Fil info
22:40 — Brive-la-Gaillarde : Question : quartier libre ou pas ? | L'Echo https://t.co/e2ZPmXIdgE via
21:33 — RT : 😍😍😍😍😍😍😍😍 C'EST FINIIIIIII ! ON A GAGNÉ !!!!!!! đŸŽó §ó ąó „ó źó §ó żđŸ‡«đŸ‡· https://t.co/2ENqyERU1X
19:42 — Brive-la-Gaillarde : Question : quartier libre ou pas ? -> https://t.co/OvwusDOTrK
18:31 — J’ai beaucoup de respects envers les hĂ©ros du peuple đŸ™â€ïžâ€ïžâ€ïžđŸ‡«đŸ‡·
18:22 — Prissac : Familles rurales dresse le bilan d’une annĂ©e bien remplie -> https://t.co/dspILjcxIe
18:19 — Argenton-sur-Creuse : ArrĂȘt d’un train en gare programmĂ© par les usagers en colĂšre -> https://t.co/lDjk1hO2S4
18:17 — ChĂąteauroux : Le gĂ©nĂ©ral Bertrand en quinze Ă©tapes -> https://t.co/pF6SErx4Gt
18:15 — Indre : Les pompiers s’offrent un bain de foule -> https://t.co/k6Z55Rv9J8
17:46 — CĂ©nac-et-Saint-Julien : Une rĂ©ussite Ă©conomique indĂ©niable -> https://t.co/kTGr9FcaRK
17:44 — PĂ©rigueux : Trois points c’est tout -> https://t.co/PHzHRfPaO7
17:41 — Dordogne : Le combat cheminot essaime -> https://t.co/U8rQg2bCP5
17:38 — Dordogne : Le regard d’Eric Valmir sur l’üle de Lampedusa -> https://t.co/LdVSDIfBkm
16:22 — RT : Dans le cadre de la manifestation Hot Vienne, dĂ©couvrez l'exposition "Jazz in Limoges 1918-1939" du 21 juin au 31 d
 https://t.co/CPLuVUpCep
16:19 — RT : UnanimitĂ© pour interpeller les maires et Ă©lus de la creuse et leur demander de soutenir notre 
 https://t.co/qwXDmwwoTf
16:18 — RT : DĂ©but de l'AG des avec nos camarades cheminots marcheurs https://t.co/WWcSloV0oM
14:13 — Hier j'assistais au dĂ©bat organisĂ© pour les 75 ans de l' sur la thĂ©matique des collectivitĂ©s territ
 https://t.co/mQ4EZ6psF9

La semaine qui valait 1 000 milliards

ÉVASION FISCALE. A l’occasion de l’anniversaire du scandale des Panama papers, rĂ©vĂ©lant l'ampleur de la collusion entre États, banques et multinationales, un consortium...

MOBILISATION
C’était il y a un an presque jour pour jour : s’appuyant sur le travail du lanceur d’alerte « John Doe », le Consortium international des journalistes d’investigation rĂ©vĂ©lait le 3 avril 2016 ce qui allait devenir les Panama papers : plus de 11,5 millions de documents confidentiels issus du cabinet d’avocats panamĂ©en Mossack Fonseca, dĂ©taillant les activitĂ©s d’évasion fiscale de plus de 214 000 sociĂ©tĂ©s offshore et le noms des personnes ou entitĂ©s se cachant derriĂšre. Un an plus tard, une centaine d’organisations de la sociĂ©tĂ© civile ont dĂ©cidĂ© de fĂȘter l’anniversaire : elles organisent Ă  partir de ce 1er avril, une Semaine mondiale d’actions contre l’évasion fiscale.
Et pour cause, si les Panama papers se sont traduits par une onde de choc planĂ©taire, allant de la dĂ©mission d’hommes politiques Ă  l’élaboration de lois en passant par quelque 150 ouvertures d’enquĂȘte et une rĂ©volte de l’opinion publique, le rĂ©veil politique, lui, laisse toujours Ă  dĂ©sirer. DerriĂšre les efforts lĂ©gislatifs, l’absence de rĂ©elle volontĂ© des dirigeants, voire leur complicitĂ©, se traduisent par des projets de loi partiels, avortĂ©s ou reportĂ©s. Il en est ainsi de la loi Sapin II, en France, qui a Ă©tĂ© vidĂ©e de sa substance la plus incisive entre l’AssemblĂ©e et le SĂ©nat, reculant notamment sur la protection des lanceurs d’alertes, piliers du combat contre ce flĂ©au.
Non sens politique Pareillement, la loi sur l’obligation de « reporting » qui oeuvrait dans le sens de la transparence des entreprises a Ă©tĂ© censurĂ©e par le Conseil constitutionnel au nom de la libertĂ© d’entreprendre. Soit une dĂ©fense affichĂ©e d’intĂ©rĂȘts privĂ©s
au dĂ©triment de l’intĂ©rĂȘt public.
Enfin, cĂŽtĂ© justice, le nombre d’entreprises inquiĂ©tĂ©es frise le ridicule... presque autant que le montant des amendes rĂ©clamĂ©es. « C’est comme si un joueur de tennis s’équipait d’une raquette trouĂ©e pour y jouer, rĂ©sume l’un des organisateurs de la « semaine » : il attrapera quelques balles mais en laissera passer beaucoup plus ! ».
Pis, en France comme de par le monde, plusieurs figures politiques soutiennent des programmes contraires Ă  la lutte contre ce pillage gĂ©nĂ©ralisĂ© de l’argent public (lire page suivante). En mĂȘme temps que le parquet national financier Ă©mergeait des cendres de l’affaire Cahuzac, pas moins de 3000 postes Ă©taient ainsi supprimĂ©s dans les services fiscaux de contrĂŽle. Et encore cette semaine, l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financiĂšres et fiscales, « le bras armĂ© » de ce PNF, faisait Ă©tat de son « dĂ©sarroi » face au manque de moyens mis Ă  sa disposition. RĂ©sultat, en France, ce ne sont pas moins de 80 milliards d’euros qui Ă©chappent au budget de l’État chaque annĂ©e. Et de l’aveu mĂȘme du Parlement europĂ©en, la « dette » de ces fraudeurs en cols blancs s’élĂšve en Europe Ă  1000 milliards d’euros ! Un non-sens politique Ă  l’heure oĂč quatre des principaux candidats Ă  la prĂ©sidentielle assomment les plateaux tĂ©lĂ© de leur « impĂ©ratif austĂ©ritaire » et autre « menace de la dette publique ».
Pression populaire
C’est Ă  ces chiffres effarants autant qu’ Ă  ce mensonge politicien - si bien relayĂ© qu’il en est devenu un fait - que l’Alliance globale pour la justice fiscale a dĂ©cidĂ© de s’attaquer Ă  travers cette semaine mondiale d'actions. Au programme (lire ci-dessous), des confĂ©rences, des dĂ©bats mais aussi une multiplication d’opĂ©rations coup de poing aux quatre coins de la planĂšte pour remettre le citoyen au coeur de l’action.
Et, par ricochet, mettre la pression sur les multinationales et les pouvoirs publics afin de les forcer Ă  agir... pour de bon.
Car comme le souligne Dominique Plihon, porte-parole d’Attac, notamment aux manettes de cette mobilisation (lire ci-contre), c’est bien la prise de conscience populaire qui peut aujourd’hui jouer les David contre Goliath.
Frédéric Dutilleul

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisĂ©e.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformĂ©es en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont Ă  la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.