Fil info
21:05Sport : Guillaume Porche, en bolide devance Clément Christen -> https://t.co/nzb0oHRXSW
21:04Cyclisme : Yates, Froome: les transformations d'un Giro -> https://t.co/Ay8WPoPhPh
20:14RT : Guéret : "Au point de non retour" | L'Echo https://t.co/BKLiBm7ExD via
20:13Guéret : "Au point de non retour" | L'Echo https://t.co/BKLiBm7ExD via
19:47Tulle : La Manu reconstituée à l'échelle 1/500e -> https://t.co/emWX2ae3CL
18:40Indre : 1000 km pour les résidents des EHPAD -> https://t.co/xDG5N6LNFf
18:39Le Blanc : Retour en images sur Chapitre Nature -> https://t.co/GIg96myR5j
18:38Les travaux des bâtiments communaux de Saint-Sulpice-le-Dunois ont été inaugurés samedi sous l’œil du ministre de l… https://t.co/4hEXfbp2VP
17:58Périgueux : De l’information et des rencontres -> https://t.co/BnJBV3mSSZ
17:00Grignols : Trouver une solution technique autre que le comblement -> https://t.co/Qt84hICQJS
16:47Thenon : Les cheminots s’invitent au péage -> https://t.co/rAuNF80OcW
11:51RT : Un terrible orage de grêle le 8 mai a mis l’avenir de Raulhac en péril. La totalité de la récolte 2018 et probablem… https://t.co/e8BgivOY02

La France insoumise planche sur son avenir

POLITIQUE. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon réunit une Convention nationale ce week-end à Clermont-Ferrand afin de poursuivre sa structuration.

GAUCHE
Le mouvement La France insoumise poursuit sa démarche de structuration au cours d’une Convention nationale tout le week-end à Clermont-Ferrand, dans un délicat équilibre entre « liberté d’action » et « cadre national ».
En effet, revendiquant 555.000 « inscrits », le mouvement n’a toujours pas de chef, d’exécutif officiel ni d’instances de fonctionnement interne. Il n’est d’ailleurs pas envisagé qu’il y en ait de manière formelle à l’issue de ce grand rendez-vous d’environ 1500 personnes.
Actions, programme, groupe parlementaire, liens avec les luttes sociales, espace politique, comité électoral : le mouvement que Jean-Luc Mélenchon envisageait « gazeux » à la rentrée doit surtout ne ressembler à rien d’existant.
« C’est la clôture d’un cycle et le début de quelque chose d’autre » résume le député des Bouches-du-Rhône, que nous avons rencontré récemment.
Le président du groupe des Insoumis à l’Assemblée nationale fait le pari du « nouveau » face à ce qu’il appelle « les vieux sillons ». Selon lui, « nous sommes à un point de passage jamais exploré jusqu’à présent ».
Au-delà de son positionnement personnel, c’est l’ensemble de sa démarche qui joue une sorte de va-tout. Le soin pris à se démarquer a été si prégnant que la France insoumise n’aura que très peu droit à l’erreur.
Le mouvement se sait attendu au tournant. Pour l’heure, « notre feuille de route et notre calendrier sont respectés » assure l’ancien candidat à la présidentielle en 2012 et 2017.
Quid du fonctionnement démocratique de LFI, dont certains en son sein estiment qu’il se concentre parfois autour d’un noyau dur. Le député réfute cette critique et affirme ne « pas vouloir faire un mouvement plus démocratique, mais plus inclusif ». Un autre pari.
Objectif : l’enracinement Concrètement cela passera, par l’émergence de groupes d’action, çà ou là. « Où vivent, travaillent et militent
les Insoumis dans leur quotidien ». Pas de découpage en sections, fédérations... « ça, j’ai déjà donné » argumente celui qui fut plusieurs décennies élu et/ou dirigeant du Parti socialiste.
Sur les angles d’attaques, « nos livrets continuent à être publiés et demeurent notre ligne, ce qui n’exclut pas qu’on puisse ensuite sur le terrain se lier ou animer des mobilisations locales ». Les caravanes sanitaires qui arpenteront prochainement certains quartiers populaires de France pourraient en être une des illustrations.
Le terme « enracinement » est cité à plusieurs reprises. Jean-Luc Mélenchon assure ne vouloir se projeter sur aucune échéance électorale. Le terrain d’abord. Et quand on lui demande comment va s’exercer le leadership dans la France insoumise après la Convention de ce week-end, il rétorque aussi sérieux que souriant : « Mais c’est moi ! Car je suis garant de l’élection et du programme de 2017 ». Une manière également, selon lui, « d’éviter les guéguerres de chefs ».
Au cours des discussions, les Insoumis découvriront ce week-end les trois campagnes nationales qu’ils ont choisi de mener en 2018, parmi trente propositions allant de la lutte contre les déserts médicaux à celle contre la sélection à l’université, en passant par la promotion d’une limitation des écarts de salaire de un à 20 maximum dans les entreprises .
Sébastien Madau
smadau@lamarseillaise.fr

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.