Fil info
23:32France : Can Dündar : « Erdogan est prêt à tout pour ne pas perdre » -> https://t.co/EEORIcrfka
23:26France : Edouard Philippe sur la Route de la soie en Chine -> https://t.co/7spX09AqNQ
23:23International : Grèce : le prix douloureux de la souveraineté financière -> https://t.co/73XW1JHN9k
22:07Egletons : La nature s'expose dans la ville -> https://t.co/3ZT1hVTlqO
22:02Corrèze : Laura Flessel en Corrèze : une visite équilibrée entre haut niveau et sport pour tous -> https://t.co/0HUWcBH5R0
21:06Rugby : Brûler d’une possible fièvre -> https://t.co/R83zYYChkr
21:03Football : La France en apnée mais c'est elle qui respire le mieux -> https://t.co/uHpY6CNAcq
20:23Périgueux : Majorité : la fracture est consommée -> https://t.co/vy3bfdUrfU
19:49Région : Meurtre de l’avenue Berthelot : le suspect mis en détention -> https://t.co/iN5wfivmFG
19:48Périgueux : Éclaircissements sur l’affaire des coups de feu -> https://t.co/8ySSgkwF72
19:10RT : En déplacement en , la ministre des Sports a remis l’insigne d’Officier de la Légion d’… https://t.co/UnHrtzejJa
18:34Elus, membres des chambres consulaires, chefs d’entreprise... les participants aux groupes de travail dans le cadre… https://t.co/m2p24nexd4
17:55C’est au cœur de la campagne, dans le village de Ventenat sur la commune de Trois-Fonds, qu’un duo à la ville comme… https://t.co/5WEWnvKFY4
17:45 -Vienne - : Combien sans solution pour la rentrée prochaine ? -> https://t.co/CrvOPulfFB
17:32Bergerac : la détermination des cheminots s’affiche en gare -> https://t.co/ZI42kOAyS8
17:28Bergerac : Amiante : près de 3 000 signatures remises au PDG d’Eurenco -> https://t.co/ccmyEHeYy9
16:56 Bonjour, cet article ne vous convient peut-être pas, mais il… https://t.co/7qUDTxQlyb
16:50RT : Rassemblement devant le tribunal administratif de Limoges 21/06 https://t.co/BqBpVUMI1A
16:50RT : France : SNCF : la justice donne raison aux cheminots -> https://t.co/9RtzCzYkro
16:50RT : Le conseil départemental de Creuse, opposé à la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires qui doit entrer en… https://t.co/ArIbphHJCh
16:50RT : Comme dans plusieurs départements, le site Enedis d'aubusson est bloqué. Les salariés veulent alerter la population… https://t.co/s0trSYH6Vb
16:36Saint-Astier : Les rugbymen de l’USAN en Italie pour une cause noble -> https://t.co/gE20c68a1c
16:32Périgueux : Le comité féminin en campagne à Terre en fête -> https://t.co/3OgwUY73bR
16:31Sarlat-la-Canéda : Un travail très valorisant pour les élèves de Segpa -> https://t.co/lOMAl7XUIM
15:44Condat-sur-Vézère : Tous en soutien aux cheminots -> https://t.co/PvkmrQlJNJ
11:47Salon du livre Plumes en Berry diamanche 24 juin avec https://t.co/fZzkyQzwep https://t.co/jSaCtf9fkx

« Que vaut votre parole aujourd’hui devant la représentation nationale ? »

ALSTOM. Le PDG a fait face aux nombreuses inquiétudes des députés sur la fusion avec Siemens lors d’une audition et à l’attaque répétée de François Ruffin sur le dossier GE Hydro.

ASSEMBLÉE
« Ce n’est pas possible, vous faites une réponse à la Pilate ! Alors que 345 personnes risquent de perdre leur emploi, vous dites ce n’est pas mon problème alors que vous êtes un des principaux actionnaires, qu’il y avait un engagement qui vous comprenait à l’intérieur du pacte ! » Le député de la France insoumise François Ruffin a haussé le ton hier lors de l’audition d’Henri Poupart-Lafarge, PDG d’Alstom, par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. Rompre ainsi avec le ton feutré qui préside à ce type d’entretien a décontenancé le président de cette commission, le député LREM Roland Lescure, qui n’est que miel devant le PDG.
Certes le député de la Somme avait attaqué fort, s’en référant aux salariés de General Electric Hydro/Alstom en grève depuis une semaine et venus manifester devant l’assemblée, hier. « Ils voudraient de vos nouvelles puisque vous êtes actionnaire, mais ils n’en ont pas. On peut en avoir dans le communiqué de presse conjoint que vous avez publié avec Siemens » lance François Ruffin avant de lire : « dans le cadre de la fusion, les actionnaires existant d’Alstom recevront un dividende extraordinaire d’un montant maximal
de 4 euros par action, payés par les produits dans les options de vente d’Alstom dans les co-entreprises avec General Electric qui représente un montant d’environ 2,5 milliards d’euros ». 345 licenciements contre 2,5 milliards de dividendes, l’explication fait mal.
Le député LFI poursuit : « ce qui m’amène à poser la question de ce que vaut votre parole aujourd’hui devant la représentation nationale». Et de rappeler les engagements dans le dossier General Electric : créer 1000 emplois : « on est seulement trois ans plus tard et cet engagement craque déjà ».
Le PDG Poupart-Lafarge tente la carte du dédain, affirmant qu’il ne faut pas « caricaturer » et se disant « prêt à rencontrer les salariés » mais pour ajouter que cela ne servirait à rien puisque « c’est General Electric qui est aujourd’hui à la manoeuvre ».
Répondant à un commentaire du député communiste Sébastien Jumel qui déplore le voir « mettre le même enthousiasme que le ministre de l’Economie à nous faire passer la fusion avec Siemens pour une bonne nouvelle », Henri Poupart-Lafarge balaye : « je n’arrive pas à trouver de mauvaises nouvelles » mais de poursuivre avec une phrase fatale : « je ne suis cependant pas en train de vous dire qu’une fusion immunise un groupe des fluctuations du marché ». Fatale car c’est celle qui sera reprise par les médias. Et pour cause. Quelle que soit la couleur politique, les inquiétudes sont nombreuses quant à l’emploi même si le groupe s’est engagé à ne pas licencier durant quatre ans. « Et après ? D’autant que je ne vois pas comment les 470 millions d’économie annoncés pourraient se faire sans licenciement » interroge ainsi Grégory Besson-Moreau (LREM).
D’autres sujets d’inquiétude sont mis sur le tapis comme avec Julien Dive (LR) qui s’inquiète « de la fuite du savoir-faire ferroviaire en France » ou le Nouvelle gauche Dominique Potier qui souligne que « nous parlons de concurrence avec un géant chinois [mise en avant pour justifier la fusion] qui pèse deux fois plus que le géant que vous voulez créer, avec des coûts structurels inférieurs de 20%, liés à la concurrence totalement déloyale quant au dumping social et environnemental ».
En face, Henri Poupart-Lafarge se contente de dérouler son discours sur « les opportunités de la globalisation », les « évolutions du marché », « l’agilité du groupe » ou sur « tout ce qui renforce l’entreprise, renforce l’emploi ». Une belle langue de bois qui a effectivement de quoi faire sortir de ses gonds.
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.