Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

« Il faut changer de logiciel »

HÔPITAUX . Frédéric Valletoux, président de la fédération hospitalière de France interpelle le gouvernement.

SANTÉ
«L’attente est forte», a prévenu hier le représentant des hôpitaux publics, Frédéric Valletoux, président de la fédération hospitalière de France (FHF), sommant le gouvernement de « changer de logiciel pour sauvegarder le système de santé ».
« Si on veut sauvegarder notre système de santé, il faut inventer de nouvelles règles du jeu, il faut changer de cap, changer de logiciel et permettre aux établissements d’adapter leur offre et leur organisation en fonction de réalités de territoires », a déclaré M. Valletoux lors de sa conférence de presse de rentrée.
Le président de la FHF a notamment demandé «une plus grande souplesse» dans la mise en place des Groupements hospitaliers de territoire (GHT) qui visent à organiser une prise en charge «graduée» des patients grâce à des coopérations entre établissements d’un même territoire «Il s’agit d’un peu desserrer l’étau là où c’est nécessaire», a ajouté M. Valletoux, regrettant «les injonctions de certaines agences régionales de santé qui essayent absolument de faire rentrer des communautés hospitalières dans des schémas qui ne sont pas les leurs».
«Les GHT c’est en soi une vraie révolution », mais «cette révolution doit être en douceur et non pas une évolution à la schlague», a-t-il insisté.
Argent public
Face à «l’urgence nationale des déserts médicaux», le lobby des hôpitaux publics a également estimé que «l’ensemble des acteurs financés par l’argent public» devait prendre part à l’obligation de la continuité des soins les soirs et week-ends. Il a ainsi plaidé pour un retour de la participation des médecins libéraux à la permanence des soins (obligation supprimée en 2002) et renouvelé sa proposition de supprimer la liberté d’installation des médecins libéraux en secteur 2 (honoraires libres) dans les zones surdotées tout en préservant
cette liberté pour ceux en secteur 1 (tarif sécu).
Avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.