Fil info
19:06Indre : Rentrée littéraire : c’est parti ! -> https://t.co/VNBhCnj3hY
19:04Châteauroux : Deux semaines dans un monde merveilleux -> https://t.co/88ddYugPid

Des débouchés pour les industries d'armement

POLITIQUE. Même si les grands médias occidentaux n'en parlent pas, une opposition de gauche existe bien aux USA avec ses élus au Congrès et ses responsables syndicaux. Le Sétois Jean Solbès a pu recueillir leurs positions après le bombardement.

ÉTATS-UNIS
Le Congressional progressive caucus est le groupe le plus important du Congrès de Washington avec 70 membres (435 à la Chambre des Représentants) qui se battent en faveur de mesures progressistes.
Depuis 1991, ce groupe est formé de Démocrates progressistes à l'opposé d'Hillary Clinton ou de Barack Obama, qui les appelait « les gauchistes professionnels ».
Ils se présentent comme les défenseurs des droits des salariés, contre les intérêts des grands groupes privés et se prononcent pour la justice sociale, pour une couverture médicale pour tous, pour le droit à la retraite et pour la défense des droits civiques. Enfin,
ils viennent de proposer une loi pour le salaire minimum fédéral de 15 dollars de l'heure et de demander une nouvelle législation visant à limiter les ventes d'armes.
Il y a quelques années, ce sont les membres du Progressive caucus dont Bernie Sanders qui s'étaient opposés à l'intervention militaire en Syrie proposée par Obama, lui rendant impossible d'obtenir la majorité au Congrès.
Keith Ellison : « Trump a choisi d'ignorer la loi » Aujourd'hui Keith Ellison, élu du Minnesota et vice-président du groupe des élus progressistes au Congrès s'est adressé à la presse internationale. la Marseillaise a pu recueillir sa déclaration.
« En l'absence de menace imminente sur les États-Unis, le président doit obtenir l'autorisation du congrès avant de mener tout acte de guerre. Le président Trump a non seulement décidé de se passer de cette autorisation mais bien au contraire, il a choisi d'ignorer la loi. Si le président Trump pense qu'il faut mener des actions militaires contre le régime syrien,il doit immédiatement demander une session extraordinaire du Congrès pour débattre et voter sur l'utilisation de la force militaire. Ces dernières attaques illégales pourraient entraîner les États-Unis dans une guerre régionale et amplifier la crise humanitaire dans cette région. La meilleure façon pour le président Trump d'aider la population syrienne serait d'abandonner immédiatement son interdiction inhumaine faite aux Syriens de pouvoir se rendre aux États-Unis, tout comme aux autres peuples de la région.
De même sa décision de réduire drastiquement les fonds américains pour l'aide internationale et la diplomatie sont intolérables. Si les souffrances du peuple syrien sont une offense à l'humanité, alors plus que jamais, nous avons la responsabilité morale d'offrir le refuge et la sécurité à toutes ces familles. »
Outre les élus progressistes au Congrès, le mouvement syndical américain a également pris position contre l'intervention militaire de Trump et la menace qu'il fait peser sur la paix mondiale.
Franck Goldsmith : « Trump s'est refait une santé » Franck Goldsmith, coordinateur des syndicats nord-Américains pour la Confédération internationale des syndicats vient de préciser à la Marseillaise : « Nous savons que les USA, l'Union européenne,
la Turquie et les monarchies du Golfe ont créé, financé et armé Daesh dans le but de démanteler la Syrie afin de créer un foyer de tension local et de piller les richesses de la région. En bombardant la Syrie,
Trump poursuit la politique de ses prédécesseurs. Avec ces frappes, il soutient Daesh et rend la région plus dangereuse. C'est pourquoi le mouvement syndical exige le départ des troupes étrangères de la région et l'arrêt de l'intervention impérialiste contre la Syrie et le Proche Orient. Les richesses de la Syrie appartiennent au peuple syrien et les peuples de la région sont les seuls à pouvoir décider librement et démocratiquement de leur avenir.
Enfin, nous exigeons l'interdiction des armes chimiques par toutes les factions en guerre. Selon nous, l'intervention de Trump répond à une volonté de relancer la tension internationale. N'oubliez pas que les dépenses militaires américaines s'élèvent désormais à 800 millions de dollars par jour ! Pour rentabiliser ces colossales dépenses, les industries d'armement ont besoin de débouchés,
donc de relancer des conflits locaux et de consolider les intérêts américains au Proche Orient et en Asie.
Ce faisant Trump s'est refait une santé en politique intérieure, faisant oublier le mécontentement populaire contre ses premières décisions et il a ressoudé les ultra-conservateurs derrière lui, y compris Hillary Clinton qui a soutenu ces bombardements. Ce n'est pas de bombes et de guerre qu'ont besoin les salariés américains mais d'une politique de paix et de développement social ».
Recueilli par J.S.
l Ancien conseiller du PCF aux Nations Unies

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.