Fil info
22:24RT : Victoire pour la liberté d'expression. Nous poursuivons le combat https://t.co/fIKk3fOp8N
22:23RT : L'Indication Géographique Protégée (IGP) a été accordée aux porcelainiers de Limoges. Seule la porcelaine entièrem… https://t.co/MOWbd1dtGS
22:23RT : Région : Jeudi 14 décembre, ils chanteront pour L’Echo -> https://t.co/FsiQBvNj7M
16:19 ça commence à bien faire de s'en prendre aux syndicats de travailleurs
16:09La secrétaire générale de l'Union départementale CGT de la Creuse Catherine Baly est convoquée au commissariat de... https://t.co/mEUkOlyFAu
13:02RT : Suite aux violences survenues à l’encontre des arbitres lors de rencontres départementales de ces de… https://t.co/ZDLyLsB1KT

Harcèlement scolaire : briser le silence pour le combattre

ÉDUCATION

Pas d’annonces spécifiques hier à l’occasion de la Journée nationale de mobilisation de la part du ministre de l’ Éducation semble emboîter le pas de la politique initiée par ses prédécesseurs.
C’est au lycée René Auffray, à Clichy, que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a choisi de se rendre hier pour marquer la Journée nationale de mobilisation contre le harcèlement à l’école. L’occasion d’échanger avec les acteurs concernés, la communauté éducative et les élèves, sur un sujet hautement sensible qui toucherait près de 700 000 jeunes en milieu scolaire.
Jean-Michel Blanquer n’a pas annoncé de mesures particulières, semblant inscrire son action dans la politique initiée depuis 2015 par Najat Vallaud-Belkacem. Selon lui, la sensibilisation passe essentiellement par la libération de la parole. Il affirme ainsi : « Le harcèlement, pour l’arrêter, il faut en parler. »
Outre le fait que la lutte en la matière se heurte en effet très fréquemment au silence, ce fléau est également souvent difficile à appréhender en raison des multiples formes qu’il peut revêtir (intimidations, insultes, moqueries). Sans compter que l’irruption massive des réseaux sociaux dans le quotidien des jeunes a considérablement amplifié le phénomène : « Propagation de rumeurs ; piratage de comptes et usurpation d’identité digitale ; création d’un sujet de discussion, d’un groupe ou d’une page sur un réseau social à l’encontre d’un camarade de classe ; publication d’une photo ou d’une vidéo de la victime en mauvaise posture », relève par exemple le ministère. Des pratiques qui peuvent avoir – et qui ont d’ailleurs déjà eu – des conséquences dramatiques.
Au chapitre des différents dispositifs de prévention pour enrayer le problème, un clip a été réalisé par des élèves de Bourg-en-Bresse, lauréat du prix « Non au harcèlement », dans le cadre d’un concours lancé par le ministère de l’Éducation nationale. Il est intitulé « Harcèlement scolaire : entre cauchemar et réalité » et visible à l’adresse suivante : http://www.nonauharcelement.
education.gouv.fr/
L’idée étant de faire des élèves eux-mêmes des acteurs de sensibilisation dans ce domaine. A.M.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.