Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

CENTRE DROIT. Le patron du MoDem François Bayrou est furieux après Macron sur la liste des candidats rendue publique jeudi.

CENTRE DROIT. Le patron du MoDem François Bayrou est furieux après Macron sur la liste des candidats rendue publique jeudi.

INVESTITURES
François Bayrou est furieux et l’a fait savoir : il n’y a pas assez de candidats issus du MoDem dans la liste présentée jeudi par le mouvement d’Emmanuel Macron. A huit jours de la fin du dépôt légal des candidatures, En Marche ! a présenté jeudi une liste de seulement 428 noms, sur le total des 577 circonscriptions. Une façon pour le président élu de ménager des ténors de droite comme de gauche, mais qui a fortement déplu au président du MoDem qui a convoqué un bureau politique vendredi soir, refusant
de donner son « assentiment » à cette liste. « Je convoque le bureau politique du MoDem demain (vendredi) soir en souhaitant que dans les heures qui viennent, un mouvement de raison permette des investitures communes dans toutes les circonscriptions
comme Emmanuel Macron et moi en sommes convenus depuis le premier jour de notre entente », a-t-il déclaré jeudi soir.
Plusieurs responsables d’En Marche ! se sont efforcés vendredi de minimiser le désaccord entre les deux alliés. Le secrétaire général du parti d’Emmanuel Macron, Richard Ferrand, a ainsi assuré le maire de Pau que tout allait « bien se passer » pour les législatives, notant qu’« une quarantaine » de candidats MoDem figurent déjà sur la liste des investis. Y aura-t-il de nouveaux
candidats MoDem, alors que près de 150 circonscriptions restent pour l’heure dépourvues de candidats ? « Autant que nécessaire dès lors que ce sont les meilleurs candidats », a répondu M. Ferrand, pour qui « il n’y a rien de plus vieux qu’une colère de la veille ». Benjamin Griveaux, porte-parole d’En Marche !, a quant à lui expliqué que les choix ayant pu écarter des candidats MoDem étaient liés à « des questions de renouvellement essentiellement », assurant que « les choses vont s’apaiser». Parmi les candidats du MoDem pressentis et qui sont absents de la liste, on note la numéro deux du parti, Marielle de Sarnez, dont le nom a aussi été cité dans la composition du gouvernement, attendue en début de semaine. Absent également,
le secrétaire général du MoDem, Marc Fesneau qui a dit sur Twitter avoir lui-même demandé à être « retiré de la liste », soulignant qu’elle « n’a pas reçu l’assentiment du MoDem ».
Outre des ajouts, En Marche ! a aussi corrigé dans la soirée pas moins de 10 erreurs par rapport à la première version dévoilée dans l’après-midi, et dont la publication avait déjà été retardée. Certaines ont fait du bruit, comme celles concernant Mourad Boudjellal, président du Rugby club toulonnais, qui n’a pas été investi contrairement à ce qui avait été annoncé. Pour Manuel Valls, qui avait annoncé briguer l’investiture La République En marche !, créant un certain embarras, une forme de compromis a été trouvée : pas investi, il se présentera « en homme libre », sans candidat La République en marche face à lui. En Marche ! a aussi laissé des cases vides pour l’instant face aux membres du gouvernement Stéphane Le Foll, Jean-Marie Le Guen, Marisol Touraine ou Myriam El Khomri. A droite, où certains « ont besoin d’un signal », selon un proche de M. Macron, Bruno Le Maire, Thierry Solère, le juppéiste Gilles Boyer ou encore Franck Riester sont dans le même cas.
Avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.