Fil info
09:08Dans notre édition aujourd'hui : - Toujours pas d'inflexion nette pour les chiffres du chômage. - Région : Juste... https://t.co/mtFNewiJk0
23:49La une du Mardi 27 Juin 2017 https://t.co/FpvD5bl2Mi
19:32Sarlat-la-Canéda - La maternité est-elle en danger ? https://t.co/BQmz86Cqb3
19:29Dordogne - Conseil départemental : du Rififi dans l’opposition https://t.co/hg19yHg8VM
19:18Châteauroux - Dix jours de festivités pour les 50 ans du départ des Américains https://t.co/NgXk8UW6rg
19:15Indre - C’est Darc à la campagne ! https://t.co/YEiUdSqLgD
18:00Dans la grande salle de l’IRFJS, règne l’agitation classique qui précède les assemblées générales. Les adultes,... https://t.co/RG63VGDmEM
17:59Creuse - Modestes témoignages importants et petites histoires capitales... https://t.co/I4w1zUZpeL
17:55Reconnus comme partenaires fiables en Haïti, les membres des 7 structures du réseau Haïti Ouest se retrouvaient... https://t.co/meKQDajL9y
17:53Creuse - Solidaires, oui, bons samaritains, non https://t.co/RQv4zEVd4g
17:48Le Menoux - Donner l’envie de faire de la randonnée avec l’aménagement de la Voie Verte https://t.co/LYGlKzDGI6
17:47Haute-Vienne - La «Clafoutis party» où les JO du cracher de noyaux https://t.co/KdIuObx83f
17:47Le Menoux - Donner l’envie de faire de la randonnée avec l’aménagement de la Voie Verte https://t.co/4NPdGMCtzg
17:45Haute-Vienne - «Entre t’air et eau» la nature pour tous https://t.co/vAA0lv99jE
17:39Indre - Inauguration de la stèle de Rouze https://t.co/JnlEQDWPmY
17:37Saint-Aigny - Patrick Gallienne fait chanter les convives du restaurant https://t.co/D4WqUsNNIU
17:33L’espace André-Lejeune à... https://t.co/umjj3aW3Cy
17:32Creuse - Du monde pour la conférence sur la tique https://t.co/Uo4er30F9s
17:31Région - Juste un retour à la normale https://t.co/K909v6R5QL
17:26C’est dans une ambiance toujours conviviale que se sont réunis le 21 juin dernier les enfants, les parents, les... https://t.co/XJkve3yA9L
17:25Creuse - L'année est finie, des félicitations et un cahier... https://t.co/vSKwYf14Qd
13:09La Châtre - FaRanDoLe a versé sa recette en faveur des jeunes têtes https://t.co/XEFSC55CNs

Gérer l’urgence sans évincer les vraies questions

GRANDE-SYNTHE

Autorités et associations tentaient d’organiser dans l’urgence mardi l’accueil de quelque 1.400 migrants laissés dans le dénuement après la destruction par le feu, dans la nuit, du camp de la Lignière.
Seuls environ 70 chalets en bois étaient intacts sur les 300 que comptait ce site ouvert en mars 2016 sous l’impulsion du maire écologiste de Grande-Synthe, Damien Carême. L’incendie est lié à une rixe intercommunautaire mais «la surpopulation » du camp de la Lignière depuis le démantèlement de la «jungle» de Calais fin octobre et plus largement le défaut de gestion humanitaire de l’État, «a créé des difficultés» à l’origine du drame, de l’aveu du maire. La totalité du camp a été évacuée dans la nuit, selon le préfet du Nord, Michel Lalande, sur place dès lundi soir. 400 à 500 migrants ont été hébergés dans trois gymnases réquisitionnés, d’après François Guennoc, de L’Auberge des migrants. «Le reste s’est caché dans la nature», s’est désolé Christian Salomé, de L’Auberge, demandant au gouvernement d’ouvrir «un corridor humanitaire pour que les mineurs puissent rejoindre la Grande-Bretagne». Une position partagée
par le directeur général de l’association France terre d’asile, Pierre Henry, qui a demandé «la réouverture des voies d’immigration légales» avec ce pays et l’application «des règlements européens qui permettent le rapprochement familial».
«Sortir les migrants de l’errance»
La Cimade de son coté a réitéré «plus que jamais la nécessité de créer des lieux d’accueil humanitaire sur le littoral» pour «permettre aux personnes migrantes de sortir de l’errance et des graves dangers auxquels elles sont exposées». Pourtant, «il n’y aura pas de reconstruction de nouveau campement ici», a déclaré le ministre du Logement, Matthias Fekl qui s’est rendu sur les lieux avec Emmanuelle Cosse.
«Dans l’urgence, il faut d’abord les remettre à l’abri, et nous sommes prêts à aider logistiquement. Mais il faut ensuite qu’il y ait une volonté très claire de les prendre en charge, et ce n’est pas vraiment le cas aujourd’hui », a résumé Corinne Torre, chef de mission France MSF.
F.D avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.