Fil info
19:10 — Thenay : L’incroyable résurrection du calvaire d’Usseau -> https://t.co/e00UXRflgJ
19:08 — Châteauroux : Un air de rentrée à la librairie -> https://t.co/5MpJzmxxlP
19:06 — Châteauroux : Des cours de français pour profiter au mieux du stage -> https://t.co/3wdQwk9Ngf
18:41 — Adaptés : pas toutes les espèces
18:32 — Favars : La Croix Rouge, citoyenne et festive | L'Echo https://t.co/1qf140gvWm via
18:08 — Favars : La Croix Rouge, citoyenne et festive | L'Echo https://t.co/XlpIgXlahp via
18:05 — Dordogne : La SPA arrivée à saturation -> https://t.co/t4vmfDX8DX
17:31 — Favars : La Croix Rouge, citoyenne et festive -> https://t.co/HaWRhfR7EZ
16:05 — Bergerac : Elles font un périple cyclo pour vaincre la mucoviscidose -> https://t.co/Q5lQL7iNJm
16:01 — peut- t-il y vivre? Se prétendre 2eme force de l'opposition française fait 😂😂😂… https://t.co/vjtt2BtWEM
13:49 — Oui je suis un noeud et fier de l'être
13:48 — Il y a de la maltraitance hors des usines
11:26 — https://t.co/h3Hxzp6wkW la fête en 2018 c'est à Lacelle, Corrèze … https://t.co/8Mhuxs3GQR
22:44 — International : Gênes : 43 morts et la société d'autoroute en accusation -> https://t.co/otWSJ3qcDj

Le rapport accablant sur les discriminations

ÉTUDE. Un rapport du CNRS et de SOS Racisme rappelle que les discriminations à l’accès à certains services demeurent.

FRANCE
Lors d’une conférence de presse organisée hier, l’équipe de recherche TEPP du CNRS et SOS Racisme ont présenté les résultats du projet Diamant sur les discriminations dans la vie quotidienne. Ce rapport fait écho au discours d’Emmanuel Macron la semaine dernière à Tourcoing, disant vouloir « traquer les employeurs qui ne respectent pas ce qui est dans la loi qui interdit la discrimination à l’embauche » et « pénaliser les entreprises qui ont recours à ces pratiques ». Les résultats de cette enquête résonnent comme un appel à la société civile, puisque les discriminations en fonction de l’origine sociale, géographique et l’âge demeurent.
Près de 15 000 demandes ont été envoyées par l’équipe en charge de ce projet, à des opérateurs dans sept secteurs « encore pas ou peu testés » : l’achat de voitures d’occasion, la formation pour adultes, le rachat de fonds de commerce, l’hébergement de loisir, le crédit à la consommation, l’assurance automobile et la complémentaire santé.
De nombreux secteurs touchés
Pour mener à bien cette étude, les chercheurs ont dû créer six profils d’origine, de sexe et de lieu de résidence différents, mais au cursus strictement équivalent, tous en situation de précarité et ayant décidé de se réorienter dans le domaine  du commerce. « On ne s’attendait pas à trouver autant d’inégalités de traitement entre les candidats.
Ça signifie globalement qu’il y a des pratiques commerciales qui s’éloignent du principe d’égalité de traitement des clients potentiels » souligne Yannick L’Horty, l’un des coordinateur de l’étude.
Les discriminations touchent des secteurs très variés : par exemple, un jeune homme vivant dans un quartier populaire a moins de chances d’obtenir une assurance automobile: il reçoit moins de réponses positives que les autres sondés. De plus, il se voit offrir un tarif annuel moyen de 681,40 euros soit 60 euros de plus qu’un jeune homme du même âge résidant ailleurs, et 100 euros de plus qu’un homme de 42 ans. « Cela signifie que les vendeurs d’assurance considèrent que ce client est un plus mauvais payeur ou un plus mauvais assuré qu’un autre, donc ils le sanctionnent par un moindre accès et un prix plus élevé » explique Yannick L’Horty.
Des conclusions similaires se retrouvent dans d’autres domaines : concernant les demandes de crédit à la consommation, l’âge semble être le facteur déterminant, devant l’origine. Les jeunes obtiennent 30 à 40% de réponses positives contre 65% pour un homme de 42 ans. Cependant, le taux de réponse pour deux femmes du même âge, avec la même situation sociale mais des origines différentes diffèrent de 10 points.
Pour les complémentaires santé, les demandes ont été envoyées à 52 établissements. Les taux de réponse positive sont dans tous les cas supérieurs à 85%. En effet, dans ce domaine, les discriminations se font sur l’âge. « L’individu de 42 ans se voit proposer un tarif de l’ordre de 50% plus élevé que les individus de 22 ans à niveau de garantie comparable », décrit l’étude. Plus la personne est âgée, plus cher elle paiera sa complémentaire santé.
De quoi s’interroger sur son propre sort.
Salomé Hénon--Cohin

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.