Fil info
19:24 : le 3e marché de Noël a lieu tout le week-end. On y découvre la superbe fresque vivante "Noël en 1900", ré… https://t.co/RlgMReZRDH
16:28RT : Ouverture de la fête foraine. Les Limougeauds sont nombreux à être venus profiter des 70 manèges et stands installé… https://t.co/j9bq784JVK
16:27Ouverture de la fête foraine. Les Limougeauds sont nombreux à être venus profiter des 70 manèges et stands installé… https://t.co/j9bq784JVK
13:31📢 Communiqué du président du sur le dossier https://t.co/DnBCs7EpbP https://t.co/DbBSVIVHsk
12:08 "Et un oui massif des populations concernées" ⁉ Des populations concernées ? Dans un rayon de 80… https://t.co/X1iijrOEAX

Budget de la santé : toujours les mêmes remèdes

SÉCURITÉ SOCIALE. Développement de l’ambulatoire, économie sur les transports, lutte contre la fraude... Atteindre l’équilibre en baissant les dépenses, la logique reste identique.

FINANCES
Le gouvernement a présenté hier son projet de budget pour la Sécurité sociale. Une nouvelle cure d’économie est prévue cette année pour le domaine de la santé à hauteur de 4,2 milliards d’euros essentiellement ciblée sur la santé.
L’assurance maladie a prévu
d’épargner 2 milliards d’euros grâce au développement de l’ambulatoire - moins d’hospitalisation et plus de soins en ville - des économies sur les transports médicaux, la lutte contre la fraude et une diminution de 15 % des frais de fonctionnement de l’administration. Des options dans la droite ligne de ce qui a été fait jusque là. « Et qui pose question quand on voit la crise de l’hôpital que cela a provoqué où on peut se demander sur qui a reposé les efforts qui ont été consentis » interpelle le député communiste des Bouches-du-Rhône Pierre Dharréville lors de l’audition de Didier Migaud de la cour de compte sur le bilan 2016 qui s’est déroulé mercredi à l’assemblée nationale. Et qui questionne également sur « la course aux économies via la lutte contre la fraude qui est devenue une véritable chasse aux sorcières, un rapport récent du défenseur des droits demandant même « à quel prix » ? » renchérit
Jean-Hugues Ratenon pour La France insoumise.
Reporté à 2020 par le gouvernement, l’objectif reste l’équilibre… par une baisse des dépenses. « J’ai du mal avec cette idée de vouloir en permanence compresser les dépenses et jamais réfléchir en terme de richesse » commente Pierre Dharréville qui précise cependant : « je partage le souci de l’équilibre. Si on peut agir sur les dépenses on peut aussi intervenir sur les recettes et notamment
les exonérations massives de cotisations patronales ». Et ces baisses sont effectivement au menu.
Les indépendants qui intègrent le régime général à partir de 2018 vont bénéficier de deux baisses de cotisations : - 2,15 points sur les cotisations familles et un accroissement de l’exonération d’assurance maladie et maternité. A compter du 1er janvier 2019, ceux qui créent ou reprennent une entreprise pourront bénéficier, sous condition de ressources, d’une année blanche de cotisation. Enfin, le crédit d’impôt de taxe sur les salaires est remplacé par une réduction des cotisations patronales qui permettra au secteur non lucratif d’économiser 1,4 milliard d’euros chaque année.
C’est donc ailleurs que le gouvernement va chercher une augmentation de recettes, en augmentant de deux euros le forfait hospitalier qui passera à 20 euros par jour et qui devrait rapporter de 150 à 180 millions d’euros.
Le forfait hospitalier passe à 20 euros par jour Poursuivant la logique inaugurée avec la baisse des APL et le logement, le gouvernement assure que cela aura aucune incidence sur les usagers au motif que la hausse – une « simple réindexation, aucune augmentation n’ayant eu lieu depuis dix ans » - sera absorbée par les Mutuelles. Pourtant, la Mutualité française a déjà prévenu qu’une telle hausse pourrait entraîner une augmentation des cotisations pour leurs assurés tandis que les associations de patients s’inquiètent
d’une hausse des contrats qui « punira » en particulier les plus pauvres.
Autre annonce du PLFSS : l’augmentation du prix du paquet de cigarettes qui atteindra les 10 euros d’ici fin 2020. Après une première
augmentation « dans les prochaines semaines », le paquet augmentera d’un euro en mars 2018, de 50 cents en avril et en novembre 2019, en avril 2020 et de 40 cents en novembre 2020.
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.