Fil info
20:41La Fête de la Montagne Limousine 2018 c'est les 28, 29 et 30 septembre à en https://t.co/bstJzAfXV6
16:06un début de en fanfare, merci pour l'article, on se donne rendez-vous p… https://t.co/6jZloosTQK
14:08RT : Ussel : Des poèmes et des chansons pour célébrer la paix -> https://t.co/UbctK0Smqy
08:33Dans le on préfère la partager et la boire 🍻😜 https://t.co/UWVUX2n94t
08:29ce matin 22/09/2018 de 08:00 à 12:00 efs - perigueux attention changement de date le théâtre est reporte au lu… https://t.co/dRuAFv8dpK

Bleus: le grand saut en Russie

C'est parti : l'équipe de France s’est envolée pour Moscou hier après une préparation de 18 jours globalement réussie, avec deux victoires mais aussi un nul samedi contre les modestes Etats-Unis (1-1), et surtout sans aucun blessé.

Voici les Bleus engagés dans la dernière ligne droite. Leur avion s'est posé un peu avant 19h00 (heures françaises), par temps frais, et Noël le Graët, président de la fédération française de football (FFF) a précédé Didier Deschamps, le sélectionneur, à la sortie de l'appareil. Antoine Griezmann, Kylian Mbappé, Paul Pogba et consorts, devaient rejoindre leur camp de base dans les environs de la capitale russe, à Istra.
Cet après-midi, Didier Deschamps donnera sa première conférence de presse dans le monastère de la Nouvelle Jérusalem d'Istra, fondé au XVIIe siècle, et la sélection étrennera dans la foulée son stade d'entraînement situé à Glebovski.
L'étape suivante est prévue jeudi, lorsque les vice-champions d'Europe reprendront l'avion, direction Kazan. C'est là que, samedi prochain, ils affronteront l'Australie (midi heure française) pour leurs grands débuts dans la Coupe du monde russe (groupe C), quatre ans après avoir atteint les quarts de finale, battus à cette hauteur 1-0 par les futur champions du monde allemands.
« Avec les voyants
qui clignotent »
En Russie, « au moins, on va y aller avec les voyants qui clignotent », a exposé Didier Deschamps, finalement pas si mécontent des difficultés éprouvées par ses joueurs face aux Américains à Lyon. Après deux solides victoires contre l'Irlande et l'Italie la semaine dernière (2-0 et 3-1), il fallait éviter qu'une douce euphorie envahisse le groupe et qu'il aille la fleur au fusil au Tatarstan.
Les Bleus sont apparus fourbus samedi, pour cause de lourdeur climatique mais aussi de charges de travail intenses ces deux dernières semaines. Ils vont désormais « finir sur l'explosivité et la vitesse », a avancé « DD ». Qui touche du bois pour continuer à être épargné par les blessures, lui qui avait dû déplorer trois forfaits à l'orée du Mondial-2014 et de l'Euro-2016.
« Il y a beaucoup de confiance, les joueurs s'entendent bien, l'ambiance est très agréable et surtout ils sont bons. On a un staff quasiment identique depuis six ans et des joueurs qui connaissent parfaitement les règles », s'était félicité samedi après-midi le président de la Fédération (FFF), Noël Le Graët, auprès de l'AFP et Radio France.
Il est vrai qu'aucun problème n'a jusqu'à présent grevé l'atmosphère au sein du groupe. Les polémiques ont d'abord touché sa périphérie, entre le refus d'Adrien Rabiot d'être suppléant et la fracture désormais consommée entre Noël Le Graët et Karim Benzema.
« Pogcrise » évitée
Mais on a frôlé la « pogcrise » : Paul Pogba, après une prestation insipide contre l'Italie, a jeté un pavé dans la mare bleue mardi dans France Football - une interview cependant réalisée quinze jours avant publication. Il y revendiquait une nouvelle fois le rôle de « patron de l'équipe de France» mais y égratignait, en creux, les leaders (« il y a un manque »), le sélectionneur (« ce n'est pas comme si j'étais toujours dans les meilleures conditions ») et les autres milieux (« je fais des choses que des milieux ne font pas mais eux ne sont pas jugés comme ça, juste récupérer des ballons et faire le milieu »).
Le groupe l'a néanmoins défendu, Deschamps aussi, le maintenant en outre dans le onze. Et « la Pioche » lui a rendu sa confiance en réalisant un bon match à Lyon, avec beaucoup de présence et d'implication.
Pogba a du coup amenuisé l'hypothèse Corentin Tolisso, qui vient désormais se porter sur Blaise Matuidi, qui « a fait des meilleures performances que ce (samedi) soir », a admis Deschamps. Olivier Giroud était menacé par la concurrence, en l'occurrence Ousmane Dembélé, et l'avant-centre n'a pas vraiment été à son avantage samedi. Djibril Sidibé a aussi perdu des points en étant coupable sur le but américain.
Mais le sélectionneur avait dit vendredi que « non », les deux premiers amicaux n'avaient pas changé son idée à propos de son onze de départ pour le Mondial. Et si le onze aligné à Lyon ne préfigurait « pas forcément » celui de samedi prochain, il y a désormais tout de même de fortes chances que si.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.