Fil info
23:17RT : Le Blanc : 1500 personnes s’opposent à la fermeture de la maternité -> https://t.co/T1rLp4G6fF
23:16France : Accueil des migrants : la France hors-la-loi ! -> https://t.co/8oLRKbXIdv
22:38Football : La Russie écrase Salah -> https://t.co/nGLTwjbKGn
22:37Football : Le pôle Pogba pour orienter les Bleus -> https://t.co/MHHytpyyO4
22:34France : Le CDD incompatible avec l'allocation privé d'emploi ? -> https://t.co/5Yu2V78T8J
21:12RT : Région : Qui sauvera le site Anovo-Brive ? -> https://t.co/0vLLkRpIgG
20:45Région : Des bons plans pour l’été... avec arrière-pensée -> https://t.co/zYFYbrxVVG
20:12Région : Qui sauvera le site Anovo-Brive ? -> https://t.co/0vLLkRpIgG
19:14Coulounieix-Chamiers : Des solutions pour se lancer -> https://t.co/bMnd6aIx3H
18:51Châteauroux : [intégral] Une heure pour découvrir les charmes insolites de la ville -> https://t.co/7tmHRe5f6Y
18:08Le Blanc : 1500 personnes s’opposent à la fermeture de la maternité -> https://t.co/T1rLp4G6fF
17:06Périgueux : Affrontements entre jeunes et policiers sur le stade -> https://t.co/quSt37daqn
15:58RT : Le musée de la Résistance de Peyrat-le-Château est ouvert. Quatre salles retracent la vie de Georges Guingouin et d… https://t.co/eKT8X8cnfS
15:58RT : Les salariés d' ANOVO en grève pendant les négociations à Paris car 95 emplois doivent être supprimés. Le to… https://t.co/5q7D73IJt8
15:45Pouligny-Saint-Pierre : Fête de la musique : début des festivités ! -> https://t.co/GMDBsoXSb9
15:42Thenay : Un chœur d’hommes pour que vivent les chants traditionnels -> https://t.co/KMKXaaXT8L
15:40Périgueux : Un été musical et mélodieux -> https://t.co/I8l7HcUp7z
15:33Périgueux : Méthodes autoritaires et démocratie absente -> https://t.co/GjKTP6R7Q9
15:32Dordogne : Etre une collectivité exemplaire dans la lutte contre les discriminations -> https://t.co/yYzrqfLBSQ
15:09RT : Le musée de la Résistance de Peyrat-le-Château est ouvert. Quatre salles retracent la vie de Georges Guingouin et d… https://t.co/eKT8X8cnfS
15:01Le musée de la Résistance de Peyrat-le-Château est ouvert. Quatre salles retracent la vie de Georges Guingouin et d… https://t.co/eKT8X8cnfS
12:21 Les salariés d' ANOVO en grève pendant les négociations à Paris car 95 emplois doivent être supprimés. Le to… https://t.co/5q7D73IJt8
09:56Retweeted L'Echo info (): Région : Pompadour : une action symbolique pour défendre la ligne Brive-Limoge… https://t.co/U9aX8jgSMd
08:48RT : Région : Pompadour : une action symbolique pour défendre la ligne Brive-Limoges par Saint-Yrieix -> https://t.co/AmirsJKJvA
08:48RT : Tournoi de foot en soutien à la maison aux volets rouges 17/06/18 à Tarnac https://t.co/voH2ushrDW
07:41RT : Région : Pompadour : une action symbolique pour défendre la ligne Brive-Limoges par Saint-Yrieix -> https://t.co/AmirsJKJvA
07:40RT : Corrèze : Le sage pays et les paysages de Cueco à voir à Sédières -> https://t.co/l0eVVh8gQT

« Des résultats en-deçà de toutes nos espérances »

COMPÉTITIVITÉ. Malgré une croix sur les salaires et les RTT pour sauvegarder l’emploi, les salariés de Mahle-Behr, pionniers des accords de compétitivité en France, risquent la fermeture.

ROUFFACH
Pionnière des accords de compétitivité en France, l’usine française du groupe allemand Mahle-Behr à Rouffach est menacée de fermeture.
La section de l’Unsa a demandé dans un courrier adressé à Emmanuel Macron « d’engager en urgence une mission d’évaluation » de ce type d’accord et de faire instaurer « de nouvelles dispositions législatives qui puissent tirer les leçons de la mauvaise expérience » chez Mahle-Behr France, où « le résultat est très négatif pour ne pas dire catastrophique».
L’entreprise allemande spécialisée dans la fabrication de climatiseurs pour les automobiles emploie 810 personnes à Rouffach. Elle avait été la première entreprise signataire, à l’été 2013, d’un « accord de maintien de l’emploi » (AME) dans la foulée de la loi de «sécurisation de l’emploi » du 14 juin 2013, créatrice de cet outil communément appelé accord de compétitivité. A l’époque, Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint de l’Elysée.
L’accord avait gelé les salaires pendant deux ans et augmenté le temps de travail en échange de l’absence de plan social et de la promesse de rentrer de nouvelles commandes afin de redresser la situation économique de l’usine. Il avait été suivi en 2016 d’un accord « de compétitivité », avec « modération » salariale, signé hors du cadre de la loi de 2013.
Or depuis quatre ans, le site n’a pratiquement pas décroché de nouveaux marchés, car son coût de production demeure trop élevé par rapport à d’autres usines Mahle-Behr en Europe de l’Est, selon l’argument régulièrement avancé par la direction du groupe.
La situation fait craindre aux syndicats la fermeture de Rouffach. « Les seules commandes ont été celles inscrites noir sur blanc dans les accords.
Pour le reste, on n’a rien eu », explique Denis Pieczynski, délégué Unsa, qui comptabilise « une dizaine » de contrats espérés et finalement non obtenus. En outre, les effectifs ont baissé de 267 personnes par des départs volontaires puis par un PSE (plan de sauvegarde de l’emploi) qui a accompagné le second accord.
L’Unsa appelle à un « travail fin d’analyse pour mettre en lumière toutes les raisons qui ont empêché d’obtenir les contrats (...) malgré une baisse réelle du coût de production ». L’initiative a recueilli l’approbation de principe des autres syndicats du site. Pour le premier d’entre eux, la CFTC, les « raisons » du courrier sont « justes », l’accord ayant donné un « résultat en-deçà de toutes nos espérances», a souligné Pascal Patou, l’un de ses responsables.
Avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.