Fil info
20:40 Merci 😊
20:36 Elle est superbe 😊
20:35 J'veux pas dire mais ma photo est tout aussi belle 😉 https://t.co/uSiCecvEvW
20:33 Voici pardon 😉 https://t.co/HyzoOHrCVb
20:21 Manque une photo... https://t.co/8FObRER1vu
17:40RT : le parquet a su raison garder et la mobilisation a p… https://t.co/y7i3uWLLgZ
17:39RT : Le parquet de abandonne les poursuites à l'encontre du réalisateur , qui a suivi les… https://t.co/H5rqmXy29J
15:05Que la nature est belle en cette période de l'année

Pour Pierre Laurent, les législatives ne sont pas jouées d’avance

MEETING. Les communistes ont lancé leur campagne des législatives au gymnase Japy à Paris. Leur priorité : la bataille contre les ordonnances de Macron. Et pour le contrecarrer : élire un maximum de députés de gauche.

PCF
Empêcher l’extrême droite d’entrer massivement à l’Assemblée nationale ; empêcher Macron d’obtenir une majorité qui lui permettrait d’appliquer sa politique de régression sociale avec, en ligne de mire, les ordonnances contre le droit du travail ; empêcher la droite de se refaire ; ouvrir une perspective progressiste aux Français : voici la copieuse feuille de route des communistes pour les élections législatives des 11 et 18 juin. Avec une obsession : l’union des forces de gauche pour atteindre
ces quatre objectifs alors que la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon a, à ce jour, fermé la porte des négociations nationales.
La date choisie a tout du symbole : un mois jour pour jour avant le premier tour le PCF a lancé jeudi soir sa campagne au Gymnase Japy à Paris. Rappelant que dans «cette bataille décisive, rien n’est écrit à l’avance», le secrétaire national du PCF Pierre Laurent a souligné le caractère inédit de ce scrutin: «aucune force politique n’a l’assurance de disposer le 18 juin d’une majorité parlementaire.
La bataille est donc très ouverte ». Pour le responsable communiste, «ces élections sont une nouvelle chance offerte à notre peuple pour reprendre la main après l’élection présidentielle ». Et d’ajouter: «fort des 7,6 millions de voix rassemblées par le bulletin Mélenchon, nous pouvons rassembler pour libérer la France de la tutelle des marchés financiers. Car «l’espoir levé au premier tour n’est pas effacé. La question reste donc à trancher et les Français en ont la clé».
Mais pour aller à cette bataille, Pierre Laurent a voulu rappeler solennellement que «la meilleure chance c’est l’union maximale des forces qui ont permis le résultat du 23 juin. Une union qui les fédère dans un but commun. Oui, rassemblons-nous partout où c’est possible sous une bannière commune, membre ou non de la France insoumise », a exhorté, une fois de plus, le sénateur de Paris. Un label, «dont personne ne conteste la force» mais qui « ne peut être l’unique cadre de ce rassemblement car chaque force, dont la notre, doit s’y retrouver».
Pierre Laurent précise qu’une question fait blocage : «les dirigeants de la France insoumise semblent estimer qu’aujourd’hui la priorité est d’installer leur nouvelle formation politique au parlement.
Nous n’avons pas à le contester.
Mais le rassemblement que nous proposons ne serait pas contraire à cet objectif et la défense des intérêts populaires a tout à y gagner», plaide le responsable communiste qui interroge : Pourquoi revendiquer telle ou telle hégémonie? Nos drapeaux
ne seraient-ils pas plus forts rassemblés ?» Et de lancer un appel aux citoyens de gauche : «aidez nous à faire entendre cette exigence : union dans le respect de tous». Il cite en exemple les communistes des Bouches-du-Rhône qui ont fait hier des propositions concrètes à Jean-Luc Mélenchon qui se présente à Marseille dans la 4e circonscription (lire par ailleurs). Cette « dynamique de victoire à Marseille» pourrait-elle servir d’exemple ?
Françoise Verna

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.