Fil info
09:23Dans notre édition aujourd'hui : - Un centre d'études pour penser les enjeux de société de demain. - Zoom : La... https://t.co/VmZ5Jelcpy
06:10 Magnifique mondain
23:26La une du Lundi 26 Juin 2017 https://t.co/vrwyBW1wIg
23:01France - L’aviation a encore de beaux jours devant elle... et des affaires à faire https://t.co/imkLVIqOBj
22:54France - « Queen Mary 2 » : hommage aux victimes de l’accident de 2003 https://t.co/g4F50CTPu5
21:42Ahun Un motard trouve la mort dans un accident C'est vers 18h 30 que le drame s'est produit dimanche soir. Il... https://t.co/U5W68AUbZJ
20:23Objat - Une journée consacrée aux sapeurs-pompiers, sauveurs et héros au quotidien https://t.co/iI9pheoQ0u
18:33Région - La Région partage son réseau https://t.co/Vh9EiFJZUb
18:29Région - Un centre d’études pour penser les enjeux de société de demain https://t.co/W0G7JltsOw
18:24Haute-Vienne - Une fonction vraiment prise à cœur https://t.co/Dk7VZy4N9f
18:13Châteauroux - Le Before Darc revient puissance quatre https://t.co/8WWmB1AKoq
18:11France - Jazz à tous les étages avec le festival Jazz en Berry https://t.co/hiybYWQVri
17:46Ce dernier week-end de juin mettait à l’honneur les sapeurs-pompiers. Après leur journée nationale samedi où... https://t.co/oFFUSOcHnn
17:45Creuse - Un dévouement exemplaire https://t.co/CgV0eOSPmV
17:40Les élections terminées, la fédération creusoise du Parti communiste a organisé dimanche sa fête départementale... https://t.co/4qQUmkEBnL
17:38Creuse - "Le rassemblement reste un objectif et un outil de lutte" https://t.co/F2yGJFvsHA
17:34De son côté, la France insoumise creusoise a organisé samedi une assemblée générale pour faire le point sur les... https://t.co/TyU3qfdiA6
17:33Creuse - Un après-midi convivial fait de réflexions https://t.co/TIzmlrpOZb
17:31La dix-huitième édition de la fête de l’âne aura lieu le dimanche 2 juillet mais il y a bien longtemps que les... https://t.co/WRVHdR8dv3
17:30Glénic - Une belle "ânée" s'annonce https://t.co/U6aURA7pDc
17:28Loups de Chabrières Heureux événements Deux louveteaux noirs du Mackenzie ont pointé le bout de leur museau hors de... http://5.55.81.23/
17:24Haute-Vienne - Le salon du livre de musique n’a pas dit son dernier mot https://t.co/q5aC5sBldW
17:21Haute-Vienne - «Quel intérêt pour les familles ?» https://t.co/kuw0UEpjjG
16:16Nexon - Hand Sud 87 et St Astier Dordogne, en toute amitié! https://t.co/ZagcMyW0PQ
16:15Haute-Vienne - Maison de l’enfance et de la famille https://t.co/TdDx8mk4bf
16:07Saint-Léonard-de-Noblat - Mamie raconte-moi une histoire! https://t.co/4fE4ch01cL
16:05Saint-Junien - La Rencontre BD se déroule le week-end prochain https://t.co/3iuFpryQE0
11:21Ussel - Une réussite pour les 80 ans de l'école Jean Jaurès https://t.co/n1nromZp04

"Le parti de l'argent a trop de candidats"

PRÉSIDENTIELLE. Benoît Hamon a réuni 20 000 personnes hier à Paris, où il a fixé son cap, celui de la "première République sociale et écologique puissante"

BERCY
Le candidat socialiste fortement attaqué par Manuel Valls, a prononcé un discours ancré à gauche dans l'espoir d'impulser sa campagne.
Scotché à la quatrième place dans les sondages, attaqué par Manuel Valls, Benoît Hamon a réussi hier à remplir Bercy où il a livré un discours vibrant, ancré à gauche, avec l'espoir d'impulser un nouvel élan à sa campagne.
"Tout commence aujourd'hui, tout commence avec vous, tout commence par vous", a clamé le candidat socialiste à la tribune, sous les vivats de quelque 20.000 personnes. Une harangue en forme de voeu pour le candidat qui peine à faire décoller sa campagne près de deux mois après avoir été investi à l'issue de la primaire organisée par le PS, et à un mois du premier tour de la présidentielle.
B. Hamon a donc abattu une carte majeure lors de ce grand rassemblement, devant une salle chauffée à blanc par les intervenants, de l'écologiste Yannick Jadot à la ministre Najat Vallaud-Belkacem en passant par Christiane Taubira. "Nous sommes invincibles", a même promis l'ancienne garde des Sceaux, aux côtés de quelques (rares) membres du gouvernement (Matthias Fekl, Thierry Mandon, Laurence Rossignol, Emmanuel Cosse...) et d'anciens protagonistes
de la primaire (Arnaud Montebourg, Vincent Peillon).
Grave par moments, notamment en faisant respecter une minute de silence en hommage aux victimes des attentats, Benoît Hamon a voulu prendre de la hauteur, en multipliant les références historiques, en évoquant la gravité de la situation internationale.
Offensif face à ses détracteurs
Benoît Hamon s'est aussi montré particulièrement offensif face à ses détracteurs alors que le matin même, son ancien rival de la primaire Manuel Valls a fait paraître une tribune au vitriol dans laquelle il éreinte son programme, empreint selon lui d'un "cynisme ambiant où l'on promet tout et son contraire, où l'on signe des chèques en bois". "Nous avons affronté des vents contraires ces dernières semaines, parfois une forte houle", a-t-il admis avant de railler ceux qui ont "quitté le navire dès le premier zéphyr".
Critiqué pour ne pas défendre le bilan du quinquennat finissant, le candidat socialiste a fait applaudir François Hollande, Bernard Cazeneuve et le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian pour leur action contre le terrorisme, mais pas Manuel
Valls.
Face à la droite et l'extrême droite, B. Hamon a aussi défendu une France "ouverte, généreuse, solidaire, innovante" . Il a par exemple égratigné "la clause Molière" visant à imposer l'usage du français sur les chantiers publics. "Tartuffe Wauquiez, Tartuffe Pécresse, Tartuffe François Fillon ! Et tout ça pour plaire à qui ? A Marine Le Pen", s'est-il exclamé.
Le revenu universel qui "réconcilie" chômeurs et travailleurs Dans une allusion à la célèbre tirade de François Hollande, lors de son discours du Bourget en 2012, contre la finance, un "ennemi" qui n'a ni "nom", ni "visage", B. Hamon a aussi
dénoncé le "parti de l'argent" qui a "trop de candidats" dans cette campagne présidentielle", en visant MM. Macron et Fillon, ainsi que Mme Le Pen.
Durant son heure et demie d'allocution, M. Hamon a repris les grandes lignes de son programme, dont son revenu universel qui "n'oppose plus le chômeur au travailleur mais les réconcilie", ou encore la légalisation du cannabis. Le candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon a conclu son discours dimanche à Bercy en fixant son cap, celui de "la première
République sociale, écologique, puissante", promettant à ses partisans de "faire du bruit dans cette élection".
A la fin du meeting, dans le pubic, on veut encore y croire.
avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.