Fil info
23:35La une du Jeudi 27 Juillet 2017 https://t.co/lriYQ630fb
09:16Dans notre édition d'aujourd'hui : - Haute-Vienne : Pour l'AVEC, la grève se termine mais la lutte continue -... https://t.co/0z3rkIdMPm

L’appel de la dernière chance de Pierre Laurent à France insoumise

PCF. Le secrétaire national du parti fait part de son impatience envers l’équipe de Jean-Luc Mélenchon pour que les deux formations arrivent enfin à un accord ambitieux et des candidatures unitaires aux législatives.

RASSEMBLEMENT
Pour les élections législatives, le jour du vote, « allons-nous obliger les électeurs à choisir entre deux candidats qui ont soutenu Jean-Luc Mélenchon » à la présidentielle ?
La question posée hier devant la presse par le secrétaire national du Parti communiste français (PCF) Pierre Laurent illustre le paradoxe de la situation après l’espoir soulevé par les 19,5% obtenus par le candidat de la France insoumise (FI), soutenu par le PCF, le 23 avril. La réponse risque d’être encore plus amère, surtout si aucun accord national entre FI et le PCF n’est trouvé
pour proposer des candidatures de rassemblement. Et ce à quelques heures du début des dépôts des listes.
Pour l’heure, seuls des désistements sur une quinzaine de circonscriptions pour chacune des formations auraient été acquis. Une trentaine, donc bien loin des 577 en jeu. Pour le reste, des « blocages » persistent mais ne seraient pas insurmontables
à condition d’un élargissement du « périmètre » de discussion.
Tel est le sens de l’appel de Pierre Laurent. « Je renouvelle avec gravité et colère mon appel à la France insoumise pour que nous allions, non dans quelques circonscriptions, mais le plus largement et nationalement possible à la bataille sous une bannière commune, qui puisse rassembler France insoumise, le Parti communiste, Ensemble !, les forces citoyennes du Front de gauche, et toutes les forces de gauche et écologistes qui pourraient alors souhaiter se joindre à nous pour mener ensemble
les combats qui s’annoncent » a-t-il dit.
Eviter « le terrible dilemme de la division »
Le responsable a fixé quatre grands objectifs animant les communistes : « concrétiser l’espoir ouvert par les 7,5 millions de voix recueillis le 23 avril par le vote Jean-Luc Mélenchon » ; « élire le maximum de députés qui refuseront de signer un chèque en blanc au Président pour légiférer dès cet été par ordonnances contre la casse du Code du Travail » ; « barrer la route à une entrée massive du Front national à l’Assemblée » et « renouveler en profondeur l’Assemblée nationale en faisant entrer des députés représentant vraiment le peuple ».
Le ton employé hier par Pierre Laurent laissait penser que du résultat des négociations dépendait la réalisation de ces objectifs.
« Que cherche-t-on ? La défense d’intérêts de recomposition partisane ou une victoire du peuple qui rebatte les cartes après la présidentielle et redonne une chance à notre peuple de peser sur son avenir ? » s’interroge-t-il, assurant que « face aux candidats, à la droite, au FN qui travaillent tous à élargir le rassemblement opéré autour de leur candidat présidentiel, nous ne pouvons offrir à nos électeurs le terrible dilemme de la division ».
Pierre Laurent n’hésite pas à parler de « gâchis » si aucun n’accord plus ambitieux ne voyait le jour avec l’objectif de battre En Marche !, la droite et l’extrême droite. « Les gens ne le comprendraient pas ».
Le sénateur de Paris a également lancé un appel à propos des 45 circonscriptions où le FN est arrivé en tête dimanche dernier. Le risque serait d’y voir la gauche totalement éliminée dès le 1er tour le 11 juin prochain.
Aussi, sur ces territoires, « il est possible de ne pas laisser les électeurs prisonniers d’un second tour droite ou En Marche ! face au FN. Nous sommes prêts à la discussion pour créer les conditions d’un rassemblement maximum pour qualifier, dans ces circonscriptions, une candidature porteuse d’un projet de justice, de démocratie et d’égalité ».
Le compte à rebours est lancé.
Sébastien Madau
smadau@lamarseillaise.fr

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.