Fil info
10:18Ussel : Maxi-Verte, la passion du VTT -> https://t.co/5UUyA1ZLBf
10:10Ussel : Bem-vindo a Portugal ! -> https://t.co/wE0fYui0Bd
19:36Assises de la Creuse La première affaire de la session du deuxième trimestre de la cour d’assises de la Creuse s’es… https://t.co/Gr8pHwDGa0
19:08Indre : Les besoins de main-d’œuvre en forte hausse -> https://t.co/NPqF6dTfHQ
18:36Indre : Vitalité et optimisme au CPIE -> https://t.co/RCOcEzQei9
18:32Issoudun : Une rue pour rendre hommage aux pompiers -> https://t.co/MdAum222aY
17:26Prévisions de trafic pour demain par la ; SNCF : TER Limousin : 63 % (trains + cars) ; 1 aller-retour Paris / Limo… https://t.co/RvOxm26hOP
17:13Après un 10e anniversaire tonitruant du Festival Lézart vert, l’association Creuse Toujours, Marche encore poursuit… https://t.co/b1roXqiKm1
17:07Dimanche, avait lieu la 23e édition de la foire aux fromages de Maisonnisses https://t.co/GHjCEtkkDf
16:57Sarlat-la-Canéda : La mode qui roule à Sarlat -> https://t.co/Ow0v7CiFUV
15:48Dordogne : Un festival pour le Planning -> https://t.co/ThmAPbIrW3
15:22Dordogne : Les cheminots plus déterminés que jamais à défendre la SNCF -> https://t.co/eSzrV57hUk
14:40Les Écoutez le cinéma chanter commencent demain à Seilhac ! Soyez au RDV !… https://t.co/78neAe64y0
14:18RT : Le chiffon rouge par les cheminots qui bloquent l’arrivée des camions au Technicentre https://t.co/lgz0Caqv3t
14:18RT : Quatrième séquence de grève perlée pour les cheminots de https://t.co/VoLbBwcHbW

«Le combat ne fait que commencer»

GUYANE. Les négociations menées par les ministres Matthias Fekl et Ericka Bareigts ont aussitôt été ajournées.

SOCIAL
Les négociations entre un collectif de Guyanais et les ministres Matthias Fekl et Ericka Bareigts, qui visent à sortir la Guyane de plus de dix jours de conflit social, se sont arrêtées hier quelques minutes à peine après avoir commencé.
Les ministres de l’Intérieur Matthias Fekl et des Outre-mer Ericka Bareigts avaient entamé hier matin leurs discussions avec les leaders de la mobilisation en Guyane, très déterminés à obtenir les moyens de faire enfin «décoller» le territoire après le succès des manifestations des derniers jours. Mais alors que les médias n’avaient pas été conviés aux discussions, le collectif portant les revendications a décidé, moins d’une demi-heure après le début de la rencontre,
que «ça ne pouvait pas se passer comme ça pour des questions de transparence», a déclaré l’un de ses membres, le représentant du Medef local, Stéphane Lambert, à l’AFP. La vingtaine de négociateurs issus de la société civile guyanaise sont alors sortis de la préfecture, où les discussions se tenaient. Ils faisaient face à 11h30 locales à des centaines de manifestants venus les soutenir, qui s’affirment «dé-ter-mi-nés».
La rencontre avait ceci-dit démarré dans une ambiance électrique et sous une pluie battante, avec 1h30 de retard. Alors qu’elle devait commencer à 9h locales, le collectif des «500 frères» avait d’abord exigé, et obtenu, le retrait du dispositif de sécurité érigé face à la préfecture, invoquant le bon déroulement des précédentes manifestations et menaçant de se retirer des discussions.
«Le combat ne fait que commencer », avait prévenu mercredi soir Mickaël Mansé, un porte-parole des «500 frères», mouvement très actif depuis le début du conflit il y a dix jours. «Quel que soit le gouvernement » qui sortira des élections, «ils nous doivent les infrastructures que tous les autres départements français ont ! » a asséné M. Mansé devant des centaines de personnes réunies sur un rond-point de Cayenne, qui scandaient, dans une ambiance festive, «nou bon ké sa» - «ça suffit» en créole. Et M. Mansé, très remonté contre Paris, de lister les besoins de la Guyane en termes de prison, de justice et de police.
Premiers résultats
Une partie de leurs requêtes a déjà été validée par l’exécutif. Mercredi, le Premier ministre, Bernard Cazeneuve a acté la création d’un tribunal de grande instance et d’un centre pénitentiaire à Saint-Laurent du Maroni, la deuxième ville du territoire, ainsi que la suspension de la cession du centre médical de Kourou. Et le préfet Jean-François Cordet, qui pilote une mission de hauts fonctionnaires envoyée par Paris, active depuis samedi en Guyane, avait annoncé lundi le renfort de «25 policiers, 23 gendarmes», ou «la fidélisation d’un escadron de gendarmes mobiles à Cayenne». Enfin, Ericka Bareigts et la ministre de la Santé Marisol Touraine ont validé mercredi une aide de fonctionnement exceptionnelle de 20 millions d’euros à l’hôpital de Cayenne, en difficulté financière.
Mais la tâche s’annonce malgré tout ardue pour les deux représentants du gouvernement, tant le territoire guyanais a été abandonné à son sort.
Avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.