Fil info
17:11Saint-Hilaire-Luc : Ouverture du festival 1000 Sources -> https://t.co/zAIzfm0sk2
12:13Lacelle : L'agriculture familiale en fête | L'Echo https://t.co/09WKKrOVwA via
10:06Région : Avec Sculpturama, L'art se taille une place en Haute-Corrèze -> https://t.co/4ufiHUgv65
23:32France : Réforme constitutionnelle : débat contradictoire -> https://t.co/DThFHi3iMx
23:31France : Benalla : l’affaire qui éclabousse le pouvoir -> https://t.co/n5bsFJfr1I
19:56Cyclisme : Sagan reprend ses habitudes -> https://t.co/QyUioFTe0t
19:02Saint-Robert : Classique et virtuosité en harmonie au festival de Saint-Robert -> https://t.co/1Nw6LfoxCt
18:47Corrèze : La Luzège met théâtre et culture en partage -> https://t.co/4RHmfw7SoI
17:56L’Espace Monet-Rollinat de Fresselines a eu droit pour fêter ses vingt ans à une seconde inauguration : celle de la… https://t.co/O82uQo4fON

Deux ans après, hommage et colère

ATTENTATS

Des hommages très sobres ont été rendus par les autorités aux victimes des attentats du 13 novembre alors que le mécontentement
des familles et des survivants a gonflé à cette occasion.
Devant le stade de France, devant les six bars et restaurants concernés, devant le Bataclan : hier, à Paris, les cérémonies se sont succédé pour rendre hommage aux 130 morts des attentats du 13 novembre 2015. Partout, le même cérémonial sobre : les noms des victimes énumérés, une gerbe déposée et une minute de silence observée.
Aux premiers de rangs du petit rassemblement, le Président Emmanuel Macron, la maire de Paris et l’ancien Président François Hollande.
Enfin, devant la mairie du XIe arrondissement, un hommage public a été organisé par l’association de familles de victimes Life for Paris.
Ce deuxième anniversaire est également l’occasion d’entendre la détresse des survivants, rescapés ou familles des décédés. Le dossier de l’indemnisation des victimes fait des remous. Sur les 2500 personnes recensées comme victimes, 200 ont été indemnisées pour une somme totale de 64 millions d’euros. Deux nouveaux préjudices ont été créés, d’« angoisse de mort imminente » pour les personnes ayant survécu au drame, d’« attente et d’inquiétude » pour les proches, évalués à des montants que les avocats des victimes dénoncent
comme « pris sous la contrainte budgétaire ». C’est aussi la lourdeur et la froideur toute administrative de la procédure qui sont dénoncées. Hier, c’est le fils de la seule victime du stade de France, le chauffeur de bus Manuel Dias, qui est monté au créneau en refusant de serrer la main d’Emmanuel Macron, pointant la suppression de la secrétaire d’État aux victimes laissant les gens « sans aucun référent ».
Ces victimes doivent aussi être accompagnées jusqu’au procès. Le procureur de la République François Molins a affirmé que « les juges d’instruction espéraient clôturer le dossier au printemps 2019 » ayant en tête de proposer « un procès dans les délais les plus efficaces et les plus convenables ». A.S.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.