Fil info
23:35La une du Jeudi 27 Juillet 2017 https://t.co/lriYQ630fb
09:16Dans notre édition d'aujourd'hui : - Haute-Vienne : Pour l'AVEC, la grève se termine mais la lutte continue -... https://t.co/0z3rkIdMPm

Ce que veulent précisément le PCF et la France insoumise

LÉGISLATIVES. PCF et France insoumise ont rendu publiques leurs demandes respectives. L’occasion de faire le point sur les desiderata de chacun et de cerner les points d’achoppement. A surmonter avant le 9 mai date butoir imposée par lemouvement de Jean-L

NÉGOCIATIONS
Après que Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, ait rendu publique, le 4 mai, sa lettre à la France insoumise au sujet des législatives, c’est vendredi que le mouvement de Jean-Luc Mélenchon a publié son courrier à destination des communistes.
Depuis février, les deux formations
discutent des législatives. Ces discussions ont débuté sur une proposition d’accord national de la part de la France insoumise qui voulait voir tout le monde signer une charte avec le même visuel, le même programme mais aussi le même financement et une discipline de vote une fois les bancs de l’Assemblée nationale atteints. Une proposition que le PCF a déclinée.
Depuis, les échanges ont repris ponctuellement sans jamais aboutir mais sont repartis vigoureusement au lendemain de l’excellent score de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle qui peut laisser augurer un nombre de députés conséquents aux scrutins des 11 et 18 juin prochain.
Les deux courriers permettent de mesurer les demandes de chacun. Pour les communistes, faute d’un accord national global sous une « bannière commune » qui pourrait s’ouvrir à d’autres forces progressistes comme les hamonistes ou les écologistes, une option dite « de repli » a été travaillée. Elle reprend la proposition de retrait réciproque de la France insoumise et porte sur « le chiffre de 30 circonscriptions pour chaque force ».
Les principes du PCF
« Notre liste a été arrêtée selon les principes suivants, que nous vous avons exposés en toute transparence : elle ne contient pas les circonscriptions où le PCF dispose d’un -e député-e sortant-e : vous connaissez le travail qu’ils ont réalisé, leur implication contre la politique Hollande-Valls, leur proximité avec les habitante-s . Elles sont légitimes à se représenter ; nous en prenons la responsabilité, en souhaitant évidemment qu’elles ne soient pas concurrencées par un candidat FI » développe Pierre Laurent.
Côté France insoumise, la proposition diffusée vendredi concerne « un accord sur 52 circonscriptions afin de permettre une représentation importante du PCF et de la France insoumise à l’Assemblée nationale ».
Et de préciser : « dans 11 circonscriptions, la France insoumise a d’ores et déjà investi des candidats issus du PCF ou rattachés à lui ». Dans la 2e circonscription de l’Allier, la 1ère et la 5e des Alpes-maritimes, la 1ère de l’Ariège, les 2e de l’Aveyron et de Saône-et-Loire, la 6e des Yvelines, les 1ère des Deux-Sèvres, de la Somme et du Tarn-et-Garonne, et la 3e de Haute-Vienne, « ces candidats n’auront pas de concurrences ».
La France insoumise propose également de « retirer ou de ne pas investir de candidats dans 15 autres circonscriptions dont celles des 7 députés sortants du PCF », en l’occurrence Gaby Charroux à Martigues, mais aussi André Chassaigne dans le Puy-de-Dôme, Jean-Jacques Candelier et Alain Bocquet dans le Nord, Marie-George Buffet en Seine-Saint-Denis, Nicolas Sansu dans le Cher et Patrice Carvalho dans l’Oise. A noter ici une évolution puisque la menace un temps agitée de vouloir « punir » André Chassaigne qui n’avait pas donné son parrainage à Jean-Luc Mélenchon ne semble plus d’actualité. Non plus que le refus d’accepter Patrice Carvalho au motif qu’il n’aurait pas voté pour le mariage pour tous. Cependant, cette proposition est différente de celle du PCF qui avait « sorti » les députés sortants de la liste.
Par ailleurs, cette liste ne prend pas en compte les mandats des députés sortants de la Fase que sont Jacqueline Fraysse et François Assensi, ces derniers ne se représentant d’ailleurs pas et le second ayant passé le flambeau à Clémentine
Autain d’Ensemble! La 4e circonscription des Hauts-de-Seine et la 11e de Seine-Saint-Denis ne figurent sur aucune liste ultérieure. Car vient ensuite une liste proposée par la France insoumise au PCF portant sur « 8 circonscriptions parmi celles que vous nous avez demandées en février et sur lesquelles le score de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle a été parmi les plus hauts du pays » : la 14e circonscription du Rhône, la 3e, la 6e et la 8e de Seine-Maritime, la 1ère et la 11e des Hauts-de-Seine et la 2e de Seine-Saint-Denis.
Les contreparties pour FI
Arrive enfin la demande de contrepartie, les circonscriptions où « nous souhaitons que le parti communiste retire ou n’investisse
pas de candidats » explique la France insoumise. Soit, « 26 circonscriptions ». Il s’agit de la 2e de l’Ariège, la 4e de Haute-Garonne où la FI veut présenter Liem Hoang Ngoc, principal économiste du mouvement aux côtés de Jacques Généreux, la 9e de Haute-Garonne également où l’on retrouve le nom de Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, la 2e de l’Hérault, la 3e de l’Isère, la 8e de Moselle, la 1ère du Nord, la 3e de l’Oise, la 3e du Pas-de-Calais, la 1ère du Vaucluse, la 1ère et la 10e de l’Essonne.
Figure aussi toute une série de circonscriptions sur Paris ou sa couronne où l’on retrouve de nombreuses personnalités de la FI. Ainsi, dans la 6e de Paris la FI entend présenter Danielle Simonnet pour damer le pion à Cécile Duflot ; dans la 9e où le sortant est Jean-Marie Le Guen est présenté Raphael Qnouch ; dans la 10e face à Denis Baupin, Leïla Chaibi ; dans la 15e Mehdi Kemoune contre Paul-Marie Langevin ; dans la 16e de Jean-Christophe Cambadelis, Sarah Legrain et dans la 17e de Daniel Vaillant, Daniele Obono.
La Seine-Saint-Denis est aussi très convoitée puisque dans la 1ere circonscription, Eric Coquerel voudrait s’opposer à Bruno Le Roux et qu’Alexis Corbière aimerait se présenter contre Razzy Hammadi dans la 7e. Cette circonscription de Montreuil est particulièrement sensible car reprise à Jean-Pierre Brard en 2012, membre du groupe Gauche démocrate et républicaine à l’Assemblée nationale que le PCF aimerait reconquérir en y présentant l’adjoint Front de gauche de la ville, Gaylord Le Chequer.
Si la candidature de Jean-Luc Mélenchon à Marseille n’a pas encore été tranchée, la France insoumise a des demandes sur trois circonscriptions.
Dans la 3e, la très convoitée circonscription de l’ex-socialiste Sylvie Andrieux, ayant terminé son mandat de députée bracelet électronique au pied, la FI ne veut pas de candidature PCF. Elle laisse ensuite le choix entre la circo du centre (4e) « ou » celle des quartiers Nord (7e) où le PCF a investi Jean-Marc Coppola. Mais nulle contrepartie apparemment puisqu’aucune des deux ne figure dans la liste où la FI ne présenterait personne.
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.