Fil info
19:43Sainte-Orse : Une découverte sportives des sentiers et des bories -> https://t.co/vfA6wElVJb
19:40Dordogne : De l’ombre qui produit de l’électricité -> https://t.co/cQsXKDom8r
18:16Coulounieix-Chamiers : Quatre mois de travaux en vue -> https://t.co/9DxT4NVa43
18:13Beynac-et-Cazenac : Le chantier du contournement ouvert à la visite -> https://t.co/1mo9f1CLSt
18:07Douadic : Un hommage solennel rendu aux déportés -> https://t.co/gg1MPDzyaL
18:03Indre : Retour en images sur le Festival international des sports extrêmes -> https://t.co/4nwa33KUXh
17:54Châteauroux : Un air de guinguette pour les résidents des Rives de l’Indre -> https://t.co/6E2VQAyolz

Palestine : L’attendue reconnaissance d'Etat

Acte. L’Assemblée nationale débattra demain de la reconnaissance de l’Etat palestinien. Unerésolution qui devrait être adoptée mardi sans les voix de la droite.

L’Assemblée nationale débattra demain de la reconnaissance de l’Etat palestinien à travers une proposition de résolution socialiste qui devrait être adoptée le mardi suivant, mais sans le soutien de l’opposition, à la différence de votes récents en Espagne et au Royaume-Uni.

Le texte « invite le gouvernement à reconnaître l’État de Palestine en vue d’obtenir un règlement définitif du conflit » et juge que « la solution des deux États, promue avec constance par la France et l’Union européenne, suppose la reconnaissance de l’État de Palestine aux côtés de celui d’Israël ».

Le texte fera l’objet d’un débat vendredi matin, dans lequel interviendra le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, puis d’un vote solennel le 2 décembre. Le Sénat examinera un texte identique le 11 du même mois.

Cette démarche, non contraignante pour le gouvernement, s’inscrit dans un mouvement européen pour que la reconnaissance de la Palestine, jusque là envisagée comme l’aboutissement de négociations, soit maintenant utilisée pour relancer un processus au point mort. Ceci alors que la viabilité même d’un Etat palestinien est menacée par la politique expansive de colonisation de la part d’Israël et qu’un nouveau cycle de violences menace.

Répondant à l’invitation de plusieurs centaines de personnalités israéliennes engagées pour la paix, des votes similaires viennent d’avoir lieu au Parlement britannique, au Sénat irlandais et au Congrès des députés espagnols.

Un vote du Parlement européen est attendu en décembre. La Suède a elle reconnu l’Etat palestinien fin octobre, devenant le 135e Etat à le faire.
« Dans les autres Parlements, le vote s’est fait à la quasi-unanimité.

J’espère que nous saurons dépasser les clivages politiciens », a commenté le chef de file du groupe socialiste Bruno Le Roux.

Peine perdue, les députés UMP oscillent entre la non participation au vote et le vote contre. Leur chef de file Christian Jacob juge qu’on est « clairement dans le domaine réservé de l’exécutif et qu’entre une invitation (à la reconnaissance) et une injonction, la marche est limitée », de sorte que le vote d’une telle résolution « affaiblirait la voix de la France et la position de l’exécutif dans les négociations internationales ». Même argumentation à l’UDI.

A gauche, le texte sera soutenu « avec enthousiasme » par les écologistes et le Front de gauche qui avaient déposé leurs propres résolutions.
Pour les communistes, « c’est un combat historique », a rappelé le député François Asensi. Au PS, seuls une dizaine de députés (sur 289) n’ont pas signé la résolution.

Nike Air Penny 6