Fil info
15:49 — Bassillac : Le 9e art a rendez-vous à Bassillac -> https://t.co/IwBPhnMUXD
15:27 — La Châtre : L'harmonie animera l'inauguration de l'état-major du S.D.I.S. -> https://t.co/wzPCQW4gPZ
15:25 — Issoudun : Elle n'est pas passé de mode, la « mob' » -> https://t.co/7mSkrHfA7x
14:09 — Le Bourdeix : Les retraités CGT du Bergeracois défileront jeudi à Périgueux -> https://t.co/zqC4cjxQUo
13:42 — Dordogne : Une nouvelle expérience télévisuelle -> https://t.co/vEPEvarv54
13:41 — Dordogne : L’université pour se former à l’entreprise artisanale -> https://t.co/apkOd5t90H
12:43 — RT : Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
12:27 — Vigeois : Eden : des pacifistes s’exposent -> https://t.co/EgMCmRCZUJ
11:50 — Haute-Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau | L'Echo https://t.co/F9iC0ipg4m via
11:23 — RT : ⚠️Accident poids lourd impliqué sur dans le sens ▶️ entre les sorties n°53 (Nespouls) et n°54… https://t.co/PIRsQLIjpi
10:26 — Bergerac : Code du Travail : le Campanile sur le grill des Prud’hommes -> https://t.co/c7o4oXC2g0
10:10 — Ussel : Une campagne participative pour maintenir le bar d'ânes -> https://t.co/9M3egHciGr
09:57 — RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
21:07 — RT : La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:59 — Région : Quand l’Education nationale se rapproche de l’entreprise -> https://t.co/abJQTWKUYT
18:56 — Indre : [intégral] Vanik Berbérian écrit à Agnès Buzyn -> https://t.co/ujYXcKy3cC
18:55 — Saint-Gaultier : Eglise romane : près de dix siècles d’histoire -> https://t.co/wuUUrPuqav
18:54 — Indre : Comment aider les orphelins à faire leur deuil ? -> https://t.co/wQmyQUEZYj
18:51 — # # - -Vienne : Les retraités en ont marre d’être maltraités -> https://t.co/2qWOFhpBhs
18:50 — Indre : Dans l’intimité de George Sand -> https://t.co/PX6rcRd6DG
18:46 — La police de Limoges lance un appel à témoins suite à la disparition d'Arnaud Potier, disparu depuis vendredi midi. https://t.co/rAuK1qZxGe
18:13 — Région : Des pistes pour économiser l’eau -> https://t.co/9yZl9eksh1
18:05 — RT : Le parti d’extrême droite fait son entrée au parlement de avec 11% des voix. Nouvelle alerte. La pest… https://t.co/G0HDwpOFRW
17:53 — # # - -Vienne : Des stagiaires au bout du rouleau -> https://t.co/1zI0CG5nSs
17:50 — Comme chaque 2e dimanche d’octobre, les badauds ont pris d’assaut les rues, le champ de foire de Chénérailles pour… https://t.co/tq5okDutiD
16:56 — Mercredi 17 octobre SOLIHA Dordogne-Périgord avec le Département fête ses 50 ans à Périgueux de 9h à 12… https://t.co/e2NGHhFMUF
16:52 — # # - -Vienne : Le marché aux plantes prend racine parc Victor-Thuillat -> https://t.co/M63o5XWUoy

Macron tente de rassurer autour de la politique de la ville

VISITES. Deux journées sur le terrain, en banlieue parisienne et à Lille, pour Emmanuel Macron qui veut apaiser les craintes provoquées par la politique du gouvernement dans le domaine des quartiers prioritaires. Parallèlement la tension avec les départem

QUARTIERS
C’est aujourd’hui à Tourcoing qu’Emmanuel Macron s'exprime sur la politique de la ville, après avoir « visité » hier Clichy-sous-Bois, Lille et Roubaix et fait quelques annonces autour des emplois francs (180 millions d’euros pour 2018, pour en financer environ 10.000), du recours au « testing » contre les discriminations (avec publication des résultats, selon le principe du « name and shame » -nommer et blâmer- à l’américaine), de la création d’un « conseil présidentiel » sur la politique de la ville (constitué de « jeunes issus des quartiers ayant réussi leur vie professionnelle ») ou du budget de la rénovation urbaine (des crédits portés à 10 milliards mais... financés principalement par les organismes HLM) et enfin reçu les différents acteurs à l’Elysée (lire ci-dessous).
Un discours durant lequel, selon son service com, il va « livrer sa vision de la politique de la ville », entouré des ministres des comptes publics Gérald Darmanin, de la Cohésion des territoires Jacques Mézard et du secrétaire d’État Julien Denormandie, à Plaine Images, ancien site industriel réhabilité et consacré aux industries créatives.
Une vision pour le moins attendue tant elle est actuelle… angoissante.
Si le candidat Macron s’était présenté à la Présidentielle à Bobigny en Seine-Saint-Denis laissant beaucoup espérer quant à la prise en compte des quartiers dits prioritaires et de la fameuse « égalité des chances » portée comme un étendard par le jeune candidat, depuis… nombreux ont déchanté.
Si ce n’est le vieux ministre Mézard qui célèbre dans des événements sans intérêt les 40 ans de la politique de la ville : plus rien. Ou plutôt, que des mauvaises nouvelles. Baisse des contrats aidés, coup bas contre le logement social et surtout coupes très sombres dans les dotations des collectivités territoriales malgré les annonces contraires lors de la conférence éponyme de l’été. Or, les 300 millions d’euros d’économie imposée aux municipalités toucheront en priorité les quartiers urbains.
Les maires en colère se sont donnés rendez-vous le 22 novembre prochain devant l’Assemblée nationale au moment de l’examen de cette question .
Les départements aussi sont en colère même si, lors de l’assemblée générale de leur association à Marseille, le Premier ministre Edouard Philippe était venu rassurer ces collectivités en leur promettant de prendre en charge le volet lié à l’accueil des mineurs isolés étrangers.
Des départements aussi en colère Mais le boomerang vient de revenir avec le président du département le plus pauvre de France, la Seine-Saint-Denis, où le président socialiste Stéphane Troussel vient d’annoncer qu’il ne verserait pas les 40 millions d’euros nécessaires au paiement du RSA de décembre à la CAF. Pourquoi ? Parce que l’enveloppe de 470 millions d’euros octroyée par l’État en 2017 pour payer ce RSA n’est pas suffisante et qu’il n’a pas l’intention « d’absorber l’incurie de l’Etat ». Un nouveau clash probable ? A l’image de celui que l’association des Régions de France a osé en quittant purement et simplement la conférence des territoires
pour signifier son opposition aux réductions arbitraires et autoritaires des dotations ? A suivre...
Angélique Schaller