Fil info
15:49Bassillac : Le 9e art a rendez-vous à Bassillac -> https://t.co/IwBPhnMUXD
15:27La Châtre : L'harmonie animera l'inauguration de l'état-major du S.D.I.S. -> https://t.co/wzPCQW4gPZ
15:25Issoudun : Elle n'est pas passé de mode, la « mob' » -> https://t.co/7mSkrHfA7x
14:09Le Bourdeix : Les retraités CGT du Bergeracois défileront jeudi à Périgueux -> https://t.co/zqC4cjxQUo
13:42Dordogne : Une nouvelle expérience télévisuelle -> https://t.co/vEPEvarv54
13:41Dordogne : L’université pour se former à l’entreprise artisanale -> https://t.co/apkOd5t90H
12:43RT : Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
12:27Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
11:50Haute-Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau | L'Echo https://t.co/F9iC0ipg4m via
11:23RT : ⚠️Accident poids lourd impliqué sur dans le sens ▶️ entre les sorties n°53 (Nespouls) et n°54… https://t.co/PIRsQLIjpi
10:26Bergerac : Code du Travail : le Campanile sur le grill des Prud’hommes -> https://t.co/c7o4oXC2g0
10:10Ussel : Une campagne participative pour maintenir le bar d'ânes -> https://t.co/9M3egHciGr
09:57RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
21:07RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:59Région : Quand l’Education nationale se rapproche de l’entreprise -> https://t.co/abJQTWKUYT
18:56Indre : [intégral] Vanik Berbérian écrit à Agnès Buzyn -> https://t.co/ujYXcKy3cC
18:55Saint-Gaultier : Eglise romane : près de dix siècles d’histoire -> https://t.co/wuUUrPuqav
18:54Indre : Comment aider les orphelins à faire leur deuil ? -> https://t.co/wQmyQUEZYj
18:51# # - -Vienne : Les retraités en ont marre d’être maltraités -> https://t.co/2qWOFhpBhs
18:50Indre : Dans l’intimité de George Sand -> https://t.co/PX6rcRd6DG
18:46La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:13Région : Des pistes pour économiser l’eau -> https://t.co/9yZl9eksh1
18:05RT : Le parti d’extrême droite fait son entrée au parlement de avec 11% des voix. Nouvelle alerte. La pest… https://t.co/G0HDwpOFRW
17:53# # - -Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau -> https://t.co/1zI0CG5nSs
17:50Comme chaque 2e dimanche d’octobre, les badauds ont pris d’assaut les rues, le champ de foire de Chénérailles pour… https://t.co/tq5okDutiD
16:56Mercredi 17 octobre SOLIHA Dordogne-Périgord avec le Département fête ses 50 ans à Périgueux de 9h à 12… https://t.co/e2NGHhFMUF
16:52# # - -Vienne : Le marché aux plantes prend racine parc Victor-Thuillat -> https://t.co/M63o5XWUoy

Deux ans après, hommage et colère

ATTENTATS

Des hommages très sobres ont été rendus par les autorités aux victimes des attentats du 13 novembre alors que le mécontentement
des familles et des survivants a gonflé à cette occasion.
Devant le stade de France, devant les six bars et restaurants concernés, devant le Bataclan : hier, à Paris, les cérémonies se sont succédé pour rendre hommage aux 130 morts des attentats du 13 novembre 2015. Partout, le même cérémonial sobre : les noms des victimes énumérés, une gerbe déposée et une minute de silence observée.
Aux premiers de rangs du petit rassemblement, le Président Emmanuel Macron, la maire de Paris et l’ancien Président François Hollande.
Enfin, devant la mairie du XIe arrondissement, un hommage public a été organisé par l’association de familles de victimes Life for Paris.
Ce deuxième anniversaire est également l’occasion d’entendre la détresse des survivants, rescapés ou familles des décédés. Le dossier de l’indemnisation des victimes fait des remous. Sur les 2500 personnes recensées comme victimes, 200 ont été indemnisées pour une somme totale de 64 millions d’euros. Deux nouveaux préjudices ont été créés, d’« angoisse de mort imminente » pour les personnes ayant survécu au drame, d’« attente et d’inquiétude » pour les proches, évalués à des montants que les avocats des victimes dénoncent
comme « pris sous la contrainte budgétaire ». C’est aussi la lourdeur et la froideur toute administrative de la procédure qui sont dénoncées. Hier, c’est le fils de la seule victime du stade de France, le chauffeur de bus Manuel Dias, qui est monté au créneau en refusant de serrer la main d’Emmanuel Macron, pointant la suppression de la secrétaire d’État aux victimes laissant les gens « sans aucun référent ».
Ces victimes doivent aussi être accompagnées jusqu’au procès. Le procureur de la République François Molins a affirmé que « les juges d’instruction espéraient clôturer le dossier au printemps 2019 » ayant en tête de proposer « un procès dans les délais les plus efficaces et les plus convenables ». A.S.