Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

Le PS dans la tourmente malgré un vote au bureau national

PARTI SOCIALISTE. Le bureau national a adopté une plate-forme commune pour les scrutins des 11 et 18 juin après sa débâcle à la présidentielle. Manuel Valls a semé la zizanie en parlant de la « mort du PS » et en annonçant sa candidature sous la bannière

LÉGISLATIVES
« Une plate-forme pour une gauche constructive et vigilante » a été approuvée mardi matin par le bureau national du PS.
Le parti va présenter des candidats dans « plus de 400 circonscriptions » (les autres étant réservées aux partenaires EELV, UDE et PRG), a précise Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS à l'issue d'une convention qui a rassemblé hier après-midi 294 candidats à la Mutualité à Paris et lors de laquelle a été présentée cette plate-forme intitulée « Un contrat clair pour la France, une gauche constructive et vigilante ».
Mais Manuel Valls a semé la zizanie dès les premières heures de la matinée en affirmant (une fois de plus) que le PS était « mort » : « il est derrière nous, pas son histoire et ses valeurs, mais il doit se dépasser ». Une sortie qui a évidemment suscité un déluge de commentaires... de soutien - comme avec le président du groupe PS au Sénat Didier Guillaume qui a lâché que « quand on fait 5% ou 6% à l’élection présidentielle (...) il y a eu un acte de décès » - ou d’opposition - ainsi Alexis Bachelay, soutien de Benoît Hamon qui a estimé que « Manuel Valls s’en va pour des raisons de carrière et d’opportunisme ».
L’ancien Premier ministre ne s’en est pas tenu là. Il a également annoncé qu’il serait « candidat de la majorité présidentielle » aux législatives, souhaitant s’« inscrire » dans le mouvement d'Emmanuel Macron, La République en marche, invitant au passage « tous les députés sortants, les progressistes, ceux qui ont appelé à voter Emmanuel Macron avant le premier tour, ceux qui souhaitaient sa victoire » à faire de même. « Impossible » a immédiatement répondu le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis. Précisant qu'il « était peu probable qu'il soit le candidat d'En Marche ! » Réponse ce jeudi. « Il n’y aura pas de candidats avec deux étiquettes différentes.
Ceux qui se présentent avec l’étiquette En Marche ! auront un candidat PS face à eux » a confirmé à la presse le député Pascal Cherki, proche de Benoît Hamon.
Rencontrer En Marche ! et la France insoumise
Cambadélis a aussi souhaité que s'ouvrent des discussions avec La France insoumise et avec La République en marche pour que des accords soient trouvés dans les circonscriptions où le Front national a obtenu plus de 60% des voix au second tour de la présidentielle, et où le second tour des législatives pourrait voir s'affronter la droite et l'extrême droite. Christophe Borgel, secrétaire national aux élections, va « prendre contact avec les autres formations pour proposer, au moins là, qu'il y ait une décision commune pour trouver des candidats communs », a précisé Cambadélis. Le nombre de ces circonscriptions est évalué à 80 à 90.
Le PS joue clairement sa survie aux législatives et en interne rien n'est apaisé. Si la plate-forme adoptée fixe un certain nombre de lignes rouges par rapport au programme du président élu Emmanuel Macron (refus de la réforme du code du Travail par ordonnances, refus de la suppression de l’Impôt sur la fortune hors patrimoine immobilier...).
Il ne satisfait pas le député européen Guillaume Balas. Il reste « très insuffisant en terme de lignes rouges » a-t-il affirmé avant d’ajouter : « Benoît Hamon aura ses propres propositions dans les heures ou les jours qui viennent, notamment pour construire une gauche qui soit une gauche de combat au moment des élections législatives ».
Décidément, la guerre des Roses ne semble pas terminée...
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.