Fil info
17:16RT : Villeroy débloqué pour le week-end car les camions ne roulent pas…. On revient en force. Reposez vous. GM&S. https://t.co/f59aaideCO
16:20L'Echo https://t.co/PIAt84wAqz
16:18L'Echo https://t.co/pwZTsNX4MW
16:13L'Echo https://t.co/yvjiZfBASJ
16:12L'Echo https://t.co/vpiGWbmPqf
15:56L'Echo https://t.co/6XKpvLgkDx
12:37RT : : La tente Quechua symbole de la lutte des GM&S... Les salariés entament le 4e jour de blocage du site Rena… https://t.co/Cb1z00BIeu
12:36RT : Corrèze : Les buralistes en colère : 15 radars automatiques bâchés -> https://t.co/OwL6iu1wWa
10:59L'Echo https://t.co/DwKm1usA00
09:15Dans notre édition aujourd'hui : - Social : Faire avec l'AVEC ne sera pas évident pour la culture en Limousin. -... https://t.co/d6w26HCvoJ
23:27L'Echo https://t.co/ij4l91wem0
23:25L'Echo https://t.co/AbKFcQWXgJ
23:22La une du Vendredi 21 Juillet 2017 https://t.co/pcnadmCuww
22:00RT : Mais si les n'avaient pas bougé, il y a un moment qu'on ne négocierait plus rien ! https://t.co/VzJX0eaPlr
21:06RT : En AG à Villeroy , les GM&S décide de maintenir le blocage de Renault en dépit de la demande de Bruno Le Mair… https://t.co/GiLrQw2RkU
20:02L'Echo https://t.co/Zkg8S9hj7c
18:50L'Echo https://t.co/m9oXgLHoNh
18:41Appel au bénévolat Angelica a 2 ans et demi. Depuis peu, on lui a diagnostiqué un trouble du spectre autistique.... https://t.co/SB3NZcVMeN

L’aviation a encore de beaux jours devant elle... et des affaires à faire

INDUSTRIE. La 52è édition du Salon du Bourget, plus grand rendez-vous mondial du secteur, a été un «très bon cru» avec des carnets de commandes en hausse de 13%, même si la fréquentation s’est quelque peu effritée.

ÉVÉNEMENT
Le chiffre d’affaires réalisé pendant le Salon par les professionnels représentant aussi l’industrie spatiale a atteint 150 milliards de dollars, contre 130 en 2015, ont indiqué hier les organisateurs.
Boeing et Airbus ont enregistré pour 114 milliards de dollars de commandes, 74,8 pour le constructeur américain et 39,7 pour le consortium
européen, tandis que CFM International, filiale moteurs d’avions de General Electric et Safran, a reçu 1.658 commandes de moteurs Leap et CFM56, pour un montant de 27,3 milliards.
« C’est un très, très bon cru en termes de business », a commenté Emeric d’Arcimoles, commissaire général du salon ouvert aux professionnels de lundi à jeudi, puis au public les trois derniers jours.
Le nombre de visiteurs professionnels (140.000) a reculé de 6% par rapport à 2015, une baisse attribuée par M. d’Arcimoles à des « restrictions budgétaires » dans de nombreuses entreprises ainsi qu’à l’état d’urgence en France. « Plusieurs milliers de personnes » ont assuré la sécurité d’un salon placé sous très haute sécurité. « Il aurait été impensable qu’on ne prenne pas les mesures pour protéger les visiteurs et donner une image de sécurité aux étrangers, aux Asiatiques, aux Américains qui, il ne faut pas se le cacher compte tenu du contexte, ont peur de venir en Europe », a poursuivi M. d’Arcimoles.
Ce dernier s’est réjoui du succès de la 3e édition de «l’avion des métiers », un forum pour l’emploi dans le secteur de l’aéronautique, qui a vu passer « plus de 60.000 personnes, essentiellement des jeunes ». Le Paris Air Lab, première édition d’un espace dévolu à la recherche, l’innovation et à la prospective, a attiré 50.000 personnes et permis à certaines start-up d’enregistrer leurs premières commandes.
L’aviation, «ça fait rêver»
La fréquentation du grand public (180.000) a été en baisse d’environ 10%. Du vendredi au dimanche, les visiteurs ont pu assister à un programme de vols de 4h30 alternant avions de combat, hélicoptères, avions d’affaires ou gros porteurs, et même la Patrouille de France.
Environ 70% des avions présents pour les journées professionnelles étaient restés pour les démonstrations mais certains, comme Boeing, étaient repartis dès vendredi.
«Laisser un avion un week-end ça coûte très cher, le faire voler ça coûte encore plus cher», expliquent les organisateurs.
Hier, dès l’ouverture, des dizaines de personnes faisaient la queue devant le stand de la Direction générale de l’armement (DGA) pour voir de plus près les avions de combat Rafale ou Mirage 2000 ou encore l’imposant hélicoptère de transport militaire Caracal.
Parmi la multitude de sorties familiales possibles en région parisienne, Luis Ferrera, 42 ans, a choisi Le Bourget car «le monde de l’aviation, ça fait rêver».
Shigeharu Kito, 70 ans, et Yukio Minami, 51 ans, appareils photo avec énormes objectifs en bandoulière expliquent dans un anglais hésitant
être venus tout spécialement du Japon, avec cinq autres amateurs d’aviation, pour suivre un circuit aéronautique passant par l’aéroport de Heathrow à Londres, le salon du Bourget, Toulouse, «patrie » d’Airbus, et enfin l’aéroport de Francfort en Allemagne.
Sonia Wolf (AFP)

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.