Fil info
12:12RT : Corrèze : Orages et grêle dans le ciel ce mardi -> https://t.co/4MNS0z2q28
12:11La Creuse en vigilance «orange orages» dès 18h. Les orages s'accompagneront de violentes averses, de fortes rafales de vent et même de grêle
09:08Dans notre édition aujourd'hui : - Toujours pas d'inflexion nette pour les chiffres du chômage. - Région : Juste... https://t.co/mtFNewiJk0
23:49La une du Mardi 27 Juin 2017 https://t.co/FpvD5bl2Mi
19:32Sarlat-la-Canéda - La maternité est-elle en danger ? https://t.co/BQmz86Cqb3
19:29Dordogne - Conseil départemental : du Rififi dans l’opposition https://t.co/hg19yHg8VM
19:18Châteauroux - Dix jours de festivités pour les 50 ans du départ des Américains https://t.co/NgXk8UW6rg
19:15Indre - C’est Darc à la campagne ! https://t.co/YEiUdSqLgD
18:00Dans la grande salle de l’IRFJS, règne l’agitation classique qui précède les assemblées générales. Les adultes,... https://t.co/RG63VGDmEM
17:59Creuse - Modestes témoignages importants et petites histoires capitales... https://t.co/I4w1zUZpeL
17:55Reconnus comme partenaires fiables en Haïti, les membres des 7 structures du réseau Haïti Ouest se retrouvaient... https://t.co/meKQDajL9y
17:53Creuse - Solidaires, oui, bons samaritains, non https://t.co/RQv4zEVd4g
17:48Le Menoux - Donner l’envie de faire de la randonnée avec l’aménagement de la Voie Verte https://t.co/LYGlKzDGI6
17:47Haute-Vienne - La «Clafoutis party» où les JO du cracher de noyaux https://t.co/KdIuObx83f
17:47Le Menoux - Donner l’envie de faire de la randonnée avec l’aménagement de la Voie Verte https://t.co/4NPdGMCtzg
17:45Haute-Vienne - «Entre t’air et eau» la nature pour tous https://t.co/vAA0lv99jE
17:39Indre - Inauguration de la stèle de Rouze https://t.co/JnlEQDWPmY
17:37Saint-Aigny - Patrick Gallienne fait chanter les convives du restaurant https://t.co/D4WqUsNNIU
17:33L’espace André-Lejeune à... https://t.co/umjj3aW3Cy
17:32Creuse - Du monde pour la conférence sur la tique https://t.co/Uo4er30F9s
17:31Région - Juste un retour à la normale https://t.co/K909v6R5QL
17:26C’est dans une ambiance toujours conviviale que se sont réunis le 21 juin dernier les enfants, les parents, les... https://t.co/XJkve3yA9L
17:25Creuse - L'année est finie, des félicitations et un cahier... https://t.co/vSKwYf14Qd
13:09La Châtre - FaRanDoLe a versé sa recette en faveur des jeunes têtes https://t.co/XEFSC55CNs

16 339 « relocalisés » sur les 98 255 annoncés

DEMANDEURS D’ASILE. Rapport discret hier, de la Commission européenne sur les relocalisations et réinstallations de réfugiés. Les engagements - déjà maigres - pris en 2015 sont loin d’être remplis. Mais le commissaire européen concerné veut rester...

COMMISSION EUROPÉENNE
C’est sans tambour ni trompette que la Commission européenne a adopté hier son onzième rapport sur l’état d’avancement des programmes de l’Union européenne en matière de relocalisation et de réinstallation. Des programmes votés en septembre 2015 pour les relocalisations et faisant alors état de « 98 255 personnes ». Concernant les réinstallations, elles ont été votées en juillet 2015 et concernaient la prise en charge de 22 504 personnes, pour « aider » les pays voisins de la Syrie à gérer le flux de réfugiés, soit la Jordanie,le Liban... Des chiffres auxquels il faut ajouter, depuis septembre 2016, « 54 000 places » pour remplir l’accord alors signé avec la Turquie dit « de 1 pour 1 » : accueillir un Syrien n’ayant pas essayé de passer de force pour tout Syrien renvoyé vers Istanbul après avoir tenté de passer en Grèce.
Des chiffres qui étaient apparus bien maigres au moment de leur annonce et qui se révèlent finalement très... ambitieux. Que disent les tableaux diffusés hier ? Que 11 339 relocalisations ont été effectuées à partir de la Grèce, 5000 de l’Italie. La France a, pour sa part, accueilli... 2830 personnes à partir d’Athènes et 327 de Rome. Ce piteux bilan n’est guère relevé par les chiffres concernant les réinstallations : 15 492 sur les 22 504. Pour la France, le chiffre est de 1425 alors qu’elle s’était engagée sur 2375.
Ce qui n’empêche par le commissaire européen chargé des migrations, Dimitris Avramopoulos, de commenter : « la solidarité européenne n’est donc pas un vain mot et ces chiffres prouvent que toutes les parties prenantes ont pris leurs responsabilités ». Mais, une fois les obligations diplomatiques passées, le discours se fait un peu plus concret sur les nombreux manquements.
« J’appelle instamment les pays qui ne participent pas encore à cet effort commun à en prendre part ».
Hongrie et Pologne : le refus
Dans le détail, Bulgarie, Croatie et Slovaquie n’ont ainsi procédé « à des relocations que dans une mesure très limitée ». Si l’Autriche dit officiellement vouloir s’y mettre, « Hongrie et Pologne continuent de refuser purement et simplement de participer au programme de relocalisation » souligne le rapport. In fine, seuls deux Etats-membres sont « en bonne voie pour satisfaire à leurs obligations
dans les délais impartis » : Malte et la Finlande. Et le commissaire européen d’agiter l’index : « la Commission n’hésitera pas à faire usage des pouvoirs que lui confèrent les traités à l’égard de ceux qui n’ont pas respecté les décisions du Conseil ». Avec le même zèle que celui mis à faire respecter les obligations budgétaires et les règles du 3% ?
L’état des lieux global n’est guère plus reluisant concernant les réinstallations et notamment celles en provenance de Turquie. Le programme est « en bonne voie » veut assurer la Commission. Et pourtant, « certains membres n’ont procédé à aucune réinstallation et n’ont pas davantage pris de mesures pour procéder à des réinstallations au départ de la Turquie ». Derrière ce pudique « certains membres », la liste est longue : Chypre, le Danemark, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, Malte, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie et... le Royaume-Uni.
Comme de coutume, la Commission n’est pas avare de « préconisations » pour améliorer la situation : prendre des engagements sur des bases mensuelles, « éviter les préférences trop contraignantes » (sic) ou encore, « donner la priorité aux demandes concernant les personnes vulnérables, en particulier les mineurs non accompagnés ».
Ces derniers font l’objet de toutes les inquiétudes car leur nombre de cesse de s’accroître, chacun connaissant les risques de violence,
de traite ou d’exploitation dont ils sont victimes. La Commission annonce d’ailleurs « des mesures devant être prises en priorité pour les protéger ». En espérant qu’elles soient plus efficaces que le dernier « plan d’action pour les mineurs non accompagnés » de... 2010/2014.
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.