Fil info
18:31RT : de grâce donnez nous le numéro SIRET de La Souterraine Industrie » cette société n’est pas inscrite au registre de commerce !
09:50RT : Présents à l'AG de l'association des maires de la Creuse https://t.co/2xs6doyhte

Le programme éco du FN : incohérent et faussement social

ÉCONOMISTES ATTERRÉS. Pour les 35 h et pour abolir la loi Travail le FN ? Mais pour « autoriser les branches professionnelles à négocier l’allongement du temps de travail » en même temps. Les économistes ont décrypté les 144 mesures et pointent mensonges

DÉCRYPTAGE
« Si le programme cherche à séduire les classes populaires par quelques propositions sociales comme la retraite à 60 ans, il est avant tout au service du patronat et des riches » : hier, les Economistes atterrés ont produit un nouveau décryptage des programmes économiques des candidats à la présidentielle : celui de Marine Le Pen.
Qu’en est-il des propositions destinées à séduire les classes populaires ? La taxation de « l’activité réalisée en France par les grands groupes » (proposition 62) ou l’interdiction « d’accès aux marchés publics des multinationales
qui pratiquent l’évitement fiscal » (79) ? Sauf que « le programme ne prévoit pas de mesure de lutte contre la délinquance financière » remarquent Anne Eydoux et Sabina Issehnane.
Le refus d’augmenter la TVA, le maintien de l’impôt sur la fortune et la baisse de 10 % de l’impôt sur le revenu
des trois premières tranches (74 et 75) ? Mais, il y a aussi la possibilité de transmettre 100 000 euros à ses enfants
sans taxation tous les 5 ans au lieu de 15 ou 50 000 euros aux petits-enfants (56). « Qui peut donner tous les 5 ans 100 000 euros à ces enfants ou 50 000 à ses petits-enfants ? » interrogent les auteurs avant de rappeler que ces taxes abandonnées seront « autant d’argent qui n’iront pas dans les caisses de l’Etat ».
Autre secteur : l’emploi. Le FN veut maintenir les 35 h et abolir la loi Travail ? Mais pour « autoriser les branches professionnelles à négocier l’allongement du temps de travail » (63). Outre la suppression du compte pénibilité, les syndicats sont dans le collimateur des mesures 44 et 45 destinées à la « simplification administrative », avec des instances fusionnées dans les entreprises de 50 à 300 salariés. « Le FN voudrait faire renaître les syndicats maison et mettre les autres au pas » synthétisent les auteurs. Le FN veut réindustrialiser le pays ? Le programme « s’avère très éloigné de la transition écologique annoncée et insiste surtout sur le développement de l’industrie militaire » où le budget actuel de 32 milliards d’euros passerait de 1,77 % du PIB à 3 %. Il y a bien une proposition 34 qui se gargarise de « l’industrie et l’État stratège », présentée comme « une victoire de l’économie réelle sur la finance spéculative », mais comment ? Pas de précision.
Des mesures sont enfin destinées à aller plus loin dans les baisses de l’impôt sur les sociétés et les exonérations
de cotisations. Certes, elles ne sont destinées qu’aux TPE-PME mais ne sont assorties « d’aucune contrepartie sous forme de création d’emplois ».
Patriotisme mal pensé, souveraineté mal digérée Dans ce domaine de l’emploi, la ligne directrice reste « la priorité nationale ». Pour y parvenir il entend mettre en place une taxe additionnelle sur l’embauche de salarié étranger (38), bien différente de celle qui existe déjà, due par l’employeur lors de la première entrée en France d’un étranger hors UE. Là, cela concernerait l’ensemble des salariés étrangers y compris ceux présents depuis longtemps sur le territoire et s’étendrait
aux ressortissants européens et consisterait en un prélèvement de 10 % sur le salaire brut. La proposition est certes édulcorée par rapport à 2012 où le FN voulait purement et simplement expulser les étrangers après un an de chômage, même avec un titre de séjour en règle et des années de cotisation. Elle n’en reste pas moins discriminatoire et, rappelle le rapport, si les étrangers actifs sur le territoire représentent 1,7 million de personnes, les Français vivant et travaillant à l’étranger sont estimés entre 2 et 3 millions. Quid des mesures de rétorsion ?
La bannière du « patriotisme économique » est portée dans les propositions 35 à 39. Rien de social a contrario de la France insoumise qui veut instaurer un « protectionnisme solidaire favorable aux salariés du monde entier en intégrant par exemple le respect des règles fondamentales de l’OIT dans les accords commerciaux». Le FN imagine lui que « son protectionnisme couplé au rétablissement d’une monnaie nationale va booster » cette compétitivité. Comment, pourquoi? Ce programme s’appuie selon les auteurs sur une pensée « magique ». A ce protectionnisme mal pensé s’ajoute une souveraineté mal digérée aboutissant à une sortie de l’Euro, un « Frexit qui n’explique nullement comment cette sortie s’organiserait.
À l’arrivée, comme par magie, la France serait souveraine et prospère, ronronnant sous la perfusion du « financement direct du Trésor par la Banque de France » (proposition 43).
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.