Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

François Hollande joue les conciliateur

GUYANE

François Hollande a appelé lundi à la fin du blocage en Guyane, finalement moins « total » que prévu, le collectif qui pilote le mouvement
social depuis bientôt trois semaines ayant décidé d’assouplir la mesure.
« L’économie guyanaise ne doit pas être fragilisée plus longtemps », a argué le chef de l’État dans un courrier adressé aux parlementaires guyanais, qu’il se dit prêt à « recevoir à tout moment à Paris ». Les parlementaires l’avaient interpellé sur le plan d’urgence du gouvernement, à hauteur de plus d’un milliard d’euros, qu’ils estiment « insuffisant ». « Les propositions ambitieuses » demandées par le collectif « Pou la Gwiyann dékolé » méritent « un examen approfondi » et doivent « faire l’objet d’expertises techniques et financières qui ne peuvent être menées en quelques jours », juge le président, pour qui elles pourraient « être retenues dans le futur plan de convergence » pour la Guyane.
Les anti-barrage se mobilisent Le collectif réclame 2,1 milliards supplémentaires. Il a finalement décidé d’alléger ses mesures de blocage, qu’il promettait « total » pour ce lundi, face aux critiques de la population. Si tous les véhicules, à l’exception des engins d’urgence, devaient être empêchés de franchir les barrages érigés dans les villes, « on ne peut pas (...) faire des blocages pour empêcher les piétons, les vélos et les scooters de passer », a reconnu dimanche soir Olivier Goudet, un porte-parole des « 500 Frères contre la délinquance ». Alors qu’aucun incident n’était rapporté lundi autour des barrages, la circulation était réduite à 11h locales dans le centre de Cayenne et les passants plutôt rares, du fait aussi d’une pluie battante.
D’autant que l’annonce du blocage total des barrages, jusqu’alors gérés avec une certaine souplesse, a provoqué la mobilisation des opposants à la poursuite du mouvement : une manifestation a été annoncée à Kourou, où est situé le centre spatial, en opposition au blocage.
Avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.