Fil info
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6
11:07Bergerac : Un nouveau souffle au sein de l’union locale CGT -> https://t.co/0EnwmjpZeC

Baisse des cotisations des salariés: la grosse arnaque

RÉFORME. Bercy a annoncé que le transfert des cotisations salariales vers la CSG sera engagé en 2018. Sous prétexte de donner du pouvoir d’achat, c’est le salaire socialisé qu’on assassine.

SOCIAL
Le transfert des cotisations salariales vers la Contribution sociale généralisée (CSG) sera engagé en 2018 a annoncé le ministère de l’économie mercredi. Cette réforme se fera en deux temps a précisé Bercy. Objectif affiché: «redonner 7 milliards d’euros de pouvoir d’achat aux actifs» (sic). Les grands perdants de ce projet seront les retraités (qui ne cotisent pas puisqu’ils ne sont plus salariés mais paient la CSG) mais aussi les salariés eux-mêmes! Car sous couvert de donner du pouvoir d’achat supplémentaire, la baisse des cotisations est en réalité une baisse du salaire socialisé: cette partie du salaire -cotisée par les salariés et les entreprises- et qui est mise au pot commun pour financer la sécurité sociale et les indemnités chômage. Bref pour financer le modèle social à la française qui permet, notamment, de payer les retraites via le système par répartition.
Comme tout se tient dans le programme libéral d’Emmanuel Macron, cette augmentation de la CSG est à rapprocher de sa volonté de profondément réformer l’Assurance chômage. En effet, le président de la République veut étatiser l’indemnisation des chômeurs et en finir avec le paritarisme, c’est à dire avec la gestion par les syndicats et le patronat de l’UNEDIC. En remplaçant les cotisations par l’impôt (CSG), la porte est ainsi grande ouverte pour en finir avec cette gestion paritaire. Là encore, ce n’est pas un bonne nouvelle pour les salariés.
Une première baisse des cotisations salariales interviendra dès le 1er janvier, tandis qu’une seconde aura lieu à «l’automne 2018», selon une source de Bercy. Au final, «le gain net de pouvoir d’achat sera de 1,45% pour tous les salariés, soit 260 euros par an pour un salarié au SMIC». Ce n’est pas, loin s’en faut, une augmentation du salaire qui lui restera dans les basses eaux tandis que...la CSG augmentera pour tous.
Selon le quotidien Les Echos, dans la mesure où la hausse de 1,7 point de la CSG interviendra pour sa part dès le 1er janvier, la baisse en deux temps des cotisations salariales permettra au gouvernement de «dégager des économies». Voilà un des buts de la manoeuvre... «Pendant quelques mois, les caisses de l’Etat se rempliront à la fois de la hausse de la CSG et de la part des cotisations salariales qui n’auront pas encore été supprimées
», ce qui apportera «un coup de pouce à la réduction du déficit», souligne le journal libéral. Rien à voir donc avec le pouvoir d’achat.. «Politiquement, l’opération pourrait en revanche se révéler moins heureuse», poursuit-il, expliquant que «l’effet sur la fiche de paie des plus modestes risque toutefois d’être peu visible dans un premier temps», voire jamais, La suppression des cotisations chômage et maladie pour les salariés du secteur privé, qui représentent 3,15% du salaire (2,40% pour l’assurance-chômage, 0,75% pour l’assurance-maladie), avait été présentée comme une réforme prioritaire
par Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle. En déplaçant ces 20 milliards d’euros des salariés depuis les cotisations salariales
vers la CSG, caractérisée par des taux faibles mais une assiette large, le gouvernement souhaite redonner du pouvoir d’achat aux actifs, soumis selon lui à une pression fiscale excessive. Mais la cotisation salariale n’est pas du tout un impôt mais du salaire différé (ou socialisé), ce que se garde d’expliquer le gouvernement qui veut clairement saborder ce système. En revanche la CSG est un impôt et son augmentation pénalisera tous les actifs.
F.V avec AFP

Commentaires

Je suis contre cette destruction sauvage de notre protection sociale. En tant que salarié d'une <a href="http://creation-site-internet-angers.xyz/">entreprise de création de site internet</a>, je sens déjà la crise depuis l'arrivée de Macron!

Je vous redonne l'adresse de mon site pour les curieux : http://creation-site-internet-angers.xyz/

il détruit pas mal de choses ces temps ci
http://agence-baliste.blogg.org/

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.