Fil info
09:46GM&S avec des propositions à l’Elysée... https://t.co/xJfsnbBEJ7
18:31RT : de grâce donnez nous le numéro SIRET de La Souterraine Industrie » cette société n’est pas inscrite au registre de commerce !

Un assaillant tue deux jeunes femmes en gare Saint-Charles

Terrorisme

L’attaquant au couteau de boucher a tué deux jeunes femmes sur le parvis de la gare Saint-Charles.
Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb s’est rendu sur place. Il a dénoncé un « acte barbare ».
MARSEILLE
Deux jeunes femmes ont été tuées à coups de couteau de boucher dimanche sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille par un homme qui a crié « Allah Akbar » avant d’être abattu par des légionnaires du dispositif Sentinelle.
Le parquet antiterroriste s’est rapidement saisi de l’enquête. Les faits se sont produits vers 13h45 sur le grand parvis de la gare. L’une des jeunes femmes aurait été égorgée, et l’autre poignardée. Aucun militaire n’a été blessé. L’assaillant, âgé d’une trentaine d’années, ne portait pas de papiers d’identité sur lui. « Ses empreintes le rattachent à des faits de droit commun. » Inconnu des services antiterroristes, il l’est néanmoins pour des trafics de stupéfiants  et des vols à l’étalage sous divers alias. Il a été abattu quelques minutes après par des militaires de Sentinelle. Des témoins évoquent trois coups de feu. L’attaque a été suivie d’un mouvement de panique des passagers à qui ordre a été donné de descendre des rames et d’évacuer la gare. « J’ai entendu crier et une personne s’est effondrée », décrit Mélanie Petit, une étudiante de 18 ans qui explique qu’elle attendait une correspondance sur l’esplanade
quand l’attaque a eu lieu.
« Il a attrapé la fille par le cou »
« J’ai entendu crier « Allah Akbar », et j’ai vu un homme vêtu tout en noir, il me semble ». « Il y a eu un temps de latence avant que les gens se mettent à courir », a raconté cette étudiante.
Robert, salarié de la SNCF, a été confiné avec des voyageurs dans les bureaux de la compagnie. Après l’attaque, « des flics sont arrivés de partout, immédiatement », a-t-il décrit. « Des gens, pas en treillis, peut-être des policiers en civil, nous criaient de partir. Beaucoup dans la foule restaient sur place », a complété Jeanne, une voyageuse de 33 ans. « Il avait l’air bizarre, il avait un couteau
dans la manche. Il l’a bombardée de coups de couteau. Il a crié Allah Akbar. A 10 mètres ça aurait pu être moi » témoignait choquée une mère de famille sur France Info.
Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête pour assassinats et pour tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique.
Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui s’est rendu sur place aux côtés du procureur de la République de Marseille et du préfet
de police a dénoncé « une attaque odieuse, un crime lâche et abject ». Le président de la République Emmanuel Macron s’est dit «profondément en peine avec les familles et les proches des victimes de Marseille. Je salue les militaires de Sentinelle et les policiers qui ont réagi avec sang froid et efficacité. »
« Marseille pleure avec ses pauvres victimes »
Plus de 200 policiers ont été mobilisés pour boucler la gare Saint-Charles tandis que la police judiciaire effectuait les premières constatations et procédait aux auditions des témoins dans la gare. « Nous ne baissons pas la garde », a réagi le Premier ministre Edouard Philippe. « Pensées et soutien aux proches des victimes lâchement assassinées Bravo à nos militaires pour leur réactivité et leur courage » déclarait le sénateur-maire Bruno Gilles. Adressant « ses pensées aux familles des deux victimes », la présidente du conseil départemental Martine Vassal a « salué le professionnalisme des militaires de l’opération Sentinelle qui ont abattu le terroriste. Aucune faiblesse, aucun compromis. Cette guerre se gagne à l’extérieur et à l’intérieur ». Renaud Muselier, président de la Région Paca dénonce « un acte barbare qui nous rappelle que la menace est permanente. » « Marseille pleure avec ses pauvres victimes. L’assassin aussi répugnant que ses motifs » a tweeté Jean-Luc Mélenchon, député de Marseille. Sur le même réseau
social, la sénatrice socialiste Samia Ghali estimait que « le risque Zéro n’existe plus et que le projet de la loi antiterrorisme doit nous permettre d’être plus efficace. La vraie liberté, c’est la sécurité. »
Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a fait part de la « mobilisation totale de l’État aux côtés des Marseillais ».
D.C avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.