Fil info
20:16Indre - Apprendre à écouter les autres avec Alma 36 https://t.co/BUgpQjEEsg
20:11Indre - L’UDAF en recherche de bénévoles https://t.co/yWgotDl8yN
20:07Indre - La CGT Educ’action multiplie les critiques https://t.co/eCzm84j8Zl
20:02Indre - La CGT dépose une motion https://t.co/y1CQExaCh0
19:18Champcevinel - Vestiaires pose son sac à l’Aquacap https://t.co/v0Scd5eZgW
19:16Dordogne - La Macromania reste à la porte https://t.co/Lb45tkVbmq
19:10Dordogne - Bernard Cazeau se met en marche https://t.co/2MkXoPtOJN
19:01Région - Le sauvetage en mer depuis la terre https://t.co/GSV0eXXmPU
18:45RT : les salariés attendent toujours des avancées des négociations à Bercy. La colère monte. https://t.co/8tm4FWo19U
18:43 les salariés attendent toujours des avancées lors des négociations à Bercy. La colère monte. https://t.co/YiWExAjFfU
18:00L’antenne creusoise de Réseau Bulle, réseau national d’entraide et de solidarité aux familles et aux personnes... https://t.co/mCZuxedN8u
18:00Aubusson - La réalité de l'autisme mise en avant https://t.co/m5hLjoLDD5
17:57Le 70e anniversaire de la MGEN avait donné lieu, le 7 juin dernier à une journée particulière au sein du centre... https://t.co/9oNuN1CEIB
17:55Sainte-Feyre - Quand les personnels tiennent le premier plan https://t.co/v3Eax5fhDg
17:44Le Rugby-Club-Guéret-Creuse (RCGC) a tenu samedi matin son assemblée générale dont l’ambiance était entre le noir... https://t.co/b7Bc0gSNgU
17:41Creuse - Une assemblée générale aux couleurs du club https://t.co/OTi5dupvMR
17:34Haute-Vienne - ça démarre ce matin https://t.co/Itm3toI0w0
17:32Haute-Vienne - Les collégiens de Guy-de-Maupassant ont la main verte https://t.co/7NRNmOXPLz
17:31Haute-Vienne - Laissez circuler les caisses à savon https://t.co/QkVtwGvMmv
17:01A La Souterraine, des commerces ferment, d’autres ouvrent, certains déménagent mais restent dans la cité de... https://t.co/M2fCES3EbS
16:40 la fumée sort de partout. https://t.co/LUYlb42E5Q
16:17 les négociations tournent mal à bercy. Les salariés commencent à mettre le feu à l'usine.
16:13 les négociations tournent mal à bercy.... Les salariés haussent le ton et commencent à mettre le feu à… https://t.co/nY0ezoElaG
15:46Argenton-sur-Creuse - En attendant le cinquantenaire... https://t.co/5UWPd7XSkK
12:12RT : Corrèze : Orages et grêle dans le ciel ce mardi -> https://t.co/4MNS0z2q28
12:11La Creuse en vigilance «orange orages» dès 18h. Les orages s'accompagneront de violentes averses, de fortes rafales de vent et même de grêle
09:08Dans notre édition aujourd'hui : - Toujours pas d'inflexion nette pour les chiffres du chômage. - Région : Juste... https://t.co/mtFNewiJk0
23:49La une du Mardi 27 Juin 2017 https://t.co/FpvD5bl2Mi

Les pudeurs de gazelle devant les défis de la santé publique

SANTÉ PUBLIQUE ET SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Les intentions de sept candidats à la présidentielle dans ces domaines ont été passées au crible par des experts dont Irène Frachon, la révélatrice du scandale du Mediator : Jean-Luc Mélenchon est le mieux noté : 20/20

INTERPELLATION
« Les scientifiques ne sont pas des décideurs politiques. Leur devoir dans une période électorale est de jouer un rôle d’intermédiaires entre les citoyens et les candidats, en utilisant leurs connaissances pour poser des bonnes questions ». C’est le travail qu’a réalisé
un groupe de sept personnalités scientifiques, des éminences reconnues pour leur travail et combat dans les domaines de l’alcoolisme, du tabagisme, de la nutrition mais aussi de la sécurité routière et de la lutte contre l’industrie pharmaceutique, dont l’indépendance ne saurait être suspectée : Irène Frachon la pneumologue qui a alerté sur le scandale du Mediator, Chantal Perrichon, le Pr Claude Got, l’épidémiologiste Catherine Hill, les professeurs Serge Hercberg, Gérard Dubois et Albert Hirsch.
Rappelant que « si la santé des Français s’améliore, il reste toujours un nombre considérable de morts évitables, des maladies liées à des industries qui sacrifient la santé pour accroître leurs profits », ces experts ont posé 20 questions précises à l’ensemble des candidats. Sur le tabac qui fait 73 000 morts chaque année et au sujet duquel l’OMS a démontré que « les augmentations répétées et dissuasives du prix du tabac sont le moyen le plus efficace pour faire baisser la consommation », ils interrogent sur la possibilité de passer le prix du paquet à 10 euros en 2017 et 20 euros à la fin du quinquennat. Concernant l’alcool et ses 49 000 décès annuels, ils demandent la fin des « messages ambigus et trompeurs » mais aussi des taxes. Sur la malbouffe qui provoque diabète, maladies cardio-vasculaires et cancers et se développe de manière inégalitaire en frappant 4 fois plus un enfant d’ouvrier que celui d’un cadre, ils questionnent sur des réglementations précises et des taxes qui s’attaquent à l’industrie agro-alimentaire. Des questions qui touchent aux lobbies mais également à des sujets qui dérangent l’opinion publique.
20/20 pour Mélenchon
Les résultats sont très divers. Quand le candidat de la France insoumise obtient un 20/20, celui des Républicains affiche un 2/20. Benoît Hamon s’est distingué en refusant de s’engager sur l’augmentation du prix du tabac, une réglementation de la publicité en fonction des qualités nutritionnelles ou l’augmentation des contrôles routiers par radar. Emmanuel Macron est lui dans le flou : globalement
pour les analyses sans jamais s’engager sur une mesure. Résultat : 7/20. Quant à Marine Le Pen, « la notion de sécurité est une notion qu’elle met constamment en avant mais son comportement ne s’accorde pas avec l’état des connaissances ». Autrement dit, un flot d’idées reçues sur l’alcool, les médicaments... Bref, tout ce qui est lié à un lobby quelconque.
Que le candidat de la France insoumise décroche la meilleure note n’est pas une surprise en soi puisque, à l’exception de la sécurité routière, tous les thèmes abordés sont explicitement mentionnés comme importants dans le programme. Mais ca l’est pour les auteurs de cette interpellation qui mènent ce type de travail depuis 1988. Après avoir chaleureusement remercié Jean-Luc Mélenchon
pour son « humanisme » et son « courage », ils rappellent que la question de la santé publique était, au lendemain de la guerre, « une priorité politique qui n’était pas considérée de droite ou de gauche ». Une situation qui s’est détériorée avec la bipolarisation
de la vie suite à la Ve république. Et d’estimer que « l’amplitude des différences d’avis sur des questions aussi
importantes exprime parfaitement l’impasse actuelle ».
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.