts apportés par un projet de production d’énergie renouvelable pour le village. Jean-Yves Grandidier sera de nouveau en Bergeracois ce vendredi. Il donnera en effet une conférence sur les politiques énergétiques, dès 20 h 30 à la Maison des Syndicats de Bergerac.

nike air max 90 custom