Fil info
09:46GM&S avec des propositions à l’Elysée... https://t.co/xJfsnbBEJ7

La Berrichonne à la ramasse

National : après Châteauroux - PFC

Les Castelroussins voulaient se relancer après la défaite à Sedan. Face au Paris FC ils sombrent devant sept milles supporters.
Très vite les Castelroussins vont être remis sur terre. Leader voilà moins de deux semaines, ils perdent leur fauteuil à Sedan, le dernier. Face au Paris FC une réaction était attendue, il n’en fut rien.
Dès le début de la partie les hommes de Michel Estevan encaissaient un premier but sur coup de pied arrêté puis un second avant la pause. Après une première période où on a vu des Berrichons se prendre les pieds dans le tapis, la seconde n’était pas de meilleure facture, les visiteurs donnant une leçon de football.
Que s’est-il passé pour être aussi mauvais ? Alexandre Raineau, le milieu de terrain castelroussin a essayé d’apporter des explications : « On a été bougés dans les duels. On prend deux buts sur coups de pied arrêtés, un troisième en contre dès la reprise. On a essayé de proposer du jeu sans y parvenir vraiment. On n’a pas été mis en difficulté au départ. Ils ont un grand gaillard devant qui nous a gêné et des bon joueurs sur le côté, des tireurs de coup franc. Ils ont mis deux buts sur coup de pied arrêté en première période. Après le troisième but la messe était dite. C’est une grosse sonnette d’alarme ».
Cinq buts contre Epinal, cinq vendredi soir après la défaite à Sedan, beaucoup de questions vont se poser.

Passer à la suite

Tout le groupe  a été d’un faible niveau pour un prétendant à une place dans les deux premiers sur le podium synonyme d’accession en L2. Michel Estevan avait averti ses joueurs.
Vendredi soir la déception était grande : « Je savais qu’il y avait un adversaire de qualité, qu’il fallait que l’on soit a la hauteur, on n’a pas été au niveau face à un adversaire de qualité. On va chercher les explications, il va falloir les trouver. On n’a pas été efficace défensivement, dans la transmission, devant le but, dans beaucoup de choses. La chance sourie aux audacieux, on a subi. Quand on en prend cinq à la maison, on est tous responsable. Il nous reste neuf journées dont quatre déplacements. Il n’y aura aucun match simple. Il faut jouer les rencontres comme des finales. ».
Le capitaine Aldo Angoula comme toute l’équipe était dépité : « On a conscience d’avoir gâché la fête (7.000 spectateurs). Il va y avoir beaucoup de remises en question. On est quand même abattu, on ne s’attendait pas a un tel résultat. La montée parait compliquée mais il y a encore de la place. Au niveau comptable on est encore dans le coup. On va essayer de voir où on en est dans la semaine pour remobiliser tout le monde. La petite note d’espoir c’est que la dernière fois que l’on a pris 5-0 on connaît la suite, huit matchs après on était sur le podium ».
Les Castelroussins sont quatrièmes, rien n’est perdu. Il va  falloir montrer un tout autre visage pour la suite. La victoire est impérative à Marseille Consolat  vendredi soir pour garder un espoir de montée.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.